Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 10:08

Très beau et oppressant film dramatique de Deniz Gamze Ergüven, qui pour sa première réalisation nous plonge dans l’enfer machiste archaïque de la société turque, moderne par certain côté et arriérée jusqu’à l’insupportable avec les mariages forcés, même si ce n’est pas l’apanage exclusif de ce pays, mais des plus éloquents.

Alors que l’année scolaire se termine, Lale et ses quatre sœurs Selma et Nur, Ece et Sonay rentrent chez leur grand-mère, avec des copains de classes. Passant par la plage, tous se lancent dans l’eau et jouent en toute innocence à des batailles aquatiques, les filles sur les épaules des garçons. A peine rentrées chez elles, c’est la furie de la grand-mère qui les accueille, avertie des jeux pervers ayant sans doute souillés les cinq filles, jusqu’à l’oncle arrive en trombe. Vérifications d’usages que leur virginité est intacte, et la rumeur non fondée, les mesures radicales tombent. La belle villa se transforme en prison avec grilles et barreaux montés à la hâte, et interdiction de sortie. Bientôt, une de filles est mariée à un parfait inconnu, puis une deuxième dans la foulée, avant le sort des trois autres dont la plus jeune et intrépide n’a que onze ans. Les cinq filles doivent impérativement être mariées, contraintes et forcées, malgré leurs suppliques et refus aux conséquences dramatiques. Lale cherche tous les moyens désespérés pour fuir.

Terrible et puissant film, qui sans crier gare nous plonge au cœur d’un des plus grands malheur imposé aux femmes, surtout très jeunes. Les mariages arrangés et forcés, dont on parle peu dans les médias, sont pourtant quotidien même chez nous en France où disparaissent des centaines de filles mineures vers le pays d’origine pour souvent ne plus jamais revenir. L’intensité dramatique du récit, est d’autant plus saisissant que l’on s’y attend peu aux premières images, avec les décors de rêve d’une région magnifique, des jeunes jouant comme tous jeunes du monde, pour d’un coup nous glacer le sang par une réaction brutale. D’abord la prison, dont une faille permet un instant de liberté dans la joie d’un match de foot, puis l’horreur des mariages aux conséquences tragiques.

Un hommage gracieux à «Virgin Suicides», de Sofia Coppola.On en parle rarement, mais la Turquie est le pays méditerranéen où il y a le plus de meurtres et d’agressions sur les femmes. Ainsi, ce sont plus de mille d’entre elles ces cinq dernières années qui ont été assassinées (chiffres officiels en constants augmentations et certainement beaucoup plus officieusement) pour des raisons diverses telles les refus de mariage ou des demandes de divorces. Malgré des lois, les assassins ne sont guère inquiétés. C’est sans compter celles qui subissent les violences dans les autres pays d’Europe comme en Allemagne ou en France. Les mariages forcés sont monnaies courantes comme relaté dans Halam Geldi d’Erhan Kozan, Les chiffres officiels du ministère de l’intérieur turc, indiquent que 14% des mariées en Turquie ont entre 10 et 14 ans -Il va de soit, que cela va dans les deux sens, de mariages forcés pour les garçons. D’autant plus grave, que les unions sont la plupart consanguins, entre cousins et cousines germain, donnant l’un des plus fort taux de naissance d’enfants handicapés graves.

Les jeunes actrices Güneş Nezihe Şensoy et Doğa Zeynep Doğuşlu, Elit İşcan, Tuğba Sunguroğlu et İlayda Akdoğan, sont excellentes de naturel, d’émotion et de talent terriblement marquantes, dont on leur espère une belle carrière en évitant le sort des protagonistes. Nihal Koldaş est atrocement inhumaine, de même Ayberk Pekcan (Winter sleep), épouvantable avec conviction. Egalement Bahar Kerimoğlu est émouvante, ainsi que Burak Yiğit et Erol Afsin sont marquants.

3 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires

dasola 22/06/2015 19:56

Bonsoir Bob, je confirme, très beau film avec cinq jeunes filles remarquables. Une réalisatrice à suivre. Bonne soirée.