Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 18:47

Pour avoir adoré le livre de Boris Vian à mon adolescence, j’étais impatient de voir l’adaptation de Michel Gondry. Pour avoir adoré son Eternal sunshine of the spotless mind, j’ai été depuis très souvent déçu par ses réalisations. C’est hélas encore le cas, une fois de plus. Si le l’histoire du film correspond bien dans mes souvenirs au livre, je me suis mortel grave ennuyé, au point de m’assoupir un moment. Pourtant, le rythme est sympa, les gags et gadgets sont drôles, le… les… mais c’est long, c’est barbant, c’est pffff chiant ! Je n’ai pas trouvé les émotions ni la poésie, perdus par une succession d’effets comme la danse qui est épouvantablement nulle à chier, ou qui s’éternisent. En fait, c’est ce qui m’a plombé dans ce film, sa longueur excessive et donc la surabondance de multitudes de détails qui en mettent trop plein la vue au point d’en devenir une saturation illisible, quant une heure trente suffisait et aurait été beaucoup plus réussi.

Enfin, qu’est-ce que c’est que ce casting de merde ? Révélation, ou un hasard de rôles mal distribués ? Toujours est-il que les Romain Duris (Populaire), Gad Elmaleh (Les seigneurs) et Omar Sy (De l'autre côté du périph) jouent extrêmement mal. Certes, ce ne sont pas de grands acteurs, juste des comiques troupiers de séries B, mais franchement là, ils se surpassent en médiocrité d’une affligeance honteuse. Heureusement qu’il y a Audrey Tautou (La délicatesse) qui nous égaye et nous émeut par son charme envoutant et son talent, sachant jouer juste et sur toutes la gamme des émotions. Je n’en dirais pas autant d’Aïssa Maïga (L'avocat) que pourtant j’aime bien habituellement, mais qui nous la joue un peu à côté de la plaque, quant Charlotte Le Bon (La stratégie de la poussette) est beaucoup plus inspirée. Je ne dirais rien de Sacha Bourdo (Beur sur la ville) emmitouflé dans sa peau de petite souris, ni d’Alain Chabat (Les gamins) ou de Philippe Torreton (Présumé coupable) tant c’est ridicule. Natacha Régnier (Le capital) et Zinedine Soualem (La proie) assurent avec sérieux mais sans trop forcer.

1 étoile

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires