Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juillet 2021 4 22 /07 /juillet /2021 16:53

Un très grand merci à Elephant Films pour m’avoir permis de découvrir cette dramatique sortie en 1931, réalisé par Dorothy Arzner, pour un beau portrait de la société américaine sur la femme dans l’entreprise face au machisme et au harcèlement.

Julia Traynor, belle jeune femme, travaille à Wall Street comme secrétaire pour Jerry Stafford. EExcellente, elle est mieux que son brads droit, connaissant les dossiers à la perfection. Ce dernier ne cesse de lui faire des avances, que Julia repousse inlassablement avec mollesse et accepte des cadeaux de prix. Mais elle épouse le jeune et entreprenant Philip Craig. Furieux, Jerry la licencie, mais prend Craig pour gérer ses fonds noursiers.

Un beau portrait d’une arriviste qui jongle entre un patron harceleur avec qui elle joue un jeu ambigu pour mieux le ferrer, et un fiancé potentiellement trader en devenir, dont aucun des deux hommes n’est charmant. Une jeune jolie et excellente secrétaire, qui jongle entre un homme vieux et riche qu’elle séduit et se laisse toucher et embrasser pour aiguiser es déirs et sentiments, et un jeune ambitieux traider incompétent sur lequel elle joue sur le mauvais cheval pour mieux se vendre au plus offrant sans la barrière du statut social.

Pas de glamour ni de sainte, mais une jeune femme compétente en mal de réussite dont la société d’alors refuse la place des femmes dans la société hors des fourneaux. Un très beau film qui met en exergue avec le regard d’une femme réalisatrice sur la place de la femme dans la société des années vingt et trente, notamment dans la sphère financière, qui n’a guère changée en 2021, dont le seul moyen en l’occurrence par le biais de la seule arme dont dispose l’héroïne à part la prostitution avec laquelle elle flirte, et la manipulation. Une réalité qu’Hollywood a vu en effet, quand les femmes qui ont créés l’industrie du cinéma, telles Alice Guy, Lois Weber, Frances Marion, Mary Pickford se sont fait évincer par les financiers masculins, au point qu’à l’entrée du parlant, Dorothy Arzner ne fût que la rare représentante.

Avec Claudette Colbert, Fredric March et Monroe Owsley, Charles Ruggles et Ginger Rogers, Avonne Taylor, Pat O'Brien et Janet McLeary, John Kearney, Ralph Morgan, Jules Epailly, Leonard Carey et Grace Kern, Winifred Harris, Roberta Beatty et Charles Halton, Granville Bates, Si Wills et Betty Morrissey, Nathan Rozofsky, Robert Barrat, Elisha Cook Jr. et Charles Trowbridge.

Ce film est issu de la collection Les sœurs Lumière, avec Be natural : l'histoire cachée d'Alice Guy-Blaché, Honor among lovers et Merrily we go to hell.

Le film Honor among lovers, distribué par Elephant Films, issu de la collection Les sœurs Lumière, est disponible dans les meilleurs bacs depuis le 22 juin 2021 en DVD et Blu-ray, dans une restauration HD Boîtier Blu-ray avec fourreau Jaquette réversible avec affiche originale, + un livret de présentation de la collection Les sœurs  Lumière de 12 pages. Il est proposé en version originale anglaise sous-titrée français. Dans les suppléments, Présentation du film par Véronique Le Bris, Portrait de Dorothy Arzner par Véronique Le Bris, Entretien à propos du film avec Laura Tuillier, critique de cinéma à Libération, La collection Les sœurs Lumière , 4 bandes-annonces.

3 étoiles

Partager cet article
Repost0

commentaires