Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 11:11

Afficher l'image d'origineUne sympathique comédie réalisé en 2015 par Sean Anders (Comment tuer son boss 2), qui s’est inspirée d’une histoire vraie pour extrapoler son récit dans un combat de père biologique vs père de substitution, dans une rivalité à la conquête de l’affection des enfants par tous les moyens.

Afficher l'image d'origineHeureux en ménage, Brad Whitaker est marié à Sara, une jolie femme aimante ayant déjà deux enfants d’un premier mariage. Brad tente toutes les solutions pour se faire accepter et aimer par les jeunes Megan et Dylan pour être un bon beau-papa. Quand arrive Dusty Mayron, leur vrai père qui ne s’était jamais occupé de ses enfants. Une véritable compétition s’engage alors, l’un pour reconquérir leurs cœurs, l’autre pour gagner leur amour. Deux caractères, deux stratégies, deux concepts d'éductions opposés, où tous les coups bas sont permis.

Afficher l'image d'origineDans une succession de gags et de répliques et bons mots, de grimaces et de mimiques, cette joyeuse comédie loufoque, se perd cependant dans des longueurs et outrances souvent excessives avec des conceptions assez particulières d'un humour second degré. Sur la base dans ce récit, d'un véritable père étant plus celui qui élève et apporte amour et confort aux enfants, la surenchère vénale, des bonbons aux cadeaux From left: Will Ferrell and Linda Cardellini in Daddy's Home.les plus invraisemblables, qui ne sont pas franchement ce que l’on attend pour conquérir le cœur des enfants, donne le ton de la démesure d'uune rivalité complètement déjanté et à côté de la plaque, pour bien sûr arriver à un constat bien différent de ce qui touche réellement, De fait, je me suis souvent bien amusé, mais aussi un peu ennuyé par instant. Amusant de voir ces hommes en sorte de coqs de basse-cour faisant tout leur possible pour convaincre et séduire les enfants. Afficher l'image d'origineOn ri donc forcément par l’outrance des protagonistes, entre l’un totalement indécis, maladroit et timoré qui tente de faire bien catastrophiquement en gardant sa gentillesse, face à la brute épaisse culotée sans gène et charmeur qui emporte l’adhésion de tous, avant que la façade s’effrite, pour un final classique avec une porte ouverte sur un sequel qui est déjà prévu avec la même équipe.

Afficher l'image d'origineAvec un Will Ferrell (Zoolander 2) dans un rôle presqu’identique à la Very bad cop, est drôle, de même Mark Wahlberg (Ted 2), et la jolie Linda Cardellini (Avengers : l'ère d'Ultron), et les jeunes Scarlett Estevez et Owen Vaccaro (Joyeuses fête des mères) sont excellents. Thomas Haden Church (John Carter) et le délirant Hannibal Buress (Nos pires voisins), comme la très belle Alessandra Ambrósio (Ninja turtles 2), Billy Slaughter (The big short : le casse du siècle) et Bobby Cannavale (Ant-Man) sont dans l'ambiance de folie générale.

2 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires