Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 15:30

Etonnamment, le film de Daniel Barnz (Sortilège), sur un thème sensible et risqué par les pièges inhérents au sujet n’a semble t-il pas enthousiasmé le public de Jen, quand pourtant il réussi à émouvoir par la mise en scène et le jeu de l’actrice.

Suite à un traumatisme violent, Claire Bennett souffre autant physiquement que psychologiquement, au point qu’elle se soulage par sarcasmes virulent qui effraient son entourage et l’isole, qu’elle ne trouve de réconfort qu’avec des tranquillisants et l’alcool. Agressive et insultante, elle se retrouve seule, jusqu’à son groupe de thérapie qui l’exclu sans prendre en considération sa souffrance profonde qui est pourtant leur mission. Il ne lui reste plus que sa fidèle femme de ménage Silvana. Le suicide de Nina, de son ancien son groupe de soutien, la trouble. Elle se met à enquêter sur cette belle jeune femme, jusque chez le mari et le fils, ce qui déclenche en elle un sens et nouvel horizon à sa vie.

La réalisation est toute de nuance, dévoilant lentement avec subtilité les différentes couches de la souffrance et ses raisons. J’ai aimé ce récit qui frôle souvent sans dépasser la frontière du pathos qui l’aurait plombé. Sarcastique souvent, agaçant parfois mais jamais mélo, pour rester dans le constat amère qu’un drame peut à ce point détruire profondément. Bien sûr, on se doute dès le début du pourquoi et du comment, mais les interventions de la défunte, qui là aussi ne tombe pas dans le piège habituel du poltergeist, déroute la réflexion pour mieux brouiller les révélations. La mise en scène est solide, les effets de manche fonctionne, et surtout l’interprétation est superbe.

Jennifer Aniston (Comment tuer son boss 2) avec ce rôle, prouve qu’elle est vraiment une actrice. Cassant son image, en endossant la souffrance psychologique comme l’enlaidissement physique, elle fait ressortir une aura vibrante. De même Adriana Barraza (Thor) est excellente, ainsi qu'Anna Kendrick (Into the woods) toujours aussi belle et émouvante, quand Sam Worthington (Sabotage) est très bien. Le jeune Evan O'Toole (Wild), ainsi que Mamie Gummer (Effets secondaires) sont convaincants. Il y a des restes de Desperate Housewives et de Lynette chez Felicity Huffman, qui avec son mari à la ville William H. Macy (Boogie Nights), comme Chris Messina (Palo Alto) et Britt Robertson (Delivery man), la lumineuse Lucy Punch (Un mariage inoubliable) et Camille Guaty (Hanté pas ses ex) rendent vibrant ce récit.

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires