Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 11:00

Un grand merci à Optimale pour m’avoir permis de découvrir ce très beau film romantique dramatique réalisé en 2006 par Katherine Brooks, pour une histoire d’amour entre une élève et son enseignante dans un réveil libérateur de pulsions étoufées.

 

Afficher l'image d'origine Fille d’une sénatrice très en vue, Annabelle Tillman est placée dans un pensionnat catholique pour jeunes filles, après avoir été chassée de deux établissements. La directrice charge l’enseignante en littérature Simone Bradley, de surveiller cette jeune turbulente. Dès son arrivée, la rebelle, affiche son homosexualité décomplexé auprès de ses camarades. Rapidement, l’étudiante se sent irrésistiblement attirée par sa prof qui vit une pénible histoire avec son fiancé. Annabelle réveille chez Simone un amour ancien et une attirance réciproque.

 

Une belle et sensible histoire qui à la différence de nombreux récit lesbien relate l’éveil d’adolescentes avec troubles et angoisses à leur orientation sexuelle, nous assistons cette fois au réveil d’une trentenaire à sa réelle personnalité enfouie et bafouée. Bien sûr, la romance est limite entre une évléve mineure et sa professeur, comme la sanction à venir ne manquera pas de sévir, mais la narration est judicieusement évoquée. Il faut dire que la jeune fille est bien plus mûre et asumée que Afficher l'image d'origine l’enseignante trop longtemps étouffée par le carcant d’éducation, la responsabilité de son métier et la pression d’une tante directrice. J’ai beaucoup aimé le ton donné dans cette trame, mêlant savamment les liens entre les élèves et les enseignants, petit monde clôt où bouillonnent les désirs et fantasmes, les expériences et révélations pour des sortir du placard.

Afficher l'image d'origine Le pensionnat a souvent donné lieu à des récits lesbiens, ainsi avec Romy Schneider en 1958 dans Jeunes filles en uniforme dans l’un des tout premiers films abordant l'homosexualité féminine, et évoqué sous tous les tons, Cracks, Les diaboliques, La rumeur, l'excellent Lost and delirious, ou les Whispering Corridors. La réalisation est belle et soignée, sur une mise en scène fluide et doucereuse à l’élégance marquante, la narration amène avec subtilité à l’éveil, l’attirance et l’éclosion passionnée qui donne une aspiration libérée des protagonistes.

Afficher l'image d'origine Avec la belle Erin Kelly (Girltrash all night long) excellente par sa grâce et toute sa conviction, face à la tout aussi belle Diane Gaidry tout aussi bluffante de pudeur et de retenue avant de se laisser submerger. Laura Breckenridge (Hit and run) et Michelle Horn excellemment agaçante à souhait, Gustine Fudickar et Ilene Graff ne sont pas en reste de talent. Kevin McCarthy (Les désaxés) et Markus Flanagan (Bébé mode d'emploi), Karen Teliha (Paranormal activity 3) et Marla Maples, Greg Joelson et Wendy Schaal (Les banlieusards), ainsi que Leslie Andrews et Austin Highsmith (Dolphin tale 2) sont de l’ambiance générale.

Le film Loving Annabelle, de Katherine Brooks, distribué par Optimale, est disponible en DVD dans les meilleurs bacs depuis le 7 décembre 2016. Il est proposé en version originale anglaise sous-titrée français. Dans les suppléments, six scènes coupées avec les commentaires de la réalisatrice qui explicite ses décisions, un bêtisier drôle et inattendu, et une fin alternative plus happy end.

3 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires