Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 novembre 2017 4 02 /11 /novembre /2017 15:03

Terriblement décevante réalisation de Noémie Lvovsky (Camille redouble), qui nous plonge dans un conte symbolique quelque peu désuet et confus.

Âgée de neuf, la petit Mathilde vit seule avec sa maman divorcée dans un état dépressive au bord de la folie, dont les liens très fort entre elles les entrainent dans un monde imaginaire et de la terrible dépression de sa mère. Ainsi, une chouette semble parler à l’enfant telle un ami ou sa propre conscience insane.

Sans aucun doute émouvant, le récit n’en prend pas moins dès le début de par le rythme terriblement lent et opaque d’une ambiance irréelle une tonalité soporifique qui vire agacement de n’en pas avancer d’un commencement de trame. Entre la mère déphasée et la petite qui en prend le chemin, une sorte de guimauve gentillette tend à atomisé le spectateur en perdant le fil et l’intérêt du contenu. Pour ma part, j’ai fini par abandonner et tétanisé par me laisser emporter dans une anesthésie générale sans plus suivre ni les tenants ni les aboutissants.

Avec la jeune Luce Rodriguez pour son premier rôle est marquante par son jeu naturel, face à Noémie Lvovsky (Rosalie Blum) et Mathieu Amalric (Le secret de la chambre noire), la voix de Micha Lescot, Anaïs Demoustier (Caprice), Elsa Amiel (Saint Laurent) et India Hair (Crash test Aglaé), Julie-Marie Parmentier (Cessez-le-feu), Francis Leplay et Lydie Ledoeuff, Camille Rousselet et Rym Hachmi. Maxence Tual, et les jeunes Roxane Lebel-Davion, Axelle Philippot et Anouk Kovalsky, Mathilde Lewandowski et Agnès Vogley, Yanis Belghomari et Iris Guillot.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires