Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2017 7 17 /12 /décembre /2017 16:08

Restitution de la part de femmes pendant la grande guerre, dont Xavier Beauvois (Des hommes et des dieux) adapte l'œuvre d’Ernest Pérochon, qui restitue une ambiance de la campagne sans les hommes tous aux front dont les femmes prennent la relève.

En 1915, alors que tous les hommes sont désormais au front depuis plus d’un an, la ferme du Paridier est tenue par Hortense Sandrail et sa fille Solange en l’absence de ses fils Georges et Constant et de son gendre Clovis. Hortense fait appel à une saisonnière, la jeune Francine Riant, une orpheline travailleuse, jeune et jolie avec qui la complicité est réciproque. Quand Georges, entre deux permissions, la trouve à son goût, une histoire d’amour se noue, qui déplait à la mère qui a déjà prévu l’union de son fils avec Marguerite, fille d’un fermier du village.

Gentillet téléfilm sur un récit à la Maupassant à la sauce intemporelle, ou certes il est fait allusion à la grande guerre en filigrane, comme décors en toile de fond, pour une histoire de pauvre orpheline qui trouve emploi de saisonnier à la ferme pour se faire engrosser par un bon gros lourd paysan glaiseux entre deux permissions. Je n’ai pas eu le coup de cœur pour cette trame à la tonalité évasive du propos pour le coup loin des réalités et préoccupations d’alors, comme le documentaire Elles étaient en guerre.

Je suis assez étonné de voir les troupes américaines oisives en attendant des semaines l’ordre de combattre, quand les pauvres étaient comme nos gars promptement envoyés à la boucherie. Et plus encore rigolard ces milliers de tracteurs américains, quand nous leur fournissions avions et chars. Quand aux désirs d’exterminer les « boches » de Georges, aucun des mes grand-pères et grand-oncles ne sont revenus revanchards ni avec la haine de l’ennemi, mais terriblement traumatiser des morts des copains comme des allemands, et la haine de la guerre. Fusions entre les deux guerres mondiales ? B

ref ! Sympathique petit film, qui oublie la réalité de la vie des femmes à la campagne, du changement de mentalité que la grande guerre a opéré chez elles, et de la réaction violente contre les femmes en guise de remerciement pour services rendus à la Nation avec le retour des hommes et des gouvernements réactionnaires, de droite comme de gauche, qui refuseront le droit de vote des femmes en 1936. Un beau film à l'ambiance champêtre, sur des portraits de femmes émouvantes, mais dans lequel manque ce petit quelque chose de flagrant dans la prise de conscience de la place des femmes dans une société qui ne pourra plus être celle de quatre ans auparavant.

Avec Nathalie Baye (Alibi.com), Laura Smet (Tiens-toi droite) et la révélation Iris Bry belle et excellente, Olivier Rabourdin (Trois souvenirs de ma jeunesse), Cyril Descours (Madame Solario), Gilbert Bonneau, Nicolas Giraud, Mathilde Viseux et Xavier Maly, Marie-Julie Maille et la jeune Madeleine Beauvois, femme et fille du réalisateur, Alain Artur, Adrien Denizou, Yann Bean et Michel Lamy, Laurence Havard, Katia Henkel et Anne-Cécile le Quere.

Partager cet article
Repost0

commentaires