Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 15:01

Un grand merci à Blaq out pour m’avoir permis de découvrir ce superbe film australien réalisé en 1993 par Rolf de Heer, dans une version restaurée, sur un récit époustouflant et ahurissante d’émotion et sensations fortes.

Afficher l'image d'origineEnfermé dans un appartement avec sa mère depuis sa naissance, à 35 ans Bubby n’a aucune connaissance du monde qu’il croit empoisonné. Vivant sous la coupe d’une mère incestueuse, l’arrivée soudaine de son père, perturbe son entendement et son univers. Quand il sort de sa prison, avec le costume de pasteur de son père, il découvre la vie, le soleil, la ville, Afficher l'image d'originela musique et les pizzas, et s’instruit par le mimétisme sur toutes les personnes qu’il rencontre. La rencontre avec des chanteurs de l’Armée du Salut, puis ceux d’un groupe de rock, lui ouvre des horieons d’expreesions et il s’embarque pour une nouvelle vie plus de rencontres et découvertes.

Extrêmement étrange, bouleversant, cruel et empreint d’une poésie sombre, violente et tendre, dans lequel les émotions fortes et émouvantes m’ont ainsi enthousiasmé. Ainsi, ce jeune homme qui nait à trente cinq ans, après autant d’enferment, au cerveau d’un nouveau né quelque peu dégénéré, saisit la vie avec la curiosité naïve et gourmande d’un enfant. J’ai adoré Afficher l'image d'originecette vision du  passage à la vie d’adulte, à son insertion primitive à la musique, scène extraordinaire quand il monte la première fois sur scène, comme à la vie avec la découverte de la pizza, du plaisir charnelle de tendresse avec la jeune chanteuse, et la très émouvante relation lors de sa rencontre avec la jeune handicapée. Le discours est résolument anticlérical, sans porter non l’athéisme et autres philosophies aux nues, pour un cri à la liberté de vivre et d’aimer. Véritable bijou, ce film est terriblement marquant et hante longtemps.

Une réalisation magnifique, tant dans sa mise en scène, que dans les images, où pas moins de 32 directeurs de la photographie se sont succédés, apportant chacun et sur chaque lieu de tournage, une impression visuelle différentes. Mais également la piste son est des plus troublantes, avec un procédé de tonalités binauraux grâce aux deux micros portés dans Afficher l'image d'origineles cheveux de Nicolas Hope, apportant une sonorité aérienne aussi réelle que possible. Le script a germé de longues années dans l’esprit du réalisateur, qui est enfin passé à la réalisation après avoir visionné le court métrage Confessor, Caressor de Tim Nicholls dans lequel joue Nicholas Hope. La richesse du cinéma australien de ces trente dernières années n’en fini pas de nous surprendre.

Afficher l'image d'origineAvec l’excellent Nicholas Hope (The goddess of 1967) absolument habité, face à Claire Benito fabuleusement odieuse, autant que Ralph Cotterill. Ainsi que l'excellente Carmel Johnson, Syd Brisbane et Nikki Price, Ullie Birve et Audine Leith, Natalie Carr et Lucia Mastrantone, Celine O'Leary et Paul Philpot, Todd Telford et Paul Simpson, Stephen Smooker et Peter Monaghan, et l'émouvante Rachael Huddy.

Afficher l'image d'origineLe film Bad boy Buddy de Rolf de Heer, distribué par Blaq out, est disponible dans les meilleurs bacs depuis le 3 juin en DVD et blu-ray. Il est proposé en version originale sous-titrée français. Dans les suppléments, un long et passionnant entretien avec le réalisateur Rolf de Heer , accompagné du court métrage  Confessor, Caressor de Tim Nicholls.

3 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires