Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 12:01

Le nouveau film de Charlotte De Turckheim (Mince alors !), dont elle adapte ici la pièce de théâtre Sunderland, de Clément Koch, s’empare de thématiques dramatiques avec un zeste d’humour et un regard doux amer sur la crise économique et ses conséquences, et qui pourtant s’accordent mal en porte à faux ou parfois sont limites dans certains ressentis.

Après la fermeture de l’abattoir de poulets, Sam, se retrouve au chômage, fait parti des pom-pom girl, et se débrouille autant qu’elle le peut pour conserver la garde de sa jeune sœur Kim, handicapée depuis la mort de leurs parents. Elle partage sa maison en colocation avec sa meilleure amie Céline, qui grâce à ses activités de téléphone rose, permet une subsistance minimale. Lorsqu’un couple gay fait une proposition inattendue faite à Sam les aiderait à améliorer leur vie.

D’une manière assez étrange, sur des sujets d’actualité tel que la crise économique, auquel se mêle le thème du GPA, la tonalité humoristico-satyrique sied mal à la narration douce amère. S’il n’y a pas franchement une vision homophobe, ou si n’était pas l’intention première, une forme de maladresse alors met mal à l’aise tant l’incompréhension est ici surprenante et pourrait être interprété comme tel. Les protagonistes ne sont pas franchement sympathiques, malgré les tuiles qui leur tombent dessus, dont le regard porté sur leurs vécus et ressentis sonnent étrangement mal. Je n’ai pas trop aimé les descriptions très clichés des personnages selon leur milieu sociaux, souvent plus proche de la caricature, et un manque d’émotion.

Alice Pol (Supercondriaque) est jolie et juste juste, face à Audrey Lamy (Pauline détective) qui maitrise depuis si longtemps son unique personnage qu’on ne la voit plus, quand Bruno Sanches (Le talent de mes amis) est efficace mais sans se renouveler non plus. Anna Lemarchand (Papa ou maman) passerait mieux, quand Grégory Fitoussi (Jamais le premier soir) apporte une dimenssion plus émouvante, ainsi que Daniel Njo Lobé. Barbara Bolotner (Un village presque parfait) et Julia Piaton (Tiens-toi droite), ainsi que Charlotte De Turckheim (Grand départ) complètent une ambiance mitigée.

2 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires