Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 16:53

Le genre péplum est de nouveau à la grand mode ces derniers temps, et je ne m’en plaindrais pas, sauf quand ça devient un petit peu du n’importe quoi en forme de fourre tout, et j’oserai dire pourquoi pas, mais Renny Harlin frise, s’il ne l’a franchi pas, la limite du ridicule heroic-fantasy. Et dire que je l’ai vu en 3D absolument inregardable.

Ça commence comme au début de Troie, puis tout le reste est du type de film des Gladiator, Spartacus, 300, et aussi un peu du Star wars. Le prince adultérin Hercule que sa mère la reine Alcmene, une belle humaine à eu avec le dieu Zeus, est amoureux de la princesse Hebe d’une citée ennemie, sauf que le père préfère son vrai fils et l’envoie à une mort certaine. Mais il en revient après un passage par les arènes, avec un esprit de revanche avant que sa dulcinée ne soit mariée avec son salopard de frangin prêt à tous les traquenards pour l’empêcher de revenir.

Je ne peux pas dire que je me suis ennuyé, tant c’est plein d’actions et de rebondissements. Avec de l’amour et de la haine, des amitiés et des trahisons qui donnent une romance vivante. Pourtant, je n’ai pas retrouvé l’ambiance ni la trame de la mythologie. Déjà, je ne suis sûr que mille deux cents ans avant Jésus Christ les grecs avaient des combats de gladiateurs, ni même qu’ils en aient jamais eu, mais bon… moins encore qu’à cette époque l’Egypte fût en leur possession, quand il faudra attendre Alexandre le Grand. Admettons toutes les libertés prises pour en faire une sorte de jeu vidéo. Mais c’est surtout l’ensemble de beaucoup d’ingrédients qui ne s’accordent pas et rendent platouille une fresque qui avec moins et un peu plus de souffle eut été plus passionnant.

La véritable légende est bien plus excentrique et passionnée, même si de nombreuses versions circuleront. Ainsi, Zeus se fait passer pour le mari d’Alcmene dont elle aura aussi un rapport avec Amphitryon son vrai mari, et accouchera de jumeaux, Héraclès (gloire d'Héra en grec, et non Hercule en romain) et Iphiclès. Un frère qui sera toujours loyal et fidèle au contraire du film. Il a été conçu pour aider les hommes et les dieux, mais Héra, la femme de Zeus, lassée des infidélités de son mari, fera retarder l’accouchement et permettre la naissance d’Eurysthée qui sera son pire ennemi et le commanditaire des douze travaux auxquels Héraclès sortira vainqueur, et qui ne sont pas fait mention, et j’en passe...

Le beau Kellan Lutz (Les immortels) impose plus un physique qu’un jeu, tout autant que la belle Gaia Weiss, bien qu’émouvante. Ensuite, Scott Adkins (Zero dark thirty) et Liam McIntyre déjà passé maître dans l’art avec l’excellente série Spartacus : le sang des gladiateurs, comme Liam Garrigan et Johnathon Schaech (Bienvenue à Woop Woop), ou la jolie Roxanne McKee (Lip service) et Rade Serbedzija (Le quatrième pouvoir), qui tous donnent le meilleur d’eux même avec conviction.

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires