Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juin 2019 2 04 /06 /juin /2019 11:05

Un grand merci à Coin de Mire Cinéma pour m’avoir fait découvrir cette très drôle comédie policière réalisée en 1959 par Denys de La Patellière, d'après le roman de René Lefèvre, dans des oppositions de culture e d'éducation, de milieu et de ressentis.

Paris 1942, Henri Neveux rentre d’Allemagne où il était prisonnier. Il retrouve ses deux enfants et découvre que sa femme est morte en couche en lui laissant un troisième enfant qui n’est pas de lui. Il décide de l’élever comme son fils. 1959, ouvrier et satisfait de son état, mais ambitieux pour sa descendance, Henri est fier de ses enfants. Mais Louis l’aîné, cycliste prometteur accepteur les courses truquées, quand Odette sa cadette vendeuse de chaussures se fait engager par un photographe qui l’entraine dans un monde glauque. Henri pousse son dernier Fernand à faire de belles études quand celui-ci, bagarreur et racketteur file mauvais chemin tant il déteste les études. Henri va avoir fort à faire, dépassé par les événements.

Un très beau film qui nous plonge dans un drame avec des pointes d’émotion, pour une galerie de portraits effilées hauts en couleurs. Alors que l’on pourrait penser malheureusement à un rejet du fils adultérin, c’est au contraire une adulation mutuelle, face à deux rejetons qui filent mauvais coton avec de sales mœurs et mentalités.

J’ai beaucoup aimé l’ambiance, les dialogues et la mise en scène qui nous apporte un drame avec des facéties succulentes et un final excellent bien qu’un peu trop optimiste.

Une dualité dans ce drame, entre riches et pauvres, entre l’appartement année 1940 face à 1960 avec tout le moderne et le confort en opposition du misérabilisme ouvrier. Une vision de la vie, entre le tricheur et la prostituée, sans doute un peu trop optimiste et plein de bon sentiment, mais l’éternelle naïveté de croire encore que l’amant va divorcer, ou que tricher ouvrira une carrière. époque cruciale avec les chantiers de construction d’immeubles modernes poussent comme des champignons et redessine le Paris d’aujourd’hui.

Ce film est issu d’une superbe édition en Digibook Édition collector limitée à 3 000 exemplaires et numérotée - Blu-ray + DVD + Un livret de 24 pages reproduisant des documents d’époque + 10 reproductions de photos d’exploitations (14,5 x 11,5 cm) + La reproduction de l’affiche d’époque (29 x 23 cm), par un éditeur passionné de qualité, Coin de Mire Cinéma, qui nous offre l’amour du septième Art avec les images et le son de très haute qualité, agrémenté des actualités Pathé d’époque, des réclames publicitaires, et des bandes-annonces d’alors.

Après une première tournée de six films avec Archimède le clochard, Porte des Lilas, Des gens sans importance, Les amants du Tage, Si tous les gars du monde… et Les grandes familles, une nouvelle et alléchante fournée nous arrive avec La grosse caisse, L’affaire Dominici, Le cas du docteur Laurent, Le train, Non coupable et Rue des prairies pour nous régaler et nous enthousiasmer les sens de plaisir.

Une très belle distribution avec Jean Gabin (La belle équipe), Claude Brasseur (Une histoire simple), Roger Dumas (Ensemble c'est tout) et Marie-José Nat (Terre indigo), Paul Frankeur (Mon oncle Benjamin), Roger Tréville, Renée Faure et Dominique Page, Jacques Monod, Louis Seigner et Gabriel Gobin, Alfred Adam, Guy Decomble et François Chaumette, Bernard Dhéran, Gaby Basset et René Havard, Albert Dinan, France Asselin, Pierre Leproux et Jacques Marin, Max Montavon, Pascal Mazzotti, Pierre Vernier et Paul Mercey, Marie Mergey, et les caméo Léon Zitrone, et Raymond Marcillac.

Le film Rue des prairies, distribué par Coin de Mire Cinéma, est disponible en Digibook - Blu-ray + DVD + Livret Film restauré en 4K à partir du négatif original par TF1 Studio avec la participation du CNC et de Coin de Mire dans les meilleurs bacs depuis le 22 mai 2019. Il est proposé en version sous-titrée pour sourds et malentendants.

3 étoiles

Partager cet article
Repost0

commentaires