Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2015 7 18 /10 /octobre /2015 08:45

Primary_1920_streets-thumb-728x393-1495Comédie musicale phare de 1984, réalisée par Walter Hill (Du plomb dans la tête) qui avec le temps se bonifie, avec un charme presque désuet mais envoutant, et entrant dans la légende. Le titre original est tiré d'une chanson de Bruce Springsteen, issu de l’album Darkness on the edge of town, sorti de 1978.

http://40.media.tumblr.com/20a494926a3aa81ed75c306419518d0b/tumblr_niqoowJDfW1rjg1oeo6_r2_400.jpgLa célèbre chanteuse de rock Ellen Aim est violemment enlevée lors d’un concert, par Raven Shaddock et son gang de motards de hells angels, les The attackers, sous les yeux effarés du public impuissant. Si chacun retourne dans ses occupations quotidiennes, il n’en va pas de même pour Reva Cody ulcérée, qui en appel à son frère, Tom, l’ex petit ami d’Ellen. Aidé de la belle McCoy, ex militaire au Afficher l'image d'originechômage, et de Billy Fish amant et producteur de la chanteuse, une opération de sauvetage est lancée. Ils se rendent dans le quartier mal famé des motards, où les concerts hard se suivent. La captive de Raven est enfermée et ligotée, refuse de céder aux avances de son ravisseur et de chanter pour les motards. Le combat pour la reprendre va être très serré.

Afficher l'image d'origineEncore une excellente bonne surprise avec ce film qui, s’il a peut-être un petit peu vieilli, n’en reste pas moins une très sympathique et absolument charmante comédie, avec des musiques entrainantes et des chorégraphies bien ficelées. La trame est une parodie de West side story et L'équipée sauvage, dans une forme de western moderne dans une époque proche des années cinquante, tout en nous faisait perdre nos repères. Comédie, bien que la Afficher l'image d'origineviolence soit bien présente, entre enlèvement et castagnes, il n’y a pourtant pas de morts à déplorer ni de gore. Chanté et dansé sur un rythme joyeux, la romance n’est pas un happy end conventionnel. De fait, je me suis beaucoup amusé dans cette folle ambiance, aux nombreuses références cinés, avec une atmosphère résolument musicale avec un certain côté faussement naïf second degré que j’apprécie.

Il était prévu à partir de ce film d’en faire une trilogie qui se serait appelée The adventures of Tom Cody, dont Les rues de feu devait avoir les suites avec The far city et Cody's return. Malheureusement, l'échec commercial au box-office nous en a privé. Cependant, il fût tout de même réalisé en 2008, une suite non officielle, avec The last road to hell sous la direction d’Albert Pyun et Michael Paré, avec Michael Paré lui-même, Deborah Van Valkenburgh et Clare Kramer. Une fois n’est pas coutume, le blu-ray est accompagné de bonus passionnants, avec notamment des interviews des interprètes trente ans plus tard qui reviennent sur des anecdotes sympas, tant dans la réalisation que l’ambiance et le jeu.

http://41.media.tumblr.com/82f03328db963fc45bc6380a33f07a71/tumblr_niqoowJDfW1rjg1oeo2_r2_1280.jpgMichael Paré (Les dossiers secrets du Vatican) est excellentissime, de même la belle Diane Lane (Man of steel) et Willem Dafoe (John Wick) impayable. Rick Moranis (La petite boutique des horreurs) est une fois de plus drôle à souhait, quand Amy Madigan (Shérif Jackson) est belle et marquante. Richard Lawson (Poltergeist) et Rick Rossovich (Terminator), comme Bill Paxton (Night call) et Deborah Van Valkenburgh, ainsi qu’Elizabeth Daily et la célèbre danseuse Marine Jahan depuis Pretty woman, nous régalent parmi tant d’autres talents.

3 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires