Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juin 2020 5 05 /06 /juin /2020 13:11

Un grand merci à Artus Films pour m’avoir permis de découvrir cette dramatique aventure, épouvante-horreur et érotique italienne réalisée en 1977 par Joe d'Amato, pour un pur cinéma bis, dans l’avant dernier de la saga des Black Emanuelle.

Alors qu'elle se fait passer pour une patiente dans un hôpital psychiatrique, la journaliste Emanuelle Nera découvre le cas d'une jeune fille qu'on a retrouvé en Amazonie et qui vient de dévorer le sein d'une infirmière. En allant parler à la patiente, Emanuelle aperçoit un étrange tatouage sur le pubis de la jeune fille. Un tatouage appartenant à une tribu disparue de cannibales. Emanuelle est chargée d'aller enquêter en Amazonie par son patron. Elle sera accompagnée par l'éminent anthropologue Marl Lester pour un voyage au fin fond de l'enfer vert.

Un film comme Joe d'Amato a toujours eu l’art et le génie de nous entraîner dans des intrigues d’aventures érotiques à la limite du glauque. Ainsi, passant allègrement de scènes de sexes sympathiques et bon enfant, il nous plonge dans le gore et le viol collectif qui met mal à l’aise et refroidi le potache humoristique. Dans la droite ligne des Cannibal holocaust ou Cannibal ferox, Emanuelle et les derniers cannibales (Viol sous les tropiques, titre donné à sa sortie en France), où de très belles jeunes femmes dénudées passent du plaisir à la douleur dans un délire de chasse aux cannibales qui vont engloutir crues les chairs fraîches, de quoi faire frissonner d’horreur de dégoût et de désolation.

Des paysages magnifiques qui ressemblent à l’Amazonie, une musique délictueuse à souhait et des créatures de rêves pimentent l’horreur fantaisiste délirant. Laura Gemser, après un passage dans les Emmanuelle avec Sylvia Kristel, se retrouvait dans la saga d’une douzaine de films des Black Emanuelle  doublée par Annj Goren et Lucía Ramírez pour les scènes pornographiques. Une ambiance horreur érotique à prendre avec humour et recul.

Il est vrai que l’anthropophagie a de quoi, dans nos cultures, nous écœurer et nous effrayer surtout comme le film, dévoré tout cru vivant. L'Amazonie n'est pas la seule a avoir connu le cannibalismes, comme les tribus Wari ou Tupinamba, dévorant les autres humains considérer comme de simples proies de gibiers, ou mangeant les parents morts, dans les deux cas, il dévoraient des morts. Ce qu'a pas été le cas, durant la seconde guerre mondiale, où l'armée japonaise découpait des soldats prisonniers australiens vivants pour les manger. Bon appétit... ou pas.

Avec la très belle Laura Gemser, Gabriele Tinti, Nieves Navarro, Donald O'Brien et Percy Hogan, les magnifiques Monica Zanchi, Annamaria Clementi, Maria Gabriella Mezzetti et Cindy Leadbetter, Geoffrey Copleston, Dirce Funari et Pierluigi Cervetti, Bona Bono, Massimo Ciprari, Giuseppe Auci, Joe d'Amato, et Hal Yamanouchi.

Le film Emanuelle et les derniers cannibales, dans la collection Joe d’Amato, est distribué par Artus Films, est disponible dans les meilleurs bacs depuis le 2 juin 2020 en Édition Collector Blu-ray + DVD + Livret de 64 pages, Emanuelle au pays du sexe… et du sang par David Didelot, Master 2K restauré version intégrale non censurée. Il est proposé en version originale italienne sous-titrée français, et en audio français. Dans les suppléments, Joe d’Amato, par David Didelot, Galerie d’affiches et de photos, Bande-annonce originale.

Partager cet article
Repost0

commentaires