Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 09:45

Un grand merci à Carlotta pour m’avoir permis de découvrir les documentaires Général Idi Amin Dada réalisé en 1974 et Koko, le gorille qui parle réalisé en 1978 par Barbet Schroeder, pour la description de personnalité, l’un d’un dictateur prise au piège de son image face à la caméra, l’autre d’un échange de l’impossible.

Général Idi Amin Dada, autoportrait : En 1974, le dictateur de la république de l’Ouganda, le général Idi Amin Dada accepte un reportage sur sa personnalité. Sans s’en rendre compte, sous la caméra qui lui semble bienveillante de Barbet Schroeder, le chef de l’Etat se laisse aller à se dévoiler, se mettre à nu et laisser libre court à sa propre vérité, celle d’un mégalomaniaque sanguinaire, d’un fou furieux psychopathe, s’enfonçant devant la caméra témoin de sa folie pathétique. Ainsi, devenant son propre metteur en scène, Amin Dada tombe dans son piège, s’engluant dans des métaphores bestiales, ses digressions haineuses, ses fanfaronnades ubuesques qui ont traumatisées un pays avec l’assassinat de milliers d’ougandais. A se demander comment autant de chefs d’Etats étrangers ont pu le recevoir, le soutenir et l’encourager, sauf s’ils sont aussi atteint que lui, ce qui n’est pour nous rassurer.

Un très beau reportage qui applique la méthode de fausse neutralité, laissant libre court d’expression et de confidences à un homme qui se retrouve seul face à lui-même pour se dévoiler et montrer sa véritable personnalité avec tout le ridicule qu’il évoquerait s’il n’était pas un tueur à grande échelle.

Koko, le gorille qui parle : Francine « Penny » Patterson, jeune ethnologue américaine de l'Université de Stanford commence en 1972 l’apprentissage de la langue des signes dans une forme modifiée de l'American Sign Language, appelée Gorilla sign language (GSL) à une jeune gorille de sept ans, Koko, confiée par le zoo de San Francisco. Grâce à cette langue, un dialogue s’instaure entre un animal et un humain. Ainsi, par le biais la gestuelle, une passerelle est franchie qui permet la communication entre deux mondes, entre deux lointains cousins.

J’ai été passionné et intrigué par ce documentaire, avec cette proximité par la langue des signes, et en même temps terriblement frustré par les limites du dialogue aux bases primaires de la vie qui sépare l’Homme de l’animal. Ainsi, aussi extraordinaire que soit cette expérience, dont la passion de la jeune femme à communiquer avec le singe, l’échange ne va guère plus loin que les rudiments de base de l’alimentaire et de l’émotion. Cependant, j’ai été terriblement intéressé par cette étude fabuleuse, dont Barbet Schroeder filme au plus près les échanges et relations entre l’humaine et la femelle gorille, mais je me suis vite retrouvé perdu dans mes réflexions et questions sans réponse. Bien que l’incroyable capacité de communiquer avec l’animal, rapidement je me suis retrouvé face aux limites d’une telle et magnifique expérience. Passé la surprise de l’apprentissage fabuleux de la langue des signes, passerelle formidable aux échanges, c’est très vite limité à l’intelligence animale minimale de notre lointaine cousine.

Née le 4 juillet 1971 (45 ans) à San Francisco, Koko est devenue rapidement célèbre avec sa capacité à communiquer grâce à la connaissance de plus de mille signes, et avoir réussir le test du miroir. Ainsi, Koko est évoquée comme le prédécesseur d'Amy du roman de Michael Crichton et de son film Congo. Elle est inspirée dans les séries X-Files pour Sophie, ainsi que dans The big bang theory, et dans Nip/Tuck par Kiki le gorille.

Avec Koko, Penny Patterson et Saul Kitchener, Carl Pribram et Roger Fouts.

Les documentaires font partie du Coffret Barbet Schroeder : Un regard sur le monde (3 Blu-ray + 5 DVD : Général Idi Amin Dada, autoportrait + Koko, le gorille qui parle, Maîtresse + Tricheurs, La Vierge des tueurs).

Le documentaire Général Idi Amin Dada, autoportrait de Barbet Schroeder, distribué par Carlotta, disponible dans les meilleurs bacs depuis le 26 avril 2017. Dans les suppléments, L’Ouganda au temps de Dada, une préface historique sur le Général et son pays, suivi d’un entretien avec Barbet Schroeder par Jean Douchet. Dans Idi Amin Dada, général ubuesque, un entretien avec Thierry Michel, cinéaste documentariste. Pour Koko, le gorille qui parle, un entretien avec Barbet Schroeder par Jean DouchetKoko qui ? Que ? Quoi ?, entretien avec Frédéric Joulian, éthologue et maître de conférences sur la fascination pour les gorilles.

3 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Documentaires
commenter cet article

commentaires