Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2016 5 14 /10 /octobre /2016 16:20

Un très grand merci à Carlotta pour m’avoir permis de redécouvrir ce cultissime film réalisé en 1970 par Arthur Penn, d’après l’œuvre de Thomas Berger, qui relate un siècle de l’histoire de la conquête de l’ouest américain et du génocide sur les amérindiens.

Afficher l'image d'origineA la demande d’un journaliste venu lui demandé de raconter le génocide des amérindiens et la bataille de Little Big Horn, Jack Crabb, unique survivant de la bataille âgé de 121 ans, évoque sa vie. Adopté par une tribu Cheyenne, il est nommé Little Big Man de part son courage et sa petite taille. Suite aux massacres par les blancs de sa tribu, Jack va revenir dans la civilisation, adopté par les Pendrake, un pasteur et sa femme, et découvrir un autre mode de vie. Quand la la suite va le mener à travers nombre d’aventures épiques, il retrouvera Peau de la vieille hutte, son père adoptif, et se marier avec la jolie Sunshine. Mais les massacres de Custer continuant, la bataille va confronter les peuples des plaines contre la cavalerie américaine.

Afficher l'image d'origine Ce film m’avait terriblement marqué lorsque je l’ai vu la première fois, car il me donnait raison dans mon ressenti de gamin face à la sur-propagande dont le cinéma américain nous inondait de sa vision des mauvais sauvages nuisibles, facs aux bons colons et les militaires américains. Je percevais alors le mensonge éhonté, masquant une réalité beaucoup plus horrible, celle du génocide amérindien, tuant 10 millions sur les 12 estimés de la population, Afficher l'image d'originepour la conquête totale par tous les moyens. Des exterminations des tribus aux déportations vers des camps où ils furent parqués et affamés, en passant par l’alcool et les chasseurs de scalps (invention anglaise). Il faudra attendre 1950 avec le film de Delmer Daves dans La flèche brisée, pour qu’enfin la réalité des faits historiques soient rétablies, suivi par Tomahawk de George Sherman en 1951, Anthony Mann avec La porte du diable, et le Afficher l'image d'origine magnifique Bronco apache en 1954 de Robert Aldrich. S’ensuivront d’autres dont Little big man et Soldier blue en 1970, jusqu’à des Enterre mon cœur à Wounded Knee, et même un Les chansons que mes frères m’ont apprises, sur les conditions de vie de ces réserves 7 générations plus tard.

Afficher l'image d'origine Dans cette réalisation, Arthur Penn a su non seulement dénoncer un fait historique sur le traitement des amérindiens, mais en même temps nous plonger, sans doute avec une vision beatnik, la vie des indiens des plaines en oppositions des européens des villes aux deux conceptions antinomiques. Avec humour, mais surtout beaucoup d’émotion, il nous conte l’histoire de la conquête de l’Ouest, sous toutes ses facettes, entre les colons et fermiers, les grandes figures militaires et civils des duels et les gangsters jusqu’aux peuples amérindiens et leurs rivalités, et toute l’horreur d’un génocide longtemps non avoué. Depuis, la petite musique du pipeau et tambourin me glace d’effroi. Un grand film culte, à rire et pleurer.

Afficher l'image d'origine En revenant sur la célèbre bataille, le film relate les raisons. Tant de massacres (Sand Creek) et de batailles (Fetterman), pour des traités jamais respectés (Fort Laramie), le général George Armstrong Custer décidait de passer à la vitesse supérieure dans l’éradication indienne. Le héro Little Big Man, à ne pas confondre avec le meilleur ami qui assassina Crazy Horse, Afficher l'image d'origine l’un des chefs de la victoire avec Sitting Bull, sera lourdement défait avec sa mort et celle de 268 soldats contre 36 guerriers. En effet, les archives militaires américaines relatent que toutes les confrontations armées ont été des défaites avec de lourdes pertes contre peu chez les indiens. Les massacres étaient donc beaucoup plus simples et efficaces.

A Afficher l'image d'origine vec un casting resté d’anthologie avec un Dustin Hoffman (Le lauréat) excellentissime, autant que Chief Dan George mythologue, Faye Dunaway (The twilight of the Golds) magnifique et Martin Balsam (Un homme fait la loi), comme Richard Mulligan et Jeff Corey (Pénitencier du Colorado), la trop mignonne Aimee Eccles terriblement émouvante et Kelly Jean Peters (La kermesse des aigles), Carole Androsky et Robert Little Star, Cal Bellini et Ruben Moreno, Steve Shemayne, William Hickey et James Anderson parmi tant d’autres.

Le film Little big man d’Arthur Penn, distribué par Carlotta, est disponible dans les meilleurs bacs depuis le 19 octobre 2016 en DVD et blu-ray. Il est proposé en version anglaise sous-titrée français. Dans les suppléments, une belle préface de Philippe Rouyer.

4 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires