Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 14:03

No Land's Song : PhotoExcellent documentaire d’Ayat Najafi, sur la musique et les femmes face à la censure de l’islam, dans l’Iran à la veille d’élections porteuses d’espoirs de changement de chef d’Etat, pour un peu d’ouverture d'esprit en politique et dans l'expression artistique considérée comme impure doublée du mépris de le femme.

No Land's Song : PhotoDepuis 1979 et l’arrivée au pouvoir de la dictature islamique en Iran, la loi musulmane interdit aux femmes de chanter en public en tant que solistes. En 2008, la jeune compositrice Sara Najafi, décide de braver l’interdiction afin de redonner de la voix aux femmes iraniennes, riches d’un passé et d’artistes féminines de renoms qui ont fait la gloire de la culture du pays. Elle décide d’organiser un concert public avec l'aide de trois artistes française, Elise Caron, Jeanne Cherhal et Emel No Land's Song : PhotoMathlouthi, dans un esprit de passerelle culturelle et de résistance à la dictature machiste religieuse. Durant trois ans, entre allers et retours entre les deux pays pour l’organisation et les répétitions, Sara tente d’obtenir des autorisations avec le ministère de la censure. Un véritable parcours de combattant face aux refus multiples, entre chaud et froid.

No Land's Song : PhotoUn très beau documentaire qui étreint tant sont violents les arguments musulmans contre les femmes, tant sont ridicules les comparaisons entre les excitations provoquées par la musique selon le public ou les interprètes. Emotions aussi avec l’implication courage de Sara et de tout celles et ceux qui veulent croire possible à la victoire de l’art. Emotions enfin avec le final magnifique dans la symbiose des chants où l’unisson des talents dégage No Land's Song : Photoune telle intensité, et une belle leçon humaine. Une autre vision du Téhéran de la musique que Bahman Ghobadi nous avons offert dans Les chats persans. La réalisation, malgré les conditions difficiles, donne cet aspect doublement percutant à l’image et au son, que l’on retrouve dans le cinéma iranien, douée de persuasion de l’envie de vivre pleinement en liberté sous un régime de plomb, quand bien même une timide ouverture ultra contrôlée et très limité pourrait faire croire à un possible avenir plus rose.

No Land's Song : PhotoAvec Sara Najafi et Parvin Namazi, Sayeh Sodeyfi et Imed Alibi, Chakad Fesharaki et Sébastien Hoog, Ali Kazemian et Edward Perraud, Ali Rahimi, Sayeh Sodeyfi et Maryam Tajhdeh, offrent un bel aperçu de leur courage et de leurs talents.

3 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Documentaires
commenter cet article

commentaires