Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 14:30

Mille cinq cents kilomètres en camion, c'est long, durant lesquels il ne se passe rien, ne se dit rien et ne montre rien, du paysage sud américain. Sauf que le chauffeur semble tomber amoureux et que peut être, il se pourrait que sa passagère itou. Heureusement qu’il y a la chipounette aux grands yeux qui égaille l’atmosphère. Déjà que je m’endors très vite sur un Paris – Cabourg, alors Paraguay – Buenos Aires, je vous laisse deviner. En vain, j’ai cherché un joli coucher de soleil sur la pampa brésilienne… pas l’ombre d’un acacia non plus. Sinon, le jeu, subtil ? des regards de Ruben envers Jacinta évoluant de l’animosité pour finir langoureux, ne vont pas très loin. Et la tendresse bordel ? Germán De Silva et ses yeux de veau. Hebe Duarte et son sourire à pleurer. Nayra Calle Mamani et ses cris stridents. Un beau tableau de vainqueurs de lancé de tatanes en bidouche en deux. Prochain film sur sa grand-mère : Yes !

1 étoile

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Ah nous ne sommes pas d'accord sur ce film. S'il n'est pas un chef-d'oeuvre, LES ACACIAS est une oeuvre sensible et épurée, où l'émotion ne se donne pas mais se laisse deviner...
Répondre