Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mars 2019 2 26 /03 /mars /2019 10:33

Un grand merci à Les films du paradoxe pour m’avoir permis de découvrir cette comédie dramatique réalisée en 1958 par Jack Arnold (La revanche de la créature), inspiré du roman de américain Edward S. Aarons (Edward Ronns) adaptater par Danny Arnold.

A la fin de la seconde guerre mondiale, des milliers d’avions de guerre et de transporte sont à vendre. Ancien colonel de l’aviation, Mike Dandridge retrouve un vieil ami Al Reynolds, devenu enseignant en pilotage avec son Maggie Colby, dont il est secrétement amoureux autant qu’elle attend qu’il se décide. Mike convainc Al de se lancer dans le transport et la ventre d’avions des surplus. Lors d’une escale au Japon, Mike séduit Maggie malgré sa promesse à Al. Mike et Maggie finissent par se marier et bientôt attendent un nouveau né, qui cloue Maggie au sol. Cependant, Mike  profite de sa liberté retrouvée pour fuir ses responsabilité et filer le parfait amour avec une nouvelle collègue, la belle et jeune Nikki Taylor. Excédée, Maggie décide de lui laisser l’enfant et de le quitter.

Sur des airs romantiques dans un triangle amoureux, se contruit une impossible histoire d’amour tant les aspirations de couple sont à l’opposées des désirs de chacun. Entre la passion du métier d’un coureur de jupons invétéré pour l’un, emprunt d’un machisme à toute épreuve du phalocrate, et les désirs d’une vie de couple pèpère rangée des avions entre mariage et enfant de la femme en fin de cycle. Cette comédie romantique dramatique toute aussi enlevée dans l’ambiance que dans les couleurs et les avions dans le ciel bleu, se plombe d’un fossé insurmontable, quoiqu’en dise la conclusion naïve d’un happy end aussi peu crédible, entre deux conceptions de la vie et de l’amour.

J’ai beaucoup aimé la description de deux personnalités aussi différentes et opposées, dont on ne comprend jamais le jeu désespéré de se mettre en couple quand rien ne les associe d’un amour aussi peu partagé, alors que le troisième larron trop timoré se fait voler la véritable histoire d’amour. Une dramatique oppressante d’une erreur de fusion qui agace autant qu’il envoute, de par une mise en scène vive et alerte et d’une distribution de qualité, qui révèle aussi une époque avec une conception de la femme qui s'émancipe cependant, du couple et des sentiments avant l’éveil qui sera brutal pour la gente masculine de la libération des femmes.

Avec Lana Turner (La mousson), Jeff Chandler (Taza, fils de Cochise), Richard Denning (Objectif Terre), la belle Andra Martin, Chuck Connors, Reta Shaw, Alan Hale Jr., Jerry Paris, Dee J. Thompson, Nestor Paiva, James Doherty,

Le film Escale à Tokyo, distribué par Les films du paradoxe, est disponible dans les meilleurs bacs en édition remasterisée, depuis le 15 février 2019. Il est proposé en version, originale anglaise sous-titrée français.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

Compteur

Notations

Notation

Catégories

Liens