Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2017 3 09 /08 /août /2017 09:50

Remake plutôt décevant de la part d’Edgar Wright (Le dernier pub avant la fin du monde) qui semble avoir perdu la main depuis ses premiers long métrages, et nous concocte une insipidité sans intérêt, trainant en longueur sans une once de surprise ou d’innovation.

Baby est jeune homme surdoué dans le vol et la conduite en ville à fond les pédales, est chauffeur pour le compte de Doc, un truand braqueur de banques. Caché derrière ses lunettes et abrité sous ses écouteurs musique à fond, Baby semble quelque peu autiste, masquant en fait une blessure d’enfance. Alors qu’il termine son dernier contrat, il tombe éperdument amoureux de la jeune serveuse Debora, qui accepte de partir pour une nouvelle vie. Mais Doc ne l’entend ainsi, et oblige Baby pour un coup de trop.

Remake donc de The driver de Walter Hill réalisé en 1978, et Drive de Nicolas Winding Refn en 2011, la version d’Edgar Wright, ne se détache pas de ses prédécesseurs mis à part le premier quart d’heure. En effet, avec titre aussi accrocheur, on semblait parti pour une belle rigolage de comédie qui aurait repris la trame originelle en plus bouffonne et légère. Si c’est en effet le cas en temps, avec une magnifique course poursuite en ville follement passionnante que dans

les jeux vidéo, on retombe rapidement dans un thriller violent sans plus aucun intérêt que les autres versions, pire encore compte tenu du manque d’originalité et aucune surprise, on s’ennuie ferme par les longueurs excessives et une fin totalement inutile et sans aucun intérêt avec le procès et la prison sans compter la révélation du vrai prénom de Baby dont on se fiche complètement. Si la réalisation fait illusion un temps, elle tombe rapidement hélas dans un classicisme du genre pour un récit tellement pauvre que la bande musicale n’arrive à nous sortir de la torpeur. Un casting étonnement déséquilibré entre mochetés et jeu souvent inexpressif qui touche le fond.

Avec Ansel Elgort (Divergente 3) particulièrement amorphe, Kevin Spacey (Comment tuer son boss 2) toujours dans son éternel même rôle du méchant cynique, et Lily James (Orgueil et préjugés et zombies), Ansel Jon Bernthal (Mr Wolff), Jon Hamm et Eiza González, Micah Howard, Morgan Brown (The nice guys), Morse Diggs, CJ Jones, Sky Ferreira (The green inferno), Lance Palmer, le jeune Hudson Meek, Viviana Chavez (Fast & Furious 7) et Hal Whiteside.

1 étoile

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires