Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 18:38

Belle et Sébastien : l'aventure continue : Photo Félix BossuetAprès la première adaptation du roman de Cécile Aubry par Nicolas Vanier avec Belle et Sébastien, qui fût sympathique mais sans plus, c’est au tour de Christian Duguay (Jappeloup) de donner une suite aux aventures de l’enfant et de sa chienne, dans une quête de vérité, et des retrouvailles familiaux.

Afficher l'image d'origineAlors que la seconde guerre mondiale a pris fin, Sébastien attend avec impatience le retour d’Angelina, après deux ans d’absence. Celle-ci, décoré pour sa bravoure deans la résistance a aussi hâte de le retrouver quand son avion s’écrase en montagne, déclenchant un incendie de foret. Même si son corps n’a pas été retrouvée, elle est considérée comme décédée. Sébastien et César, ne croyant pas à cette thèse, partent avec Belle à sa recherche, à bord d’un avion de reconnaissance qui appartient à Pierre, qui n’est autre que le père biologique de l’enfant. Bravant l’incendie, Sébastien, Belle et la jolie Gabriella, une nouvelle amie italienne du gamin, sont bien décidés à retrouver la jeune femme.

Belle et Sébastien : l'aventure continue : Photo Félix Bossuet, Thierry NeuvicEn effet, on reprend les mêmes ou presque pour une nouvelle aventure d’après guerre. Une histoire simple et sans surprise, qui se laisse regarder sans déplaisir. Mais tout de même, la belle Angelina a le cul bordé de nouilles. Après un crash en avion en flamme, seule survivante, elle échappe à l’incendie de foret déclenché par l’accident, trouve le moyen de chuter dans une crevasse trente mètre plus bas dans une grotte humide, sans rien se casser. Enfin, pour finir, elle se Belle et Sébastien : l'aventure continue : Photo Félix Bossuet, Thylane Blondeaumet en ménage avec le père de Sébastien de 25 ans plus vieux… Alors le récit, avec tous ces miracles successifs, la trame est là aussi sympathique, gentiment naïve et neuneu, désuet au possible pour certainement un public enfant des années soixante. Ça se suit avec beaucoup d’indulgence et le plaisir des grands espaces pour un message de solidarité.

Le jeune Félix Bossuet (Mon roi) est toujours aussi mignon et attendrissant, face à Thierry Neuvic (Antigang) passablement agaçant est peu convaincant, quand Tchéky Karyo (Des morceaux de moi) et la belle Margaux Chatelier (Belle et Sébastien), sont plus dans le jeu, comme Urbain Cancelier (Tu seras mon fils) et la jolie Thylane Blondeau, fille de Veronika Loubry, joue avec prestance. De même Joseph Malerba (Mauvaise fille) et Ludi Boeken (World war Z), Jeffrey Noel et Frédéric Epaud (Taj Mahal).

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires