Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 11:39

Un grand merci à Artus Films pour m’avoir permis de découvrir une très belle surprise avec ce western britannique réalisé en 1973 par Don Chaffey, véritable ovni dans le genre tout en gardant les codes inhérents en conciliant ceux des années soixante-dix, avec un regard novateur notamment sur le racisme et les comportements humains.

Afficher l'image d'originePour avoir tué son officier blanc, Ben un soldat noir américain court désespérément dans le désert, fuyant un chasseur de prime. Affamé, il surprend un indien infirme et pacifique. Odieux, l’ex-militaire, ex-esclave maltraite sa victime en lui volant sa maigre pitance. l’appelant avec mépris par tous les noms de chefs indiens, Ben le rend en otage, puis à la suite d’un accident le divient à son tour, et entre les deux hommes se tissent des liens d’amitié. Dans les ruines d’un village, l’indien trouve des poules, dont il prend l’une d’elle en affection qu’il nomme Charley le borgne. Le calme n’est que de courte durée, entre des mexicains agressifs et un chasseur de primes raciste.

J’ai beaucoup aimé ce western revisité, qui tout en gardant le style imposé aux codes du genre, apporte une vision nouvelle, plus moderne, absurde aussi, en abordant le racisme sous toutes ses formes. Celui bien sûr contre les noirs, mais aussi contre l’indien qui subit de la part d’un ex-esclave les mêmes brimades des esclavagistes, Celui des mexicains enfin, toujours au bas de l’échelle raciale, dans un portrait pire que les blancs avec la scène finale hallucinante.

Afficher l'image d'origineUne très belle réalisation, dans une lise en scène en trois actes presque théâtrale d’un huis clos en plein désert, avec des plans images maitrisés et des travelings appropriés. Un récit marquant avec peu de dialogue que les gestuelles et les expressions comme des rires en disent plus longs que de longs discours. Enfin, des acteurs excellentissimes, qui poussent leurs talents qui hantent longtemps.

Ainsi, Richard Roundtree est éclatant face à Roy Thinnes, le célèbre David Vincent dans Les envahisseurs, est génialissime. De même Nigel Davenport (Elementaire, mon cher... Lock Holmes), Jill Pearson et Aldo Sambrell, le jeune Luis Aller et Rafael Albaicín.

Le film Charley le borgne, de Don Chaffey issu de la Collection Les grands classiques du Western, distribué par Artus Films, disponible dans les meilleurs bacs dès le 6 septembre 2016 en DVD. Il est proposé en version originale sous-titrée français. Dans les suppléments, Le blanc, le rouge, le noir, dont Alain Petit nous apporte nombre d’informations sur la carrière du film, celle du réalisateur et des principaux interprètes du film, avec toujours sa passion comunicative.

3 étoiles

Partager cet article
Repost0

commentaires