Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 10:50

Excellent film d’aventure de science-fiction de Neill Blomkamp (Elysium) issu d’un de ses courts métrages, Tetra Vaal, et qui nous entraine à cent à l’heure et cent mille volts dans une aventure aussi déjantée que passionnante, pleine de rebondissements et d’émotion et une délicate poésie dans un monde de brutes.

Dans une société futuriste proche de la nôtre et sous un régime tyrannique, la sécurité policière est assurée par des robots qui, s’ils font en effet baisser la criminalité, le font aussi au détriment de la liberté de tous. Bientôt la révolte gronde, et nombre de ces engins doivent revenir à l’usine pour réparation. C’est le cas du droïde Chappie, qui décidément n’a pas trop de chance, et son sort en est jeté pour être envoyer à la casse. C’est sans compter sur son concepteur Deon Wilson, qui a trouvé le moyen de créer informatiquement les données de l’âme, et le lui injecte. C’est à ce moment que des gangsters l’enlève et le reprogramme pour un faire un super roi du cambriolage. Sauf que le sympathique petit droïde semble naitre comme un enfant, et prend ses ravisseurs pour ses parents Yolandi et Ninja qui se lient à leur tour à leur bébé mécanique. Mais un danger bien plus grand approche avec Vincent Moore, collègue et rival de Deon, qui injecte un virus dans tous les robot-flics afin d’imposer sa propre création énorme et dont personne n’a jamais voulu. Seul Chappie pourra faire face mais avec une durée de vie très courte sans possibilité de réparation. Une course contre la mort est engagée…

Je me suis beaucoup amusé avec ce conte science-fiction aux nombreuses influences et références. Il y a beaucoup de Robocop jusqu’aux Terminator dans une ambiance à la Mad Max, qui m'a très agréablement surpris tant j'ai été bien emballé par cette histoire avec un zeste de A.I. Intelligence Artificielle. J’ai beaucoup aimé le mélange des genres, aux multiples références de mangas et films animés comme Ghost in the shell ou Wall-E. Entre les consciences dont on numérise les âmes comme simples données informatiques, donne un champs d'extrapolation inquiétant et amusant. Il y a dans cette réalisation une douce poésie et beaucoup d’émotion, énormément de fracas et de bagarres, de bêtises et d'humour déjanté. Les protagonistes sont attachants, même les méchants plus bêtes tu meurs.

La réalisation est très vive, sans temps mort ni de moment de repos pour respirer, tant ça va vite, et fourmille de rebondissements. C'est filmé comme un docu-fiction, parfois found footage aux travelings efficace et maitrisés. Le film s’inscrit dans une trilogie. Il faut donc s’attendre aux suites prochainement, et s’ils sont du même acabit, nous laisse augurer avec quelques impatiences pour nous de poursuivre la folle et passionnante équipée.

Dev Patel (About Cherry) est excellent, de même la délirante Yo-Landi Visser qui est complètement déjantée est émouvante. Chanteuse du groupe rap Die Antwoord avec son ex-compagnon Ninja, qui est tout aussi azimuté, sont drôles et attachants. pas mieux pour Jose Pablo Cantillo (Hyper tension 2), l'impayable Sigourney Weaver (Exodus: gods and kings) et un Hugh Jackman (X Men: days of future past) complètement barge à souhait, ainsi que Brandon Auret (Elysium).

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires