Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 07:21

Très beau biopic de James Marsh (Shadow dancer), sur la vie du physicien, théoricien et cosmologiste Stephen Hawking, qui malgré une maladie dégénérative, conservera toutes ses facultés intellectuelles pour développer ses théories révolutionnaires, grâce à une farouche volonté de vivre et à l’amour dont il a été entouré, choyé et soutenu par sa femme Jane Wilde, pour une belle leçon de vie.

Stephen Hawking, brillant étudiant en cosmologie à l’université de Cambridge, tombe amoureux d’une étudiante, Jane Wilde. Une vie qui commence sous les meilleurs auspices, entre un avenir professionnel, et un premier amour exaltant. Mais une simple chute d’équilibre va diagnostiquer une terrible maladie, la dystrophie neuromusculaire ou maladie de Charcot. Une maladie qui détruit les muscles en commençant par les membres, la motricité, puis l’élocution, et une durée de vie limitée à deux ans. Malgré cette catastrophique nouvelle, Jane  est résolue de faire front, en commençant par le mariage dont viendra vite un premier enfant. Grâce à la puissance des sentiments amoureux de Jane, sa force, son courage et sa volonté, ils affrontent ensemble un magnifique combat. Elle le pousse à finir ses études, laissant les siens de côté, tout en s’occupant de lui et de leur famille qui s’agrandira à 3 enfants.

Très beau film qui, par une touche d’image et de dialogue ne sombre jamais dans le pathos ou le spectaculaire, restant humble et sensible pour nous faire ressentir ce combat contre la maladie et la mort. J’ai été touché par l’histoire autant que par la personnalité des protagonistes que cette réalisation émeut sur l’inéluctable usure du temps et des forces physiques. Belle illustrations des théories qu’il va développer sur le calcul du temps, de l’espace et des trous noirs.

On ne lui donnait que deux ans à vivre quand à 73 ans, il est toujours en vie. Il n’est plus avec Jane, car amoureux de son infirmière Elaine Mason -ex femme de David Mason, le concepteur de la première version de l'ordinateur parlant qui lui permet de communiquer- il libère sa femme par un semblant de générosité d’âme. Mal lui en a prit, car après son divorce, il s’empresse de l’épouser pour divorcer deux ans plus tard, suite à des actes de maltraitance d’Elaine. Quand à Jane, elle s’est mariée avec le musicien Jonathan Jones, pour une vie espérons-lui meilleure, après autant de sacrifice et de dévouement, d’abandon et d’abnégation au détriment de sa propre vie et de ses aspirations. Elle est la véritable héroïne de cette histoire. Diplomée d'un doctorat de langues romanes, elle écrira une autobiographie Music to move the stars: a life with Stephen.

Eddie Redmayne (Les misérables) oscarisé pour son rôle -est-ce pour la force de difformité physique de son personnage que pour son réel interprétation- il est en effet excellent. La belle et adorable Felicity Jones (The amazing spider-man 2) est merveilleusement émouvante et des plus marquantes. Harry Lloyd (La dame de fer), comme Alice Orr-Ewing (Mr. Turner) et David Thewlis (Queen and country), ainsi que Thomas Morrison et Emily Watson (La voleuse de livres), autant que les jeunes Tom Prior (Kingsman: services secrets), Sophie Perry et Finlay Wright-Stephens, contribuent par leur talent à la réussite.

3 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires