Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 11:24

Très belle et heureuse bonne surprise avec ce film d’animation de Christian de Vita, qui pour son premier long métrage nous apporte une vision tant graphique que narrative, agréable et chaleureuse, drôle et émouvante, aussi bien pour les tout petits que pour les plus grands, avec délice.

Gus est un petit oiseau jaune orphelin, élevé par une adorable petite coccinelle pleine de bonne volonté dans une maison en ruine. Sans rien connaître du monde et de ses congénères, Gus n’arrive pas à sortir de son cocon et moins encore à s’envoler. Un jour, le vieux Darius, gravement blessé lui confie avant de mourir la tâche d’emmener sa famille pour la migration annuelle vers l’Afrique avant l’arrivée du froid, et il donne un nouvel itinéraire à suivre. Gus est aussi heureux que terrifié de partir à l’aventure, surtout qu’il n’y connaît rien et sans aucun sens de l’orientation. Ainsi, Gus a la responsabilité d’emmener tous ses nouveaux compagnons, aussi bigarrés que méfiants, joviales et indisciplinés. Les voilà tous partis à l’aventure avec risques et périls, joie et bonheur, peur et aventureux.

J’aime beaucoup que l’on me surprenne, et c’est le cas ici avec le graphisme et la palette chromatique riche et variée, comme dans son animation innovante et particulière qui lui confère cet aspect délicieux pour un récit sinon original au moins passionnant. Chaque protagoniste est un oiseau différent, et tous ont cette réalité que la minutie du détail rend encore plus attrayant. L’histoire traite le classique passage de l’enfance vers la vie adulte, avec ses peurs et ses espoirs, ses erreurs et ses réussites. J’ai beaucoup aimé le ton de l’histoire, les doutes et égarements, la solidarité et l’amour qui s’éveillent dans un chambardement plein de rebondissements, de paysages et de personnages. L’ambiance est chaleureuse, la trame avance avec souplesse et la morale est aussi douce que gentille qui émeut souvent. J’ai un petit regret sur les chansons en anglais qu’une traduction française eut été plus sympa, non par chauvinisme mais pour l’ambiance et une symbiose qui aurait été complète. Un jeu vidéo en est sorti de ce film qui s’il est de la qualité graphique doit être plutôt sympa.

Les voix d’Arthur Dupont et de Sara Forestier, de Bruno Salomone et Pierre Richard, comme celles d’Isabelle Renauld, Nathalie Boutefeu et Patrice Dozier, apportent beaucoup d’émotion, de tendresse et de vivacité.

3 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films animés
commenter cet article

commentaires