Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 10:37

Encore un très beau film de Nabil Ayouch (Whatever Lola wants), qui frise entre le documentaire et la fiction, avec toujours son regard tendre pour les femmes et leur place dans la société musulmane et ses hypocrisies, pour une autocritique sensible quand à leur vie.

A la nuit tombée sur Marrakech, quatre jeunes femmes, Noha et Randa, Soukaina et Hlima, se prostituent auprès de riches clients locaux ou saoudiens. Dans la folie ambiante de sexe, drogue et alcool, elles déversent tous leurs désirs d’une vie meilleure, s’émancipent des carcans rigides de la société et de la religion lourdement pesante, tout en affrontant le regard méprisant dont elles sont victimes d’une société haineuse et violente à leur égard, tout en profitant de la manne financière.

Cachez ces femmes que je ne saurais voir ! telle a été la réactions des prudes hypocrites qui sont les premiers à consommer. Ce très beau film, sombre et sensible, à été censuré au Maroc, et des menaces de mort ont été proférées contre le réalisateur et les jeunes et excellentes actrices. Pourtant, il n’y a rien de répréhensible dans ce récit, que le regard porté sur une réalité, ses raisons et ses causes.

La place de la femme dans la société, le manque d’amour dans le sexe comme dans les sentiments est palpable dans l’ambiance et les relations déshumanisées. Ayouch montre du doigt une réalité sociale mais aussi économique. Le cas de cette mère parfaitement au courant de l’activité de sa fille, dont elle profite des largesses tant que cela reste dans l’ombre, mais qui dès que le quartier sait, la chasse comme une pestiférée. La réalisation est soignée et maitrisée, aux images belles et lumineuses, à la mise en scène judicieuse pour ambiance toujours oppressante quel qu’en soient les apparences festives aux demandes des clients à toujours plus sans voir pour au temps le bout du tunnel. La prostitution n'est pas l'apanage du Maroc, mais touche bien sûr tout le monde, la France entre autre.

Les actrices, non professionnelles, sont belles et talentueuses, en leur espérant une brillante carrière en dépit des menaces de morts proférées à leur encontre. Ainsi, les belles Loubna Abidar et Sara Elhamdi Elalaoui, Halima Karaouane et Asmaa Lazrak sont terriblement marquantes, et hantent longtemps. De même Danny Boushebel et Abdellah Didane ou Carlo Brandt parmi la gente masculine convaincante.

3 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires