Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 09:31

Grace à Wild side vidéo, j’ai pu découvrir cet excellent et terrible film d’horreur comme on n’en fait plus depuis longtemps d’aussi efficace, réalisé par Eli Roth (Knock knock) en pleine jungle amazonienne pour une critique virulente d’un état d’esprit de certains écolos bobos.

Afficher l'image d'origineRéveillée un matin par une protestation d’activistes sur son campus universitaire, Justine, jeune belle étudiante, fille d’un membre de l’O.N.U., fait la rencontre d’activistes écolos. Désireuse d’apporter son aide, elle part pour un week-end en Amazonie pour protester contre la déforestation et la protection des populations amérindiennes. Lorsque le petit groupe repart fort du succès de communication internationale, leur avion s’écrase dans la jungle. A peu près indemnes, ils sont aussitôt violemment assaillis par des indigènes. Le comble de l’horreur les attend au village d’une population cannibale.

Afficher l'image d'origineCœurs sensibles, accrochez-vous bien. Comme je ne m’attendais absolument à pas à ce qu’elle sauce j’allais être mangé, j’ai été bien évidemment saisi de surprise et d’effroi, mais en même temps que l’horreur du récit et du franchement gore bien sale, je me suis aussi beaucoup amusé. Le moins que l’on puisse dire, c’était couru d’avance que ce petit groupe de sympathiques jeunes bobos écolos d’une naïveté déconcertante, Afficher l'image d'originecourraient à la catastrophe. Déjà, le petit facho qui mène les jeunes étudiants à la baguette, tel un gourou sectaire, aurait du les interroger et les inquiéter. Ensuite, quelle idée d’aller sans aucune préparation ni expérience au cœur d’une jungle inconnue, dont la seule évocation fait frémir de nos lointaines et spacieuses sociétés, quelle qu’en soit les bonnes intentions à la base, quand des mensonges les manipulent et les pièges.

Afficher l'image d'origineS’ils ne pouvaient imaginer pareil destin et festin culinaire, les meurtres par les sociétés de déforestations ne s’arrêtent pas avec des vidéos de smartphones. Car c’est bien de cela qu’il s’agit dans ce récit d’Eli Roth, à l’heure où nous sommes promptes à liker en toute circonstance pour toute actualité qui surgit à vitesse grand V sur les malheurs du monde, ou signer des pétitions de soutiens émus. Ainsi, la critique féroce du réalisateur nous plonge dans un film d’horreur sur ce qui sans doute nous GreenInferno31effraie au plus au point depuis la nuit des temps dans le cannibalisme. Reprenant des inspirations et références du genre, avec une habileté sans pareil, sur un rythme époustouflant, ne nous laissant pas le temps de nous remettre d’une horreur que déjà l’angoisse est surpassée par la scène suivante. C'est aussi un hommage au film Cannibal Holocaust de Ruggero Deodato de 1980. Vive et alerte, maitrisée et superbement filmée, la trame est magistralement réalisée avec des travelings nets et précis, sur des décors de rêve de forets vierges aux couleurs riches et variées et de lumières éclatantes.

Afficher l'image d'origineAvec cette narration, on pourrait croire que l’image des amérindiens en prend un coup, mais c’est sans compter sur les bonus, comme toujours chez cet éditeur qui soigne ses films avec beaucoup de qualités, les villageois ont été en réalité accueillants et adorables. Ainsi, n’ayant jamais vu, ni de blancs, ni de caméra et films, ils ont participés avec plaisir à la réalisation, hilares d’une telle histoire et de cannibalisme. On peut par contre se poser la question sur l’impact produit par la production sur les villageois, et je serais curieux de connaitre leurs ressentis depuis. Une suite, Beyond the green inferno, est prévue pour 2018, avec sans aucun doute la suite d'Alejandro et de Justine.

Afficher l'image d'origineAvec Lorenza Izzo excellentissime, ainsi qu’Aaron Burns et la belle Ignacia Allamand vus également dans Knock knock. Ariel Levy et Kirby Bliss Blanton (Projet X), Magda Apanowicz (L'effet papillon) et Daryl Sabara (John Carter), de même Nicolás Martínez et la chanteuse Sky Ferreira, Eusebio Arenas, Richard Burgi et Matías López, l’effrayant Ramon Llao et Antonieta Pari, comme Mary Dunworth et la jeune et excellente Tatiana Panaifo, qui donnent le meilleur pour l’angoisse et l’horreur avec conviction.

Afficher l'image d'origineLe film The green inferno d’Eli Roth, distribué par Wild side vidéo, sera disponible dans les meilleurs bacs dès le 6 janvier 2016 en blu-ray et DVD. Il est proposé en version originale anglaise sous-titré français, et en version française. Les bonus nous offrent de nombreuses interviews du réalisateur et des interprètes qui nous content les dessous de la réalisation avec des anecdotes croustillantes.

3 étoilesAfficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires