Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 09:59

Dans les trésors de mon coffret Monsters, après avoir entre autres réalisé les Frankenstein en 1931, et La fiancée de Frankenstein en 1935, James Whale s’était attaqué en 1933 à cet autre monstre sacré d'après le roman de H.G. Wells écrit en 1897, dans la pleine vague du cinéma d’horreur.

Afficher l'image d'origineEn louant une chambre d’hôtel, Jack Griffin, pensait trouver le calme, pour poursuivre ses recherches secrètes. Le scientifique ayant trouvé le moyen de devenir invisible, veut trouver une formule lui permettant de redevenir normal, avant d'annoncer sa découverte, Mais son comportement particulièrement agressif, lui cause des ennuis avec les villageois et de la police. Les effets de sa transformation l’entrainent dans la folie des grandeurs et une mégalomane assoiffée de pouvoir et de célébrité. Bientôt il prend en otage son condisciple Kemp afin de l’aider de sa folie rapidement meurtrière. Sa fiancée Flora Cranley va tenter de l’arrêter.

Afficher l'image d'origineLà aussi je me suis beaucoup amusé à suivre le sombre destin d’un scientifique passionné par la recherche pris au piège de sa création. Qui n’a rêvé être invisible au sens physiologique du terme ? mais derrière les manipulations génétiques, déjà entrevues alors, ce cache des impondérables dangereux. On ne joue pas avec la nature ou à Dieu diront certains, comme on le voit dans tous les films sur cette thématique. Une fois de plus donc, en bouleversant l’ordre établi, la nature dérègle la donne et révèle les pires instincts de l’humanité. Ici, Griffin qui réussi l’exploit de se rendre invisible est pris au piège du non retour, de la désintégration et de la folie des grandeurs meurtrières.

https://thebestpictureproject.files.wordpress.com/2013/10/theinvisibleman1.jpgUne belle réalisation, avec les trucages déjà excellents pour l’époque, pour un récit dramatique ponctué d’humour et d’émotion. Ainsi, l’illusion de l’invisibilité est parfaite, et l’interprète, Claude Rains n’apparait qu’aux quelques minutes finales de manière émouvante. Vive et alerte, cette comédie fantastique dramatique survole bien des thématiques déjà évoquées dans les autres créations monstrueuses, avec cependant une vision sans doute plus terrible encore avec la simplement une transformation visuelle qui déjà est une frontière Afficher l'image d'originesans retour. L’invisibilité dans cette histoire n’est pas purement physiologique, mais aussi psychologique en étant hors de vue des autres, hors de la vie comme le développeront d’autres récits. Outre cette première adaptation cinématographique, l’œuvre de H.G. Wells, a donné lieu à une cinquantaine de films et séries divers et variés, dont encore un en préparation pour 2018 avec à priori Johnny Depp.

Afficher l'image d'origineAvec Claude Rains (La péniche de l’amour) et Gloria Stuart, décédée à 100 ans, William Harrigan et Henry Travers, Una O'Connor (La blonde framboise) et Forrester Harvey, de même qu’Holmes Herbert (La malédiction de la momie) et E.E. Clive (La fiancée de Frankenstein), Dudley Digges et Harry Stubbs (La main de la momie), Donald Stuart et Merle Tottenham.

3 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires