Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 11:30

Comédie bien rigolote réalisée en 1980 par Howard Zieff, qui nous entraine dans les arcanes militaires de bidasses en robe et rouge à lèvre avec beaucoup d’humour déjanté et une vision toute féminine de l’armée et de ses arguties légérement écornées avec une certaine subtilité condescendente dans un grand délire général.

Parce que son premier mariage avait rapidement tourné court, et qu’au second le mari est mort d’une crise cardiaque au moment du coït nuptial, Judy Benjamin, jeune bourgeoise de 28 ans, plonge dans le désespoir. C’est à la suite du piège d’un officier recruteur habille, que la jeune veuve s’engage dans l’armée, et se retrouve embringuée dans une caserne au lieu du club de vacances promis. Passé la surprise et les premiers moments difficiles avec l’environnement et les nouvelles recrues, Judy s’acclimate autant que faire se peut dans son camp d'entrainement. La fifille super trop choyée par ses parents, se découvre une force de caractère insoupçonnée, et peut-être un amour avec un beau français.

J’avoue que je me suis beaucoup amusé dans cette comédie loufoque, bien qu’un peu trop moraliste sur les bords, mais que nombre de gags et répliques laissent de côté certains clichés. Si quelques longueurs sur la fin avec la romance traînent un peu, l’ensemble reste une bonne comédie bien barge. De fait, la nunuche de service, bringuebalé par les aléas de la vie, et l’éducation étouffante l’ayant totalement vidé de la moindre personnalité et sens de décision, trouve un passage originale vers la vie adulte. Certes, l’armée sert ici de déclencheur que l’on pourrait trouver mieux tant était risqué le message « engagez-vous, rengagez-vous ». il n’en est rien tant la caserne et ses  sont gentiment mis au pilori. Reste que le récit est drôle de part la personnalité godiche d’une Judy qui trouve la clé pour laisser exprimer sa véritable identité.

La réalisation est des plus classiques pour une comédie des années quatre-vingts, surfant sur le trash sans jamais dépassé les limites. Mise en scène cependant vive et bon enfant qui alterne ainsi les moments d’actions rocambolesques aux phases plus romantiques. Une série télévisée en trois saisons, de 1981 à 1983 avait suivi la vague du succès du film, avec Lorna Patterson, Eileen Brennan et Hal Williams. En Mars 2010, il avait été annoncé un remake avec Anna Faris, mais finalement, en mai 2014 il a été confirmé que ce serait Rebel Wilson qui incarnera Judy Benjamin.

En attendant cette sortie, c’est l’excellentissimement drôle et charmante Goldie Hawn (Swing shift) qui marque pour l’éternité son personnage, avec son mélange de candeur et de crédulité, face à Eileen Brennan (La cité des dangers) et Armand Assante, comme Robert Webber et Sam Wanamaker (Baby boom), mais aussi les Barbara Barrie et Mary Kay Place (Miss Meadows), ou encore Harry Dean Stanton (Adieu ma jolie) et Hal Williams, Toni Kalem et Damita Jo Freeman, ou encore Craig T. Nelson et Albert Brooks (A most violent year) qui participent avec autant de conviction à la réussite générale.

3 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires