Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 16:28

Man Up : Photo Ophelia LovibondExcellente comédie romantique totalement déjantée de Ben Palmer (Les boloss), avec à la base un quiproquo savoureux qui va vite déraper dans un coup de foudre vers l’indicible passion qui fait tomber tous les masques sauf celui d’un pieu mensonge qui manque d’éclater et de tout faire perdre dans un délire gigantesque.

Afficher l'image d'origineDans le train qui la mène à Londres, Nancy fait connaissance avec Jessica, une passagère qui écoute sa conversation téléphonique. Elle apprend que la jeune quadra est une célibataire qui doit faire le discours pour les quarante ans de mariage de ses parents. La jeune femme lui offre un livre de méthodes pour trouver l’âme sœur, elle-même ayant un rendez-vous arrangé, dont le dit livre est un signe de reconnaissance. Arrivé en gare, Nancy Afficher l'image d'originecourt après la jeune femme pour lui rendre ce satané bouquin, quand au point de rendez-vous, elle est apostrophée par Jack visiblement pas mieux loti que Nancy, qui se fait passer pour Jessica. Le début d’une soirée pleine d’imprévues délirantes et passionnées sur l base d’un mensonge.

Man Up : Photo Lake BellDe fait, la trame est tout ce qu’il y a de plus classique, vu, revu et corrigé, et pourtant ça fonctionne à fond. Bien que souvent trash, ce n’est jamais vulgaire, toujours drôle et tendre, joyeux et émouvant. Les gags et répliques se succèdent crescendo sans discontinuer, avec toujours ce bon esprit de distraire et cette histoire d’amour pas très conventionnelle qui semble promise à se casser la figure pour à chaque fois rebondir de plus belle. Je me suis beaucoup amusé, tant les protagonistes nous ressemblent beaucoup Afficher l'image d'origineplus que la plupart des personnages des comédies romantiques. Il n’y a jamais de mauvais fond dans le récit, pas la moindre humiliation pour rester dans le style bon enfant jusqu’au happy end. C’est vif et alerte, sans temps mort ni pathos, pas le moindre discours moraliste, politique ou religieux, ni la moindre violence verbale ou physique. Je pense à la fin, où à la version américaine, un coup de poing –ou plus ?-aurait été asséné au prétendant peu délicat. Le style british est beaucoup plus soft, et il m’a changé les idées avec plaisir.

Afficher l'image d'origineLa belle Lake Bell (No escape) est extrêmement drôle et attendrissante, face à Simon Pegg (Mission : impossible) encore une fois bidonnant avec en sus une grande tendresse émouvante. Ophelia Lovibond (Les gardiens de la galaxie) et Rory Kinnear (Imitation game), comme Henry Lloyd-Hughes (Anna Karenine) et Sharon Horgan (Imagine me and you), ainsi que Stephen Campbell Moore (Johnny English, le retour) et Dean-Charles Chapman (Avant d'aller dormir) bien plus sympathique que dans Game of Thrones, mais encore Ken Stott (Le hobbit) et Harriet Walter (Suite française) et Olivia Williams (Maps to the stars) est tout aussi tordante, donnent tous dans la joyeuse folie générale.

3 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires