Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 09:19

Afficher l'image d'origineFilm d’horreur phare de 1980, réalisé par Stanley Kubrick d’après une adaptation du roman du célébre Stephen King, qui avait alors tant marqué les esprits à sa sortie, avec d’indéniables qualités, mais qui pourtant semble avoir quelque peu mal vieilli, dans un récit qui s'adresse à un jeune publc de préados.

Afficher l'image d'origineLors de sa candidature d’embauche pour le poste de gardien d’un hôtel luxe en montagne, Jack Torrance, apprend qu’un terrible drame a eut quelques années auparavant avant avec un gardien qui avait tué sa femme et ses deux fillettes. Faisant fit de ce drame, Stephen prend possession de de l’hôtel fermé tout l'hiver, avec sa femme Wendy et son fils Danny. Pendant que Stephen s’enfonce dans l’écriture de son livre, Wendy parcourt les lieux avec ennui. Le petit Danny, ayant le don de médium, le Shining, voit des scènes des horreurs qui ont été perpétrés dans la chambre 327. La menace pèse dans ces lieux de solitude.

shiningLors d’une conversation cinéphilique, j’avouai honteusement n’avoir jamais vu ce célébrissime film d’horreur, dont je n’avais connaissance que d’extraits, comme celui du gamin dans un couloir avec sa voiture à pédale et les petites filles, avec cette musique angoissante. Rapidement, le dvd m’a été offert, et quelle grosse déception. Je m’attendais à tellement plus effrayant que j’en suis resté dubitatif. Alors que l’ambiance est posée dans un cadre fabuleux d’un hôtel immensissime, Afficher l'image d'origineaux longs couloirs et salons gigantesques, dont l’absence humaine donne en effet de quoi s’angoisser, le récit des plus minimalistes ne nous offre pas grand-chose, et l’effet final est amoindri. Finalement, la folie plus que la possession diabolique qui s’empare du père, déjà mari violent, mettant en danger sa famille, est loin d’effrayer. Pourtant, j’ai marché un temps, avec la musique saisissante, avec les images de l’hôtel et les premières apparitions des petites filles. Après, la belle dénuée qui se change en vieille décatie, les vagues rouges de sang, la salle de réception des années vingt et la photo finale, reste assez bon enfant d’un Stephen King pour ados.

Afficher l'image d'origineIl est vrai que la réalisation est superbe, avec les plans et travelings dans des cadrages souvent originaux, la mise en scène et les effets comme la musique et les bruitages. Tout concours pour nous mettre mal à l’aise et en état permanent d’aguets angoissés, mais bon, le récit souffre de trop de légèreté pour nous horrifier et moins encore nous traumatiser. Par la suite, de nombreuses théories ont voulues y voir des messages subliminaux divers et variés, plus loufoques les unes que les autres d'extrapolations souvent amusantes.

Afficher l'image d'origineAvec Jack Nicholson (La petite boutique des horreurs) qui excelle dans ces rôles, Shelley Duvall est très convaincante, de même que le jeune Danny Lloyd est époustouflant. L’excellent Scatman Crothers, comme Barry Nelson (Poltergeist), la belle Lia Beldam et Billie Gibson, ainsi que les jumelles Lisa et Louise Burns, sont dans l’ambiance avec conviction.

2 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires