Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 22:30

Film d’horreur gore fantastique et classique réalisé par Darin Scott, qui fait son effet surtout par les jeunes victimes, mais dont le schéma sans surprise laisse la place à plus de distraction et d’interrogations que d’effroi et d’écœurement tant tout vire au grand spectacle.

Dans la Old Darrode house, foyer d’accueil d’enfants, une gamine découvre un carnage avec les corps d’enfants et la meurtrière Janet Darrode qui s’est suicidée, et dont seule la jeune Claire Thompson a échappé. Quatorze ans plus tard, Claire en thérapie théâtre apprend que la maison a été rachetée par le riche Walston Rey, qu’il l’a entièrement rénovée et transformée en une maison de spectacle d’horreur. Elle est engagée avec d’autres étudiants, pour guider le futur public dans les méandres de la maison où des hologrammes de monstres seront censés effrayer les amateurs de sensations fortes. Le retour dans le lieu de son traumatisme devrait selon sa psychologue la guérir de ses angoisses. Sauf que bien sûr, l’âme de l’infanticide revient sous forme de virus informatique, et transforme en réel les monstres factices. Un nouveau massacre commence et nul ne pourra s’en sortir vivant.

S’il n’y a rien de bien innovant dans cette tragédie, qui commence par l’horrible massacre d’enfants, le reste n’est guère bien palpitant tellement on sait tout d’avance sur le sort des prochaines victimes et même dans quel ordre ils seront massacrés. Tout réside donc dans la recherche de la vérité sur ce qui s’est réellement passé, et pour une fois nous avons une explication. Passé le premier quart d’heure quand la gamine découvre le frais carnage, et que l’on retrouve à la fin jeune femme qui à son tour est tuée, bouclant le récit, le reste est banalement classique et sans surprise. Ça se laisse cependant regarder avec amusement, sans avoir à détourner les yeux sur les décapitations, éventrements et autres variétés de meurtres.

La réalisation est quasi sans reproche. C’est soigné et maitrisé, les effets spéciaux sont convenables. La mise en scène est également correcte, linéaire et sans aucune surprise pour un récit qui manque de suspens et de rebondissements. Les dialogues sont souvent creux et sans intérêts. Quand à la morale, il n’y en a pas, sauf qu’à jouer avec la mort, la mort vient jouer avec vous. Pas de quoi s’empêcher de dormir, balancé entre tristesse pour les victimes et fou rire pour les mêmes raisons.

La belle Meghan Ory (John Tucker doit mourir) est très convaincante, de même Jeffrey Combs et Diane Salinger qui fait son effet. Matt Cohen et Danso Gordon, les Aiden et Clay de la série South of nowhere, la belle Shelly Cole et Ryan Melander, Bevin Prince et Meghan Maureen McDonough, Scott Whyte et la très jolie Angela Gots, Erin Cummings (The iceman) et les jeunettes Haley Pullos et Annalise Basso (Oculus), Natalie Combs et Courtney Robinson, sont excellentes.

2 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires