Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 15:10

Pourtant, ça commençait pas mal, et puis très vite, s’étirant, s’éternise pour s’enfoncer dans l’absurdité sans fin. C’est extrêmement long sans que rien ne se passe. Pas d’émotion, pas de passion ni rien qui puisse provoquer le moindre attrait à cette histoire de culpabilité. Tant est que, raconté comme ça, on ne sait plus au fil des heures ce que l’on cherche à nous dire. 38 personnes en pleine nuit ont entendues crier sans que personne ne fasse quoique se soit pour ? ? ? Encore eut-il fallu qu’ils se doutent que sous leur fenêtre avait lieu un meurtre. Peut-être que dans le roman, la description permet d’indiquer à tous l’horreur qui se qui se passe, et alors dans ce cas ils seraient tous coupable de non assistance à personne en danger. Du coup, tout est bancale, et plus rien ne justifie un tel film qui nous plonge dans l’ennuie la plus totale. La répercutions sur les acteurs est évidente. Yvan Attal est de plus en plus amorphe au fil des films, ici plus que jamais. Sophie Quinton, dont la voix me charme toujours et m’a tant ému dans Poupoupidou, est assez quelconque. Nicole Garcia ne pas convaincu des masses. Un bon gros ratage.

Partager cet article
Repost0

commentaires

H
Ce film me laisse un sentiment très mitigé, j'ai pas adoré mais je n'ai pas détesté non plus. L'ambiance un peu longue ne m'a pas vraiment dérangé et maintient assez bien l'intrigue je trouve. Par
contre c'est vrai que l'histoire ne tient pas toujours très bien debout. On a du mal à croire à certaines choses: franchement une fille qui se fait attaquer, quitte à gueuler comme un putois,
autant crier "au secours" non?? Et puis le jeu d'acteur je n'ai pas trop accroché non plus...
Répondre
F
PAs un chef d’œuvre en effet, assez bavard mais pas inintéressant...Par contre je suis d'accord avec toi Attal est de pire en pire...
Répondre
B


Nan pas inintéressant mais pas spécialement passionnant et surtout, pour moi, pas assez crédible pour la culpabilité collective.