Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 11:14

Un grand merci à Les films du paradoxe pour m’avoir permis de découvrir ce marquant documentaire réalisé par Patrick Séraudie, pour la chape de plombs qui s’est abattue sur la ville de Tulle après l’exécution de masse perpétrée par la trop célèbre division Das Reich.

Afficher l'image d'origine Après une attaque des FTP contre la garnison allemande de Tulle, la division Das Reich entre dans la ville en 9 juin 1944. Aussitôt, quand la population est terrée chez elle, les autorités nazies appellent tous les hommes de la ville pour un contrôle d’identité. Durant toute la matinée, les soldats constituent des groupes, trient selon des critères d’âge et de catégorie, libèrent certains et retiennent 99 hommes qui sont ensuite pendus dans les rues de la Afficher l'image d'origineville, sur les 120 retenus à la base. Par la suite, 149 autres seront déportés vers les camps de la mort, dont seulement une petite quarantaine reviendra. Le lendemain, la 2ème division nazie perpétra le massacre des habitants d’Oradour-sur-Glane.

Afficher l'image d'origine Plus qu’un documentaire historique sur les terribles événements qui ont frappés la ville de Tulle, c’est surtout un reportage sur la chape de plombs qui a étouffé les habitants durant des décennies. A travers les témoignages émouvants de tous ceux qui ont vécus cette journée, qui ont failli être des victimes, ou ont perdu un proche, c’est une description minutieuse des conditions particulières qui ont abouties au choix des victimes. D’abord rassembler Afficher l'image d'origineles hommes majeurs, les allemands aidés de français, vont sélectionner leurs victimes en fonction de critères, de pressions, de dénonciations, pour finalement exécuter principalement une classe sociale plus qu’une autre. A l’horreur, s’est rajoutée une qui a pesé au-delà de la douleur dans un silence lourd entre culpabilité et rancœur. Ainsi, suivant les rues de la ville, de nuit comme de jour, nous ressentons une lourdeur pesante, qui alimente Afficher l'image d'origineles ressentiments. La question qui taraude tous les habitants aujourd’hui encore, ne trouve de réponse quand à la véritable raison de l’action violente des SS. Est-ce en réaction à une attaque des FTP deux jours plus tôt, pour le moins irréfléchie et inopportune, ou une action préméditée pour mettre au pas une fange de la classe ouvrière réfractaire dans les deux usines d’armements, commanditée alors par qui ?

Afficher l'image d'origineLa réalisation n’apporte pas de réponse, mais ouvre enfin la parole avec les témoignages terriblement émouvant qui libère les consciences, apporte une vision de l’incroyable horreur qui a touché, tel père, oncle voisin, et des précieux renseignements du déroulé de la journée et du ressenti qui marque encore la population. Une vision originale d’aborder un terrible événement qui a tant marqué la conscience nationale juste avant Oradour-sur-Glane. Ainsi, se met en place progressivement avec les témoignages sans images d’archives ou documents choc, mais illustré d'images animées et la narration de Philippe Nahon, les condition et l’ambiance d’alors, et ses conséquences par la suite jusqu’à ce jour, d’une empreinte indélébile.

Le doculentaire Le silence et la douleur, de Patrick Séraudie, distribué par Les films du paradoxe, est disponible dans les meilleurs bacs depuis le 20 mai 2016 en DVD. Il est proposé une version originale sous-titrée anglais. Dans les suppléments, deux courts reportages, l’un avec des témoins Jean Viacroze, Jean Fraysse et Jacques Martinié, et un atelier avec des enfants de l’école Joliot-Curie de Tulle, qui s’expriment sur un livre des événements à leur portée.

3 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Documentaires
commenter cet article

commentaires