Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 10:19

Ex Machina : PhotoEtonnante vision de l’Intelligence artificielle d’Alex Garland qui apporte un regard sur le sujet sensible des robots, de leur intelligence et des sentiments pour une réaction tout aussi humaine dans ce thriller de science-fiction aux réflexions sciencifico-philosophique sur le ressenti d’une machine douée d’intelligence et d’une âme. Un thriller haletant de bout en bout.

Ex Machina : Photo Domhnall GleesonCaleb, est l’heureux lauréat d’un concours interne à son entreprise, le célèbre moteur de recherche BlueBook, en qualité de meilleur codeur informatique. A 26 ans, il gagne un séjour d’une semaine à la montagne, dans la résidence de son patron Nathan. A peine arrivé, Caleb apprend qu’il va être chargé de tester une invention révolutionnaire de Nathan, au travers des ses connaissances informatiques. Ainsi, il rencontre Ava, une magnifique jeune femme qui n’est autre qu’un "Ex Machina"robot, possédant une intelligence artificielle dotée d’une application de conscience. Si certaines parties de son apparence sont humaines, la plupart montre une ossature mécanique. Caleb doit lui faire passer des tests qui puissent prouver son humanité par des échanges, où transparaissent des personnalités complexes. Un jeu où chacun dupe l’autre.

Ex-Machina-Download-WallpapersJ’ai beaucoup aimé la montée en puissance dans ce huis-clos étouffant, ne laissant dévoiler l’intrigue qu’au compte goute sans que l’on ne sache jamais ce qui va advenir. Le suspens est subtilement distillé, dans les relations ambigües entre les trois protagonistes, dans une ambiance délétère où la paranoïa est poussée à l’extrême. Chacun tente de tromper et de manipuler l’autre dans une sorte de poker menteur avant d’abattre les cartes en quinte flush mortel. J’ai été saisi par les échanges sur les tests à partir de principes philosophiques et théories informatiques entre humain et machine, et les liens qui se tissent. La fin, bien que classique, est belle quand elle prend l’apparence humaine totale et disparaît dans la foule.

Ex MachinaLa qualité de la mise en scène est saisissante pour contenir le suspens, entretenir le doute sur la sincérité de chaque participant. Savamment maitrisée, la réalisation offre un cadre carcéral étouffant, dans une ambiance claustrophobe. Les robots numérisés sont magnifiquement animés. Décidemment, on ne peut s'empêcher de prendre encore référence avec les personnages de la Bible, où il m'aurait semblé plus opportun de prendre Lilith comme exemple, de part le fait qu'elle est la première femme, mais aussi par son caractère d'insoumise. Un thème récurent, que l’on a pu retrouver dans Eva ou  Chappie, mais qui apporte un plus d’originalité et d’angle de perspective des plus intéressants.

ex-machina-kyoko.JPGDomhnall Gleeson (Calvary) est excellent, face à la belle Alicia Vikander (Le cinquième pouvoir) particulièrement impressionnante, et Oscar Isaac (A most violent year) absolument parfait. Il en est de même de Corey Johnson (Capitaine Phillips), et une multitude de robotes des plus belles, comme Sonoya Mizuno, Deborah Rosan (Les gardiens de la galaxie), Chelsea Li (Il était temps), Elina Alminas (Cendrillon), Claire Selby, Tiffany Pisani, Symara A. Templeman (Jupiter : le destin de l'univers) pour une ambiance bien sombre.

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires