Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 10:14

Décidément Darren Aronofsky (Noé), nous impose encore une pathétique narration épouvantablement pénible d’une masturbation pseudo intellectuelle sur l’égo surdimensionnée d’un écrivain avec nombres de symboliques entre fantastique et psychanalyse de comptoirs.

Écrivain en manque d’inspiration avec le syndrome de la page blanche, et sa très jeune femme, vivent dans une grande maison qu’elle retape entièrement. En totale dévotion d’amour auprès de son mari, elle fait tout pour qu’il puisse retrouver l'inspiration, en vain. Quand s’incruste un homme sans gène, puis sa femme abominable, tous deux admirateurs inconditionnels de l’auteur. Ils redonnent un sens à l’artiste au détriment de la jeune femme, reléguée à boniche invisible. La folie entre dans la demeure avec des dizaines d’autres fans.

Mélangeant le fantastique avec l’envoutement générale, pour virer dans un délire autour d’un gourou scribouillard, le récit nous emmène dans la folie égocentrique d’un artiste qui vampirise l’amour de sa très jeune femme comme de la dévotion de son public, ayant retrouvé l’inspiration. J’ai franchement détesté cette réalisation prétentieuse et par l’impertinence du ton. Extrêmement long pour en arriver à ce que nous avions compris dès la première minute, plus rien alors n’a d’intérêt ni de surprise, qu’une longue masturbation d’écervelé.

Tout dans l’excès insane de cette comédie dramatique vire dans le ridicule pénible, jusqu’à cet accouchement ignoble à vous donner envie d’une vasectomie d’urgence. Il n’y a pas grand-chose à sauver de ce navet par quelque sens qu’on pourra le prendre.

 

Avec la bien belle Jennifer Lawrence (Passengers) et Javier Bardem (Pirates des Caraïbes), Ed Harris (No pain, no gain), Michelle Pfeiffer (Trop jeune pour elle), Brian Gleeson (Blanche neige et le chasseur) et son frère Domhnall Gleeson (Star wars 8), Jovan Adepo, Amanda Chiu et Patricia Summersett, Eric Davis, Raphael Grosz-Harvey et Emily Hampshire, Abraham Aronofsky le papa du réalisateur, Luis Oliva et Stephanie Ng Wan.

1 étoile

Partager cet article
Repost0

commentaires