Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 13:48

Dheepan : Photo Antonythasan JesuthasanJacques Audiard (De rouille et d'os), s’est parait-il librement inspiré des Lettres persanes de Montesquieu, il parait... et pourquoi pas ? mais ce n’est pas forcément gage d’une bonne inspiration dans ce récit, et moins encore dans l’esprit que dans la réalisation pour le moins très décevante, une fois de plus, aborde un thème d'actualité et extrêmement sensible.

http://3.bp.blogspot.com/-3zohy3Qzefk/VV4P4zlowdI/AAAAAAAA86c/15juNm8P6-Q/s1600/DEE.jpegAfin d’immigrer vers l’Angleterre de son Sri Lanka natal, Yalini, fait passer la jeune Illayaal pour sa fille, et Dheepan pour son mari en une fausse famille, trompant ainsi les services de l’immigration débordés. Leur voyage les amène finalement en France, où ils trouveront logement et allocations, école et emplois dans une cité de la banlieue parisienne pour une nouvelle vie. Perdus dans ce nouveau monde, ils se rapprochent pour s’adapter et trouver leur place.

Dheepan : Photo Kalieaswari Srinivasan, Vincent RottiersEn fait, je ne suis pas certain de bien comprendre le message du réalisateur. Déjà, le film de Sudabeh Mortezai Le petit homme laissait perplexe, et à l’heure où depuis le début de l’année, l’arrivée massive d’immigrés vers Europe jette le trouble dans leur accueil et par leurs exigences. En tout cas, loin d’émouvoir, le film de Jacques Audiard fait peur et craindre le pire. Non seulement pour les nouveaux arrivants parqués dans des ghettos tenus par des mafieux dealers et des intégristes religieux, mais aussi pour les pays d’accueils face à ce concentré de violence, tel qu’il est décrit dans ce film. De fait, le récit n’est pas des plus positifs, ni passionnant et moins encore émouvant, mais plus sûrement agaçant et terriblement inquiétant. Une palme d'or quelque peu usurpée.

Dheepan : Photo Antonythasan Jesuthasan, Claudine VinasithambyFilmé caméra sur l’épaule, en une mauvaise imitation de docu-fiction, sur une trame pleine de clichées et de poncifs, on sombre vite dans l’ennui et l’effroi, au lieu d’une meilleure compréhension et émotion. Je n’ai pas aimé le regard bobo d’une situation sociale complexe, résumée en un récit bien que malaisé, mais au doigt accusateur pointé dans les mauvaises directions. Les successions de scènes sont mal agencées, donnant un état des lieux sinon confus, du moins difficiles à situer et de s’accrocher à l’histoire.

http://fr.web.img3.acsta.net/pictures/15/06/23/15/36/470704.jpgLes interprètes s’en sortent plutôt pas mal, avec Antonythasan Jesuthasan et Kalieaswari Srinivasan, ainsi que la petite Claudine Vinasithamby, qui est excellente. Vincent Rottiers (Valentin Valentin) n’est toujours pas emballant, quand Marc Zinga (Jamais de la vie) est plus convaincant. De même Franck Falise ou Tarik Lamli.

1 étoile

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires