Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 11:24

L’unique réalisation de Charles Laughton, n’ayant pas été crédité pour le film L'homme de la tour Eiffel, de même de Robert Mitchum qui a réalisés une scène, ainsi que Terry Sanders, et qui reste dans les tablettes des films cultes, qui s'inspire du roman de Davis Grubb sur un véritable tueur en série, Harry Powers, dans les années trente.

Après un braquage qui a mal tourné avec deux meurtres, Ben Harper, est arrêté sous les yeux de ses enfants. Il a eu juste le temps de leur remettre les dix mille dollars du casse, et de leur arracher la promesse de ne dire à personne sur l’argent. Il partage sa cellule avant sa pendaison, avec le révérend Harry Powell, un terrible serial killer de veuves. Sauf que celui-ci n’est arrêté que pour un banal vol de voiture qui le verra libéré sous peu. Harry se rend naturellement chez Willa Harper, fraichement veuve et l’épouse rapidement. Aussitôt, il se met en quête auprès des enfants John et Pearl, pour leur extorquer la cache de l’argent.

Une très belle réalisation, toute en dualité comme Amour et Haine sur la main du tueur, qui nous met forcément mal à l’aise avec son manque de scrupule, sa folie meurtrière et au finale sa lamentable lâcheté. Mais aussi avec sa manipulation sur les femmes qui croient en l’amour, et les menaces de mort sur les enfants, l’angoisse nous crispe de bout en bout. L’ambiance est de suite oppressante tellement la folie, sous couvert de religion qui semble justifier les actes du meurtrier, donne à ce personnage ce masque effrayant, avec la chanson qui ne cesse d’inquiéter. Pourtant, tout semble calme dans ce paysage d la campagne au bord de l’eau, de la solidarité entre les gens dans cette crise économique d’alors, et dans l’univers innocent des enfants. Des mômes confrontés à l’arrestation du père leur sous leurs yeux pour vol et meurtres, devant garder un aussi lourd secret, et dont la scène finale est poignante. L’impression que j’avais eu la première fois s’est retrouvé avec autant de force quand bien même je me souvenais de tout.

La réalisation est magnifique, avec ces jeux d’ombre, tel l’effrayant croquemitaine qui surgit à l’improviste. Terrible image de la mère au fond du lac qui hante longtemps. Les cadrages, comme les travelings sont magnifiques d’efficacité qui ne laisse rien au hasard dans une beauté surréaliste d’un naturalisme soigné. Le noir et blanc aussi tranché que le manichéisme qui règne, donne toute l’étendue de l’atmosphère délétère que rarement film d’angoisse horreur n’a pu atteindre. Une œuvre qu’il faut impérativement voir et revoir.

Terrible film qui s’inspire d’une histoire vraie avec le serial killer Harry Powers qui sévit dans les années trente. Il passait des petites annonces sentimentales -comme notre Landru- sous le pseudo de Cornelius O. Pierson en faisant croire qu’il cherchait l'amour pour mieux voler leur l'argent et les tuer. C’est dans le garage et le sous-sol de sa maison qu’il s’était construit, qu’il tuait. Il assassina Asta Eicher et ses trois enfants, Greta, Harry et Annabel, puis Dorothy Pressler Lemke. On retrouva les corps proche de la propriété, ayant été étranglés, et le petit garçon tué à coup de marteau. Durant le procès qui fit grand bruit, la foule tenta de le lyncher. Il fut pendu sans le moindre remord.

En 1991, un remake avait été réalisé en téléfilm, Le missionnaire du mal - Night of the Hunter- par David Greene, avec Richard Chamberlain et Diana Scarwid, ainsi que les jeunes Amy Bebout et Reid Binion.

Robert Mitchum (L'aventurier du Rio Grande) est excellentissimement monstrueux de talent, face à Shelley Winters (L'Aventure du Poséidon) tristement convaincante, ainsi que Lillian Gish est fabuleuse, et les jeunes Billy Chapin excellent, et l’adorable petite Sally Jane Bruce, comme Gloria Castillo, décédée trop jeune d’un cancer fulgurant, ou encore Michael Chapin frère de Billy. mais aussi Mary Ellen Clemons et Cheryl Callaway, James Gleason et Peter Graves.

4 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires