Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2015 3 05 /08 /août /2015 10:50

Zeresenay Berhane Mehari nous relate à partir d'une terrible et émouvante histoire véridique inspirée de la jeune Aberash Bekele, du combat de l'avocate Meaza Ashenafi, et de son association au travers d'une pratique odieuse d’enlèvements, de viols et de mariages forcés de jeunes filles, selon des pratiques traditionnelles dans certaines régions d’Afrique, pour le respect du droit des femmes éthiopiennes.

Alors qu’Hirut, jeune collégienne de 14 ans quitte l’école, elle est pourchassée par des cavaliers qui l’enlève, et l’emmène dans leur village où elle y est violée et enfermée, avant d’être prochainement mariée de force. Cependant, profitant d’un moment d’inattention de ses ravisseurs, elle s’échappe en emportant le fusil du violeur. Poursuivie par la meute, elle abat son ravisseur. Elle ne doit son salut qu’à l’arrivée inopiné de policier qui lui évite l’égorgement assuré. Pourtant, son sort semble réglé aux yeux d’une justice patriarcale, et sa condamnation à mort certaine, quand son dossier est pris en charge par l’avocate Meaza Ashenafi, avec son association de femmes avocates combattant pour le droit des femmes en Ethiopie, qui tente tout pour la sauver, et éveiller les consciences du pays contre ces pratiques archaïques.

Sur une tragique tradition monstrueuse, le récit donne un rendu d’une affaire qui permit une grande avancée dans les consciences et la lutte contre une pratique scandaleuse. Pourtant, bien que la narration soit émouvante en soit, la réalisation m’a paru un peu rêche et froide dans sa retranscription un peu trop circonstancier dans l’énumération des faits. Il faut attendre véritablement le dernier tiers pour trouver l’émotion à fleur de peau. Cependant, le combat héroïque d’une poignée de femmes déterminées, face à tantôt l’indifférence, ou tantôt la complicité générale des hommes, est excellemment bien rendu, et la victoire d’autant plus admirablement heureuse. Surtout quand tant de femmes à travers le monde en général, et en Afrique en particulier, subissent à chaque instant tellement d’horreur dans des justifications inacceptables selon des traditions ou religions machistes, qu’une petite lueur d’espoir qui surgit ici fait du bien au moral. Ce film à le mérite de montrer que rien n’est impossible à faire évoluer les mœurs, et que le combat mérite d’être soutenu contre toutes les barbaries… et il y a encore tant à faire.

Meaza Ashenafi, est la fondatrice et directrice exécutif de l'organisation d'aide juridique éthiopien Association des femmes juristes, dont l’inlassable combat contribue à l’évolution des femmes éthiopiennes et l’adoption de lois. Le film a eu un grand succès, malgré des tentatives pour son interdiction de diffusion dans le pays. Il montre que quand les femmes s’organisent, elles peuvent devenir puissantes et faire changer leur destin.

La très belle Meron Getnet, joue avec beaucoup de conviction et d’émotion, autant que la jeune Tizita Hagere pleine de sensibilité à fleur de peau et terriblement marquante. Il en est ainsi d’Haregewine Assefa et de Brook Sheferaw, Mekonen Laeake et Meaza Tekle, Shetaye Abreha et Moges Yohannes ou encore Mickey Tesfaye, Teferi Alemu, Kiya Kenneha et Girma Teshome.

3 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires