Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 15:08

Trois souvenirs de ma jeunesse : Photo Mathieu AmalricEn trois souvenirs, Arnaud Desplechin (Jimmy P. (Psychothérapie d'un indien des plaines)) relate trois étapes marquantes de sa jeunesse, avec ce triste sentiment nostalgique bien lourd et mitigé quand à la narration et la réalisation bien poussive pour un constat mitigé dans un format trop long pour finalement si peu.

Trois souvenirs de ma jeunesse - Ouverture de la Quinzaine des RéalisateursAlors que Paul Dédalus revient en France via le Tadjikistan, il est interpellé par la police pour usurpation d’identité quand en fait c’est bien la sienne. Il remémore un épisode de jeunesse à Moscou lors d’un voyage scolaire organisé. De fil en aiguille, remonte à la surface ses liens avec sa famille, sa mère et ses crises, son frère Ivan déjanté et sa sœur Delphine bien tristounette, et de son cousin Bob et ses potes Pénélope, Mehdi et Kovalki, et surtout d’Esther, l’amour de sa vie.

Je n’ai jamais été très porté sur les histoires de nostalgie pleines de regrets et d’amertume, et moins encore dans ce récit. Il y plane une sorte de lourdeur oppressante, de folie morbide et d’inconsolable manque d’   mais avec une délectation à se morfondre d’une jeunesse passée de travers. Si les trois épisodes sont tout aussi intéressants, ils sont aussi un peu gâchés par ce manque d’énergie, par cette léthargie qui n’avance à rien et perd rapidement son intérêt tant on a envie de passer à autre chose. La réalisation est heureusement soignée, avec une reconstitution d’une époque révolue qui pourtant ne donne pas envie de s’en rappeler ni de la regretter, mais seulement d’effacer et d’oublier.

Le casting est intéressant avec Quentin Dolmaire et Lou Roy Lecollinet qui, pour leur première participation, sont véritablement marquants. Mathieu Amalric (Arrête ou je continue) égal à lui-même passe bien, ainsi que Cecile Garcia Fogel et Elyot Milshtein, Pierre Andrau et Lily Taïeb (Lou ! Journal infime), Raphael Cohen et Clémence Le Gall, ainsi que Theo Fernandez (La guerre des boutons) et Olivier Rabourdin (Grace de Monaco), Anne Benoit (100% cachemire) et Yassine Douighi (Jamais de la vie), comme Dinara Droukarova (Arrêtez-moi), Françoise Lebrun (La religieuse) et Irina Vavilova, imprègnent bien l’ambiance générale.

2 étoiles

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires