Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 14:36

Un grand merci à Orange Studio pour m’avoir permis de découvrir cette très sympathique comédie réalisée par Antonin Peretjatko, pour son second long métrage qui nous entraine dans la forêt amazonienne aussi inextricable que les arcanes administratifs de l’absurde autant que la romance aussi compliquée à décryptée.

La Loi de la jungle : Photo Vimala Pons, Vincent MacaigneNouveau stagiaire au Ministère de la Norme, Marc Châtaigne est nommé en Guyane afin de vérifier la mise aux normes européennes d’un chantier de construction du Guyaneige, censé être la première piste de ski indoor d’Amazonie. A son arrivée, il est pris en charge par une stagiaire des Hautes écoles, et tous deux vont se perdre dans l’immensité de la norme comme de la forêt, et vivre des aventures épiques autant qu’amoureuses.

Afficher l'image d'origineAvec le plus gros scandale de notre société moderne, où a été réinventé l’esclavage forcé et obligatoire du travail gratuit, le stage est ici la première cible de l’absurdité. J’en ai la preuve à mon propre ministère de la jeunesse, ou nombre de départs ne sont pas remplacés par des embauches, mais se succèdent des stagiaires en tous genres, issus de grandes écoles et universités, qui sont non rémunérés pas même le repas du midi ni le transport. Mais l’absurdité développée dans ce récit va au-delà du travail, avec les règles qui régissent nos vies par des normes qui changent sans cesse, jamais adaptées aux réalités . La Loi de la jungle : Photo Vimala Pons, Vincent Macaignelexemple de ce pont  magnifique en pleine forêt, ou ce Guyaneige sont des exemples de la stupidité de nos politiques. Humour grinçant souvent à mourir de rire, un peu trop anti service public qui se meurt et dont nous prenons conscience dans notre quotidien de son immense importance utilité quand ça ne fonctionne plus de tellement la détruire. Cependant, l’assemblage d’absurdités criantes, apporte à ce récit de part son histoire et ses successions de gags et répliques, et part ses protagonistes aussi attachants, une certaine poésie romantique adorable dans de magnifiques décors autant qu’horribles d’effroi.

Afficher l'image d'origineAvec Vincent Macaigne (Des nouvelles de la planète Mars) excellent autant que la belle Vimala Pons (Elle) qui donne beaucoup d’elle-même comme toujours, face à Pascal Légitimus (Les trois frères, le retour) et Mathieu Amalric (La vie très privée de monsieur Sim), aussi délirants que Fred Tousch (Les profs) et Rodolphe Pauly (Astérix et Obélix), Jean-Luc Bideau (Il reste du jambon ?) et Pascal Tagnati, Thomas de Pourquery (Tristesse Club) et Philippe Laudenbach (Barbecue), et encore Marc-Antoine Vaugeois et Laura Giudice (La prochaine fois je viserai le cœur).

Le film La loi de la jungle, d’Antonin Peretjatko, distribué par Orange Studio, disponible dans les meilleurs bacs depuis le 18 octobre 2016 en DVD au prix conseillé de 14,99€. Il est proposé en version originale française, ainsi que sous-titré français pour sourds et malentendants. Dans les suppléments, un making of et des scènes coupées, ainsi qu’un bestiaire et un reportage sur le tournage du film.

3 étoiles

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 11:52

Un grand merci à Condor Entertainment pour m’avoir fait découvrir le troisième volet de la saga fantastique d’aventure romantique allemande pour un public jeune et ado, réalisé par Felix Fuchssteiner et Katharina Schöde, d'après le roman de la Trilogie des gemmes issu de l’œuvre de Kerstin Gier, après Rouge rubis et Bleu saphir.

Vert Emeraude : Photo Butz Ulrich BuseA Londres de nos jours, après avoir mis la main sur les notes du comte de Saint-Germain, Gwendolyn Shepherd et Gideon de Villiers reprennent le chemin du lycée toujours en froid. Gwendolyn se trouve projetée dans le passé et découvre qu’elle a la capacité de voyager sans besoin du chronographe. Quand à Gideon, il est fait prisonnier par le comte de Saint-Germain en une époque reculé. Celui-ci veut les notes par l’entremise des hommes du Cercle avec l’aide de Charlotte Montrose. Au fil de l’enquête de Gwendolyn, les funestes desseins du conte se révèlent dangereux.

Vert Emeraude : Photo Justine del Corte, Maria EhrichTerminant le cycle de la Trilogie des gemmes commencée en 2013 avec Rouge rubis suivi en 2014 de Bleu saphir, nous retrouvons avec plaisir toute la troupe dans des aventures épiques des voyageurs dans le temps, de complots et tentatives de domination du monde par l’économie et la politique. Cela nous renvoie au Cercle en France qui réuni les principaux dirigeants, économistes et médias ultras Vert Emeraude : Photo Jannis Niewöhner, Maria Ehrichlibéraux qui transforment l’Europe dans un capitalisme sauvage. J’ai beaucoup aimé la réalisation vive et alerte, pleines d’actions, de rebondissement et de révélations. Nos jeunes héros voyagent ainsi dans le temps, afin de résoudre les mystérieux projets des méchants. Navigant dans différentes époques, nous voyageons avec eux tout en partageant leurs angoisses et bonheurs. Film familiale fantastique pour la jeunesse, mais aussi pour le plus grands.

Vert Emeraude : Photo Laura BerlinAvec la jolie Maria Ehrich et Jannis Niewöhner, la très belle Laura Berlin et Josefine Preuß, Rolf Kanies (Hitman : agent 47) et Florian Bartholomäi, Butz Ulrich Buse et Justine del Corte, de même que Timur Isik et Jennifer Lotsi, ainsi qu'Emilia Schüle et Johannes Silberschneider, Peter Simonischek et Chris Tall.

Le film Vert émeraude de Felix Fuchssteiner et Katharina Schöde, distribué par Condor Entertainment, est disponible dans les meilleurs bacs depuis le 21 septembre 2016 en DVD et Bluray. Il est proposé en version française. Dans les suppléments, un making of et une série d’entretiens avec les principeaux interprètes et les réalisateurs, lors de l’avant-première mondiale.

3 étoiles

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 09:00

Afficher l'image d'origineSympathique petite comédie loufoque de Jake Szymanski pour un premier long métrage quant il est le roi des courts et séries télé, sur un récit qui n’apporte cependant pas ce plus qui transcende de par un récit convenu sans originalité, loupant le coche de l’émotion dans des gags archis usés et rabâchés pour une ambiance lourdingue qui gâche l’ensemble,

Afficher l'image d'origineRois de toutes les fêtes de famille, les frères Dave et Mike Stangle, trentenaires immatures ont la fâcheuse réputation de les avoir toutes gâchées. Aussi, à l’occasion du mariage de leur sœur Jeanie avec Eric, leur parents leur impose de réussir l’événement, avec une condition primodiale de venir avec chacune une fille bien qui les stabilisent. Pour respecter leur promesse, les frangins se lancent dans la recherche des perles rares, et c’est Alice et Tatiana qui réussissent à gagner leur confiance. Tout irait presque bien sauf que s’avérait qu’elles sont bien pires qu’eux.

Afficher l'image d'origineEntre Serial noceur et Dirty papy dans lequel on retrouvait déjà Zac Efron et Aubrey Plaza, cette comédie, si elle a de bons moments de rires bien déjantés, nous offre cependant une impression mitigée qui reste de travers tant le trop d’humour excessif suit des flopes de gags mal agencés, parfois vulgaires sans intérêt pour une ambiance au final décevante. J’ai eu du mal à entrer dans l’atmosphère et le jeu du duo des Afficher l'image d'originedébilos, autant les gars que les filles, sur une fin trop prévisible qui aurait mérité d’être un ratage de plus complet irrécupérable gâchant le mariage de leur soeur qui aurait été un aboutissement plus jouissif d’un énième échec de deux parfait abrutis totalement assumé au regard un humour terne en demi teinte, plutôt qu’un happy end classique du pur hollywoodien consensuel.

Hors contrôle : Photo Adam DeVine, Anna Kendrick, Aubrey Plaza, Zac EfronAvec un Zac Efron (Nos pires voisins 2) et Adam Devine (Le nouveau stagiaire) dans un duo qui s’accorde mal, face à Anna Kendrick (Pitch perfect 2) et Aubrey Plaza (Dirty papy) beaucoup plus drôles, ainsi que Stephen Root (Dalton Trumbo) et Stephanie Faracy (5 ans de réflexion), Sugar Lyn Beard (American sexy phone) et Sam Richardson (S.O.S. fantômes), Alice Wetterlund (L'interview qui tue !) et Kumail Nanjiani (Chair de poule le film), ou bien encore Mary Holland, Lavell Crawford (American ultra) et Jake Johnson (Jurassic park).

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 07:05

Pour son second long métrage, Maria Maggenti (The incredibly true adventure of two girls in love), s’est inspirée pour son récit à sa propre vie et celles de ses proches pour concocter un mélange fantaisiste, réalisé en 2006 cette comédie avec autant de liberté de ton.

Afficher l'image d'origineAlors qu’Allegra partage sa vie avec Samantha, qu’elle aime sans savoir le lui dire, celle-ci la quitte pour retrouver son ex-petit ami par dépit. Bien que lesbienne assumée, Allegra sort avec Philip qui a du mal à aller plus loin avec Grace qu’il aime mais refuse de l'épouser et fini par la quitter. Peu de temps après, Allegra rencontre Grace qui l’émeut et sort aussi avec elle. Écartelée entre Philip et Grace qui sont amoureux d'Allegra, sa vie se complique surtout quand elle est toujours amoureuse de Samantha qui l’est tout d'elle autant à la veille de son mariage.

Afficher l'image d'origineLes bis sont des gays qui ne s’assument pas, dit-on et c’est ce qui semblerait être démontré dans ce cas, bien qu’Allegra revendique dès le début du récit son saphisme fièrement assumé, rendant alors son comportement par la suite incompréhensible, tout autant que celui de Samantha. Si pour Grace, il s’agit juste d’une expérience, ce n’est évidemment pas le cas des deux amoureuses. Du coup, je ne comprends trop le message de Maria Maggenti, quand par ailleurs elle-même a vécu Afficher l'image d'origineadolescente une expérience lesbienne relatée dans son premier long métrage. Probablement qu’au travers ses deux films, elle confirme l’adage et ne s’assume pas. Un récit donc en forme de comédie satirique bien compliquée, confuses et incompréhensible. Passé ce constat, il n’en reste pas moins que la comédie fonctionne assez bien, passant d’un lit à un autre au point qu’on s’attendait à une méga partouze comme évoqué par Philip, en Afficher l'image d'originenotant en passant que seules les filles vivent des expériences bisexuelles, pas les mecs, ce qui aurait donné un jusqu’au boutisme amusant dans la confusion générale. Quelque peu trop bavard également à trop psycho-intellectualiser à tout va, et sur un rythme en dent de scie qui casse le souffle, mais fort heureusement l’humour et l’émotion sont de la partie.

Avec les belles Elizabeth Reaser (Young adult), Julianne Nicholson (Strictly criminal) et Gretchen Mol (Girls only) très convaincantes et marquantes, quand Justin Kirk (3 colocs et 1 bébé) est un ton en dessous, alors que Tina Benko (L'homme irrationnel) et Kate Simses (The trouble with Bliss) sont excellentes, ainsi que Brian Letscher, Natalie Havermeyer et Ken Barnett.

2 étoiles

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 18:52

Thriller sombre réalisé par Frédéric Mermoud d'après le roman de Tatiana de Rosnay, sur une quête de la vérité afin de faire le deuil de la perte d’un enfant tué dans un accident avec délit de fuite.

Afficher l'image d'origineA la suite de la mort tragique de son fils, renversé par une voiture suivi de fuite, Diane ulcérée par une enquête de police qui piétine et ne donne aucun résultat, engage un détective privé. Celui-ci retrouve quatre véhicules dont l’un d’eux est susceptible d’être l’auteur. Quand Diane rencontre Marlène à Evian, dont le compagnon tente de revendre à bas prix leur voiture, sa conviction est faite. Elle n’hésite pas à acheter une arme afin de venger son fils, bien que des liens amicaux se soient créés.

Afficher l'image d'origineSur des airs qui ressemblent à La volante en moins sombre et plus subtile, ce récit nous entraine dans les différentes strass de la douleur et du deuil, du désir de vengeance et besoin d’explication, pour un dénouement aussi attendu et téléphoné que souhaité. En effet, rien d’original dans ce récit qui ne tient que par une ambiance pesante et tendue, et grâce à un duo d’actrices qui fonctionne à merveille. Ainsi, sur une mise en scène solide mais dont on comprend assez vite la vérité des faits tant l’explication donnée de prime abord est trop facile, l’objet de la trame est ailleurs. C’est justement les liens entre deux femmes, deux souffrance sur une même cause, qui créé tout l’intérêt du récit.

Afficher l'image d'origineAvec Emmanuelle Devos (On a failli être amies) et Nathalie Baye (Préjudice) excellentes, David Clavel (Tiens-toi droite) et Diane Rouxel (La tête haute), Olivier Chantreau (Duo d'escrocs) et Paulin Jaccoud, ainsi que Samuel Labarthe (La conquête), Marion Reymond et Jean-Philippe Écoffey (Entre amis).

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 14:33

Un grand merci à Pyramide Films pour m’avoir permis de découvrir ce très beau et terrible film dramatique argentin réalisé en 1985 par Luis Puenzo, dans une version restaurée, sur une des pages les plus sombres et sordides sur les conséquences de la dictature militaire du général Videla.

Afficher l'image d'origineProfesseur d’histoire dans un lycée de Buenos Aires en 1983, Alicia, bourgeoise mariée à Roberto un puissant homme d’affaire, et mère de Gaby, une petite fille adoptée de cinq ans, mène une vie sans jamais rien remettre en cause ni se poser de question sur la vie. Avec la chute arès guerre des Malouines, ses élèves plus Au retour d’exil de sa meilleure amie Ana, elle lui révèle avoir été arrêtée, torturée et violée durant la dictature militaire, elle apprend que des jeunes femmes enceintes disparaissaient ou revenaient sans les enfants, Alicia commence enfin à se demander d’où vient sa petite fille. Allant voir les associations des grand-mères de la place de Mai, elle entame des recherches sur la vérité.

L'Histoire officielle : Photo Norma AleandroUn superbe film, sous forme de thriller terriblement angoissant dans la recherche de la vérité aussi douloureuse soit elle. Ainsi, cette femme de la bourfeoisie argentine, issue de la caste ayant réussie sous la dictature militaire, qui ne s’est jusqu’alors jamais interrogée sur ce qu’on lui a appris ou raconté au travers des livres et médias officiels, commence à se réveiller grâce au culot de ses élèves et au poignant témoignage de sa meilleure amie. Une enquête sur l’origine de sa fille adoptée dans des circonstances qui ne l’ont alors pas interpellé, au risque de tout perdre de ce que en quoi elle tient le plus. Un drame que l’on peut imaginer pour toutes les familles des disparus, qui en plus de leurs proches, ont découverts que leurs petits enfants ont été enlevés et placés dans les familles des tortionnaires et assassins. Je me souviens de ce reportage qui nous montrait la stupeur de quelques enfants de disparus, qui ne souhaitaient pas forcément quitter le confort de la bourgeoisie vers la une vie modeste ouvrière, ou refusant de croire une vérité trop dure. De fait, grâce aux quelques grand-mères de disparus, Afficher l'image d'originebientôt rejointes par des centaines puis des milliers de protestataires sur la place de Mai, en plus de la guerre des malouines feront vaciller la dictature, firent éclater une horrible réalité. Une très belle réalisation, qui narre avec subtilité dans une ambiance délétère et angoissante, sur une mise en scène soignée, une découverte effrayante d’une cruelle vérité aux conséquences inimaginables. De beaux portraits de femmes, sans jamais porter de jugement, tout en subtilité.

L'Histoire officielle : PhotoPaco Cabezas avait à son tour abordé en 2007 ce délicat sujet dans Les disparus, de même que Benjamín Avila en 2011 avec Enfance clandestine, sous formes différentes, mais évoquant cette sale période aux terribles conséquences sur les enfants. Ainsi, durant la « sale guerre » sous la terrible dictature militaire du général Videla qui destitua Isabel Perón, les militaires arrêtèrent et tuèrent secrètement entre 1976 et 1983, entre 22 000 et 30 000 personnes disparus (Les desaparecidos) et assassinés, dont la très grande majorité était des jeunes de moins de 35 ans. Ainsi, lorsqu'une jeune femme emprisonnée était enceinte, son accouchement avait lieu en prison, le bébé était aussitôt placé dans une famille de policiers ou de militaires. Plus de 500 enfants ont ainsi été volés à leur famille. Aussitôt l'accouchement, la mère était jetée nue en pleine mer. Fin novembre 2015, l'identité véritable de 119 personnes a été restituée. Le documentaire Argentine, les 500 bébés volés de la dictature, réalisé en 2012 par Alexandre Valenti, relate le dossier avec force émotion.

Afficher l'image d'origineAvec l’excellente Norma Aleandro (Toutes les hôtesses de l'air vont au paradis), de même qu’Héctor Alterio, quand Chuchura Villafañe est magnifique d’une intense émotion qui hante à jamais, Hugo Arana et Guillermo Battaglia, ainsi que Chela Ruíz et l’adorable petite Analia Castro qui est époustouflante, Patricio Contreras et María Luisa Robledo, Aníbal Morixe et Jorge Petraglia, de même que Daniel Lago et Augusto Larreta, Laura Palmucci et Leal Rey.

Le film L’histoire officielle, réalisé par Luis Puenzo, distribué par Pyramide Films est disponible en DVD dans les meilleurs bacs dès le 4 octobre 2016 au prix conseillé de 25,00€. A noter que vous pourrez avoir le plaisir également de le soir au cinéma le 18 octobre. Il est proposé en version espagnole sous-titrée français. Dans les suppléments, quatre séries d’entretiens avec le réalisateur, Un scénario sous haute tension, Filmer l’histoire, Les comédiens, Négation et révélation abordent différentes thématiques du film et son contexte, ainsi qu’un documentaire très intéressant sur la restauration du film.

4 étoiles

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 09:27

Un grand merci à Outplay pour m’avoir permis de découvrir cette comédie romantique réalisée en 2008 par Nana Neul, pour alors son premier long métrage considérant sont récit comme un préquel de Boys don’t cry.

Afficher l'image d'origineMel Wandel est une jeune femme de vingt-deux ans qui se confond en garçon, de part son allure, ses vêtements et coupe de cheveux. Un soir, elle manque de renverser en voiture la magnifique ado de quatorze ans Jenny Schmidt. Le coup de foudre est réciproque pour les deux jeunes filles, sauf que pour Mel son orientation sexuelle est claire, quand Jenny pense être amoureuse d’un garçon qui se fait passer pour Miguel, un portugais de Faro. Commence alors un jeu de séduction de dupe et de mensonges qui risque de provoquer des dégâts affectifs.

Afficher l'image d'origineS’il l’on ne peut manquer en effet de penser à Boys don’t cry de Kimberly Peirce avec Hilary Swank dans sa construction générale, des différences les sépare. Dans l’un il y avait un terrible drame violent entre une jeune femme transgenre, quand ici une comédie romantique moins dramatique sur une butch qui séduit une jeune fille dans une révélation moins évidente. De fait, ne masquant pas son anatomie dont les seins passent difficilement pour un torse musclé, on a du mal à croire en la naïveté de la jeune Jenny de prendre Mel pour un garçon. Ainsi, sa réaction Afficher l'image d'origineà la découverte du corps nu de Mel, est la confirmation de son ressenti sur son amour lesbien et sa révélation. Une jolie comédie donc, qui se laisse suivre avec beaucoup de plaisir dans un jeu de rôle de confusion et de quiproquos, de séduction, d’amour et de révélations, sur une fin plus positive qui donne un nouvel horizon aux protagonistes. La réalisation est belle et fluide, sans tomber dans le trash pour une subtilité pleine de sensibilité dans le sortir du placard comme d’un rite de passage à la vie adulte et assumée. De belles images sur une mise en scène soignée avec une interprétation de jeunes actrices émouvantes et marquantes.

Afficher l'image d'origineAvec les très belles et talentueuses Anjorka Strechel et Lucie Hollmann si convaincantes, Manuel Cortez (La nuit des loosers vivants) et Florian Panzner, Tilo Prückner et Kai-Peter Malina, ainsi qu’Isolda Dychauk (Les salauds) et Philipp Quest, Julischka Eichel et Jo Marie Dominiak, et Piet Fuchs. et Anna Stieblish.

Le film Mel & Jenny, réalisé par Nana Neul, distribué par Outplay est disponible en DVD dans tous les meilleurs bacs. Il est proposé en version originale allemande sous-titré français.

2 étoiles

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article
13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 09:21

Un grand merci à Factoris Films pour m’avoir permis de découvrir ce très intéressant documentaire réalisé par Philippe Gérard, sur un apnéiste avec une vision au-delà des records et performances sportives sur une nouvelle perception de l’environnement marin pour une sauvegarde des espèces menacées.

Afficher l'image d'origineAu-delà des performances extraordinaires d’apnéiste de Pierre Frolla, quadruple champion du monde, le monégasque nous embarque dans un voyage aux quatre mers du monde en cinquante et un jours. De l’océan indien au pacifique, de l’atlantique jusque dans la mer méditerranée, le plongeur nous entraine dans des univers magnifiques. Nager sans bouteilles dans des profondeurs impossibles, entre les bancs de poissons Afficher l'image d'originemulticolores et dans des épaves, nous émerveille. Prise de conscience des ravages sur les espèces marines, Pierre nous démontre avec son talent de nageur hors paire, de la beauté et des liens avec des poissons magnifiques tels que les cachalots, les murènes et les requins, nous offrant des moments uniques d’intenses émotions de danses et câlinages avec ces espèces réputées dangereuses.

Afficher l'image d'origineUn documentaire qui sort des sentiers battus, nous régalant d’images superbes de fonds marins aux couleurs éclatantes, mêlant astucieusement les performances physiques des plongeurs de l’extraordinaire, aux miracles des liens entre l’homme et l’animal sauvage. Ainsi, pêcheur à ses heures dans sa jeunesse, le champion est devenu défenseur de la plus belle manière d’espèces en danger d’extinction, par des Afficher l'image d'origineprouesses incroyables. J’ai été très ému de part les liens qui se tissent avec les murènes géantes qui se laissent caresser avec autant de douceur et de complicité, de même qu’effrayé et admiratif avec les requins tout aussi compliques mais aux réactions imprévisibles. Un beau documentaire tout aussi ludique qu'émouvant.

Avec Pierre Frolla, Michel Santelli et Eric Bonicatto, ainsi que la voix de la narratrice Sylvie Santelli.

Le documentaire Le temps d'une apnée de Jeremy LaLonde, distribué par Factoris Films, est disponible dans les meilleurs bacs depuis le 16 août 2016.

2 étoiles

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Documentaires
commenter cet article
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 09:34

Un grand merci à Factoris Films pour m’avoir permis de découvrir cette sympathique comédie canadienne réalisée par Jeremy LaLonde, pour son troisème long métrage, nous plongeant dans la préparation d’une orgie au cœur d’une petite ville de province bien coincée.

Afficher l'image d'origineL’ultime humiliation de Cassie Cranston, alors qu’adolescente elle s’apprêtait à perdre sa virginité avec son amoureux Adam Mitchell, a quitté sa petite ville de province conservatrice trop coincée de Beaver’s Ridge. Devenue célèbre par ses livres et conseils sur le sexe, Cassie revient douze ans plus tard à l’occasion de l’enterrement de sa mère. Elle y retrouve tous ses camarades d’enfance trentenaires, qui lui en veulent d’un article qui l’avait rendu célèbre, sur leur comportement sexuellement coincés. Ils acceptent pour prouver qu’ils sont déniaisés, pour casser l’enui d’une vie morne et autres raisons d’organiser une partouze.

CfD9KHWUEAAHlj3.jpg_largeJe me suis beaucoup amusé avec cette comédie déjantée avec une touche parfois dramatique sur un récit irrévérencieux et corrosif sur la société dans une petite ville provinciale. Il n’est en effet pas si facile sinon d’organiser une orgie, du moins d’y participer dans ces conditions. Ainsi, suivre les protagonistes dans ce défit aux motivations multiples, entre la vierge échaudée, le désir d’enfant à n’importe quel prix, celui de baiser cout que cout, des orientations retenues et autres simples curiosité, donne un aperçu drôle et parfois pathétique mais toujours bon enfant. Avec un choix d’aussi jolies filles, la soirée ne saurait qu’être sympathique. La fin est des plus jouissives, ce qui est le cas de dire, avec les grimaces dans lesuqels on se retrouve forcément. La réalisation est maitrisée, amenant avec facétie le défit et la mise en place dans une mise en scène amusante où chacun révèle sa motivation personnelle. Sans jamais sombrer dans le vulgaire trash ou le ridicule pathétique, mais toujours avec humour et recul, le récit se laisse regarder avec beaucoup de plaisir.

Afficher l'image d'origineAvec la belle Jewel Staite et Ennis Esmer, les magnifiques Lauren Lee Smith (Si je reste) et Katharine Isabelle, Mark O'Brien et Tommie-Amber Pirie, ainsi que Jonas Chernick et James McGowan (Suicide squad), Kristian Bruun (Life) et Gugun Deep Singh, Natalie Brown et Lauren Holly (Les 12 coups de minuit), Noah Cappe, Christine Horne et Rosemary Dunsmore (Esther),  et les jeunes Zoe Cleland et Alex Harrouch, Torianna Leev et Sophi Knight, Jessica Clement (Life), Marc-Anthony Sarria et Hershel Blatt (Mariage à la grecque 2), dans l’ambiance de folie.

Le film How to plan an orgy in a small town de Jeremy LaLonde, distribué par Factoris Films, est disponible dans les meilleurs bacs depuis le 16 août 2016. Il est proposé en version française.

3 étoiles

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 16:33

Star Trek Sans limites : PhotoEncore une belle réalisation de Justin Lin (Fast & Furious 6) pour une suite de la saga qui n’en fini pas et pourtant ne déçoit jamais, restant dans l’esprit de l’œuvre depuis ses début tout en prenant l’air du temps et arrivant à garder son stye, son ambiance et ses spécificités par rapport à tous les blockbusters du genre qui finissent par se perde.

Star Trek Sans limites : Photo Anton Yelchin, Chris PineA l’approche d’une planète aux confins de l’univers, l’USS Enterprise sous les ordres du Capitaine Kirk, reçoit une demande de secours d’un équipage en détresse. A l’approche du lieu, le vaisseau terrien est violemment attaqué et totalement détruit, l’équipage est fait prisonnier, à l’exception de certains qui vont trouver dangers et aide inattendue, face à un ennemi puissant aux ambitions épouvantables.

Star Trek Sans limites : Photo Karl Urban, Sofia Boutella, Zachary QuintoUne nouvelle occasion d’aventures épiques avec nos héros intergalactiques pleines d’actions, d’humour et d’émotion. Sans rien d’original, le récit reste cependant dans un ton passionnant de la science-fiction fantastique, sans démesure outrancière ni prétention ostentatoire pénible, qui perdure l’enthousiasme de ses débuts, avec la part d’humanité humble qui a toujours fait son succès. Certes, les aliènes ont tendances à ressemble aux humanoïdes dont on a Star Trek Sans limites : Photo John Cho, Zoe Saldanal’explication finale, qui m’a rappelé un des albums de bande dessiné de la série des Valérian et Laureline. La fin laisse une porte ouerte pour une prochaine suite que l’on attend avec plaisir. Côté réalisation, rien de bien transcendant, avec le calibrage classique tant dans la mise en scène que dans les effets spéciaux d’un récit captivant de spectacle sympa.

Afficher l'image d'origineAvec bien sûr un casting choral dans lequel nous retrouvons Chris Pine (Into the woods) et Zachary Quinto (Hitman : agent 47), Simon Pegg (Star wars - le réveil de la force) et la très belle Sofia Boutella (Kingsman: services secrets), Idris Elba (Avengers : l'ère d'Ultron) et le regretté Anton Yelchin (Green room), mais aussi la belle Zoe Saldana (Les gardiens de la galaxie) et Karl Urban (Sur la terre des dinosaures), Lydia Wilson (Il était temps) et John Cho (American beauty), ou encore Joe Taslim (The raid) et Shohreh Aghdashloo (La lapidation de Soraya M.).

3 étoiles

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article