Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 13:55

Un grand merci à Condor Entertainment pour m’avoir fait découvrir ce superbe thriller de science-fiction réalisé en 2014 par Bradley King, pour son premier long métrage, dans un savant mélange des genres et influences d’un récit original qui marque longtemps.

Afficher l'image d'origineFinn, Callie et Jasper, trois jeunes en dèche, partagent une colocation, et subsistent en petits boulots. Finn peine à peindre ses toiles et est gardien d’immeuble, quand sa petite amie Callie laisse ses désirs d’écrivaine en vendeuse, dans une histoire d’amour qui semble s’étioler, et Jasper qui perd régulièrement aux courses de chiens. Quand ils découvrent le cadavre de leur voisin scientifique, qui avait mis au point un appareil photo pointé sur leur salon, Afficher l'image d'origineleur vie prend une tournure inattendue. Les photos polaroid de la machine sortent automatiquement chaque soir avec 24 heures d’avance. Jasper y voit l’occasion de tirer profits pour ses paris et de gagner beaucoup d’argents. Mais le bookmaker vient rendre une inquiétante visite. A l’angoisse, s’ajoute méfiance et paranoïa.

Afficher l'image d'origineExcellent thriller angoisse horreur, dans un huis clos étouffant d’un trio d’amis qui vire de la joie de l’argent facile, à la folie paranoïaque, de la méfiance et les suspicions, des révélations et manipulations qui deviennent très vite incontrôlables. Si l’on pense à nombre de références littéraires à la Stephen King, et cinématographiques, dont l’épisode Dangereuses photos de la célèbre série Chair de poule d’après R.L. Stine, ou encore dans La Afficher l'image d'originecinquième dimension,  Bradley King y apporte beaucoup d’innovations dans son récit comme dans sa réalisation. Ainsi, alors que chaque photo apporte son lot d’informations et d’espoir, se greffe des incohérences volontaires qui perturbent notre entendement cartésien pour mieux nous troubler jusqu’à l’explication finale qui est apportée avec beaucoup d’émotion aussi désolante que jouissive. J’ai beaucoup aimé avoir été baladé ainsi crescendo, Afficher l'image d'origineavec nombre de pistes déroutantes, comme les photos manquantes au mur, ou de celles qui apparaissent totalement illogiques quand ça se révèle être la voute de la narration. De cette manière, l’esprit logique qui attend que les photos de l’avenir soient ce qui s’est passé et non ce qui est à venir, déroute l’entendement pour mieux nous surprendre avec plaisir.

Afficher l'image d'origineUne réalisation en tout point parfaite, confinée dans un espace réduit, entre le salon et la salle de l’appareil photo reliés par ce couloir effrayant, et dans lesquels les travelings nous plongent dans une claustrophobie d’autant plus inquiétante que la lumière tamisée sur des couleurs vives, assure une fausse tranquillité pour de vraies angoisses. Un film brillant donc, de part sa narration, son suspens dans une mise scène maitrisée et ses interprètes de grande qualité.

Afficher l'image d'origineAvec la belle et excellente Danielle Panabaker (The crazies) très marquante, face à Matt O'Leary (Time out) et George Finn (LOL USA) convaincants, ainsi qu’Amin Joseph (Homefront) et Jason Spisak, Sharon Maughan, David Figlioli et John Rhys-Davies.

Le film Time lapse de Bradley King, distribué par Condor Entertainment, est disponible dans les meilleurs bacs dès le 20 juillet 2016 en DVD et bluray. Il est proposé en version anglaise sous-titrée français, et version française. Dans les suppléments, des scènes coupées avec Danielle Panabaker et John Rhys-Davies.

3 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires