Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 10:30

Après le succès de Le monocle noir sorti en 1961, Georges Lautner récidivait deux ans plus tard avec la même verve et encore plus de culot et d’humour déjanté, en se lâchant totalement dans son délire si caractéristique, accompagné de son acteur fétiche inimitablement barge.

En 1943, aux abords de Bonifacio en Corse, des SS après avoir cachés un trésor nazi sur ordre de leur führer sont tous massacrés. Tous sauf un, Hektor Schlumpf, seul détenteur du lieu de la cachette et de son contenu. Vingt ans plus tard, il est abattu par le commandant Dromard, et prestement enterré. Une cérémonie à laquelle ne tardent pas de venir des agents des services secrets étrangers, qui ne croient une seule seconde en sa mort, qui se vérifie en effet. Commence alors une folle équipée meurtrière, pour retrouver l’allemand et son secret, car ce n’est pas seulement pour une importante quantité d’or, mais surtout pour des courriers compromettants pour les nations alliées durant la seconde guerre mondiale. Bien sûr le belle Erika Murger n’est guère bien loin pour l’Allemagne, mais une certaine Diana pour l’Italie, des russes et des anglais qui se tirent dans les pates entre deux trahisons et séductions.

Je me suis encore énormément amusé dans ce second opus de la saga Dromard et son monocle. Sans être une suite, nous retrouvons les principaux protagonistes et un même esprit dans cette après seconde guerre mondiale et la guerre froide, où tous les amis sont des ennemis et s’assassinent allègrement. Les répliques sont cultissimes d’un humour caustique épouvantablement impertinent et joyeusement noir et irrévérencieux et d'un cynisme outrancier mais foncièrement drôle, avec un manque total de conscience comme avec les bavures mortelles. Rien n’est pris au sérieux quand ça ne l’est que trop, et chacun en prend pour son grade dans la mauvaise foi et le ridicule. La mise en scène est une fois de plus efficace. Les décors de la Corse et des iles Sanguinaires donnent une ambiance de rêve dans une atmosphère pourtant délétère. La bataille sous-marine entre plongeurs est édifiante et jouissive. Les images en blu-ray pour la version restaurée, comme dans le premier opus sont superbes, et je regrette que le troisième volet ne le soit pas encore.

Nous retrouvons avec un immense plaisir une partie de la première équipée autour de l’excellentissime Paul Meurisse et de la belle et ébouriffante Elga Andersen, auxquels se joignent Robert Dalban et le phénomène Maurice Biraud, la séduisante Gaia Germani et Charles Millot, Raymond Meunier et Bob Dugoinneau, ainsi que l’excellent Paul Mercey et Henri Cogan.

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires