Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 12:11

Quentin Dupieux (Rubber, Wrong) continue donc son extrapolation de l’absurde avec ce petit bijou bien déjanté, qui sans bien comprendre où l’on va, jamais on ne se perd pour autant même si sans trouver non plus d’issue de sortie, d’une boucle intemporelle et irréelle et sans mode d'emploi.

Cameraman dans une émission télé, Jason Tantra, rêve de réaliser son premier film d'horreur. Il présente son projet au producteur Bob Marshall, qui lui donne quarante huit heures avec l’objectif de gagner l’oscar du meilleur gémissement. Quand il se rend au cinéma avec sa femme Alice, il est stupéfait de voir son film déjà en salle. De même, la petite Reality découvre une cassette VHS des entrailles d’un sanglier que vient de chasser son père et dans laquelle figure le film de la réalisation de l’histoire.

Une histoire absurde, faite de nombreux récits qui s’entrecroisent, s’entremêlent et se percutent sans que les frontières du rêve et de la réalité qui se chevauchent soient bien discernables. Pourtant, j’ai suivi cette trame avec beaucoup de plaisir, cherchant sans cesse à dénouer les fils, pensant comprendre pour me perdre aussitôt, avant de retrouver pied pour mieux me noyer l’instant d’après. C’est complètement loufoque dans l’absurdité la plus complète qui pourrait me faire passer pour l’idiot qui n’a rien compris de ce qui semblerait n’avoir rien à comprendre. Et pourtant, j’en suis sorti heureux d’avoir retrouvé la lumière d’un écheveau complexe et si simple en même temps.

En effet, la réalisation en noir et blanc, nous entraine dans des circonvolutions indescriptibles de plusieurs histoires qui n’en font qu’une, avec des repères en boucles qui ne nous laisse jamais perdu. Les personnages sont ahurissants de bonne volonté dans une certaine débilité hilarante avec un naturel extraordinaire. La mise en scène est savamment maitrisée pour en permanence relancer l’intérêt comme une multitude de sketchs qui repart de plus belle par des rebondissements avec des retours arrières donnant de précieuses indications nouvelles, qui ne nous aident en rien de plus que des interrogations supplémentaires avec plaisir accru. Bref ! Je me suis beaucoup amusé, ayant certainement raté quelque chose quelque part d’intelligible qui me fera passé pour un andouille, mais béatement assumé.

Alain Chabat (Astérix - Le domaine des Dieux) est juste excellent, face à tout aussi parfait Jonathan Lambert (Dépression et des potes) et Élodie Bouchez (Juliette) bien marrante. La jeune Kyla Kenedy (The walking dead) est toute aussi parfait. Il en est de même de Jon Heder (For Ellen) et Eric Wareheim, John Glover (Gremlins 2) et Lola Delon, ainsi que Matt Battaglia (Thor) et Susan Diol.

3 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires