Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 10:00

Un très grand merci à Sony Pictures et à L’agence Cartel pour m’avoir permis de découvrir cette très belle surprise réalisée par Antoine Fuqua (Equalizer), qui revisite le célèbre film d’Akira Kurosawa Les sept samouraïs tout en se détachant de Les 7 mercenaires de John Sturges, avec son style et son ambiance autant que d’efficacité.

 

Afficher l'image d'origineSous la coupe du puissant industriel Bartholomew Bogue, la terreur règne sur la petite ville de Rose Creek, dont il compte chasser tous les habitants par la force et le meurtre. La jeune Emma Cullen qui vient de perdre son mari assassiné, part à la recherche d’hommes de main pour les aider. Elle tombe sur Sam Chisolm, qui après hésitation accepte et rameute de ses connaissances. Avec Josh Farraday, Goodnight Robicheaux, Jack Horne, Billy Rocks, Vasquez, et Red Harvest, ce sont sept mercenaires qui vont à leur tour faire parler la poudre face à des adversaires bien plus nombreux et mieux armés.

 

Ayant tellement adoré le Kurosawa et le Sturges, je ne m’attendais vraiment pas à cette très belle surprise, ne voyant ni l’intérêt ni les moyens de faire sinon mieux, au moins aussi bien que les deux célèbres films d’anthologie. Ainsi, Les sept samouraïs -Shichinin no samurai- d’Akira Kurosawa en 1954 avec Toshirô Mifune, Takashi Shimura et Keiko Tsushima, était fabuleux, et Les 7 mercenaires -The magnificent seven- de 1960 par John Sturges avec les Yul Brynner, Eli Wallach, Steve McQueen et consorts, auront marqués le 7ème art. Et de fait, c’est un immense plaisir, tant je me suis régalé. En effet, tout en gardant le format initial, Antoine Fuqua réussit à réécrire l’histoire en apportant un autre angle d’attaque, avec un sympathique melting pot représentatif, dont la notion de vengeance et de rédemption prend le dessus sur celle de mercenaire, et par de très nombreuses et belles actions. Les sept héros sont au départ presqu’antipathiques, entre le scalpeur d’indiens et autres tueurs sans conscience, mais qui se battent avec tant de vigueur pour une juste cause de traumas de la guerre civile, qu’ils réussissent à être tout aussi admirablement marquants que les Horst Buchholz, Charles Bronson, Robert Vaughn, Brad Dexter et James Coburn. Une véritable bonne ambiance de western de super qualité, pour un excellent divertissement terriblement efficace. D’autres se sont déjà attelés à la tâche entre des séries télé, téléfilms, et autres suites, avec plus ou moins de bonheur ou de succès.

Afficher l'image d'origineLa réalisation est superbe sur une mise en scène soignée, entre horreur et humour, haines et amitiés, émotion et plaisir jouissif. Les actions montent crescendo dans une ambiance lourde et prégnante, tout en gardant un bel équilibre dans les ressentis pour mieux préparer la surprise des événements suivants. Les protagonistes sont tous bien typés avec de sacrés costards de baroudeurs aussi rapides de la Afficher l'image d'originegâchette, de la hachette et du couteau ou des flèches mortelles. Des prises de vues variées qui nous plongent au cœur des combats, sans jamais cependant se noyer dans le sordide ou le gore. Une très belle réussite qui marque longtemps de plaisir et de distraction.

Afficher l'image d'origineUn casting de rêve avec Denzel Washington (Equalizer) fabuleux, ainsi que Chris Pratt (Jurassic World) excellent, tout autant d’Ethan Hawke (Regression) et Vincent D'Onofrio (Le juge) parfaits, de même Byung-hun Lee (Terminator Genisys) et Manuel Garcia-Rulfo (Cake), Martin Sensmeier, marquants et la belle et émouvante Haley Bennett (Kaboom). Egalement Peter Sarsgaard (Strictly criminal) effrayant, et Luke Grimes (Free love), Matt Bomer (The nice guys) et Jonathan Joss (True grit), Cam Gigandet (Easy Girl) et Emil Beheshti (Adolescents criminels), Mark Ashworth et dans les rares femmes Carrie Lazar (Match retour) et Alix Angelis.

Le film Les 7 mercenaires d’Antoine Fuqua, distribué par Sony Pictures, est disponible en dvd et Blu-ray dans les meilleurs bacs depuis le 1er février 2017. Il est proposé en version originale anglaise sous-titrée français, et en version française. Dans le boitier, la copie digitale du film au format UltraViolet, quand les suppléments proposent dans Mode vengeance et Les Sept et Antoine Fuqua, découpent les scènes clé et discutent de la réalisation du film, suivi de trois scènes supprimées. La prise de Rose Creek, La réalisation des Sept Bogue La Fripouille Les Sept, et la musique du film.

3 étoiles Afficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires

dasola 31/01/2017 19:05

Bonsoir Bob, désolé mais j'ai tellement aimé le film de Sturges que je n'ai pas eu envie de voir celui-ci. Bonne soirée.