Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 14:01

Un grand merci à Pathé pour m’avoir permis de découvrir ce film dramatique sorti en 1959 et réalisé par Julien Duvivier, dans une adaptation du roman de Pierre Louÿs.

Stanislas Marchand, autrefois écrivain à succès, a trouvé asile politique en Espagne où il vit très modestement à Séville avec Manuela, et sa fille Éva. Cette dernière est amie depuis très longtemps à Albert, un jeune conducteur d'autocar. Éva, attirée par la danse, aimerait en faire son métier. Lors de la feria de Abril où elle se produit, elle se laisse courtiser par Matteo Diaz, un riche manadier et grand séducteur bien que marié, mais elle s'en amuse. Dès lors, Matteo est obsédé par le désir de la posséder jusqu'à subir les ultimes humiliations et prêt à toutes les extrémités.

Un film de commande qui n’est pas le meilleur du réalisateur, bien que la réalisation soit belle, colorée et maîtrisée. C’est l’histoire, revue et corrigée qui s’inspire du roman lui-même particulier qui laisse penseur et son regard. Une nouvelle adaptation très dérangeante, où il suffit de frapper une jeune femme pour qu’elle cède à la volonté de l’« homme ». Cela trouve un écho détestable qui met mal à l’aise, d’autant que Duvivier, dresse une galerie de portraits de protagonistes de rétas dont aucun n’est sympathique. Le père fasciste délateur, la belle-mère maquerelle, le maquereau gay veule et lâche, le Don Juan détestable et la jeune écervelée qui tombe dans son propre piège. Reste l’amoureux qui trouve le courage de fuir cette mauvaise farce. Une belle mise en scène, dans les décors d’une ville colorée en pleine féria. Amusant paradoxe de voir Brigitte Bardot devant les effroyables corridas, elle qui deviendra la défenseuse de la cause animale, dans un parallèle entre le taureau et la jeune femme, et son écrasement. Espérons qu'avec le regard de nos jours, ela fasse réfléchir.

Avec Brigitte Bardot et Antonio Vilar, Lila Kedrova, Jacques Mauclair, Michel Roux, Daniel Ivernel et Dario Moreno, Jess Hahn, Espanita Cortez, Claude Godard, Rivers Cadet, Germaine Michel et Paul Bonifas, Dominique Zardi, Betty Beckers, Denise Carvenne, Gisèle Grimm, Marie-José Guil et Anne-Marie Mersen.

Le film La femme et le pantin, distribué par Pathé, est disponible dans les meilleurs bacs dès le 16 juin 2020 en version restaurée 4K 2020 à partir d’un négatif original nitrate, par L’Immagine Ritrovata sous la supervision de La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, édition limitée, DVD et Blu-ray. Dans les suppléments, Géométrie des corps, entretiens avec Philippe Roger et Bernard Bastide, La musique de La femme et le pantin, entretiens avec Jean-Louis Sajot, Günter Buchwald et Léon Rousseau (2021), Actualité Pathé d’époque : La semaine Sainte à Séville – 1924.

2 étoiles

Partager cet article
Repost0
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 13:35

Un grand merci à Pathé pour m’avoir permis de découvrir ce film dramatique muet sorti en 1929 et réalisé par Jacques de Baroncelli, d'après le roman de Pierre Louÿs, sur un jeu malsain entre harceleur et courtisée.

train avec la jeune et belle Conchita Perez, le riche vieux propriétaire Don Mateo Diaz est fou de désir pour elle. Ne se sentant plus, il la poursuit de ses assiduités qu’elle lui résiste et se joue de lui, l’embrasse pour mieux le rejeter, accepte ses dons sans rien lui céder. Il lui promet le mariage avant qu’elle s’enfuit et de céder à lui pour mieux disparaître. Il la massacre de coups pour la dresser à sa guise, avant qu’elle ne s’échappe définitivement tout en continuant ç le narguer.

À partir d’un roman, déjà en soit terriblement choquant de part son machiste et sa phallocratie, qui ne semblait pas émouvoir en son époque, il l’est d’autant avec notre regard d’aujourd’hui, plus par les réalisateurs à trouver  matière à véhiculer ces inepties qui consolident le mépris de la femme, en l’occurrence libre, justifiant en quelque sorte les féminicides, jusque dans les propos encore plus odieux des deux intervenants dans les suppléments, sans qu’il ne soit indiqué en préambule la violence faite aux femmes dans ce film. Deux hommes analysent le film, sans hélas de parité. Quelle est l’histoire ? Un homme, vieux et riche, désir ardemment coucher avec une femme jeune, belle et pauvre, qui le fait languir et le manipule, se joue de lui tel un idiot qu’il est, et croit qu’il suffit de dépenser une fortune, bijoux, robes, palais comme à une prostituée de courtisane sous couvert de « cadeaux d’amour ».

Se refusant encore, nous avons droit à une scène de violence inouïe, « pas assez sensuelle ni assez violente » regrette un intervenant, dans le but de la « corriger » et de la dresser sous couverte « d’amour possessif », bien qu’elle se soit offerte à son harceleur, avant de le fuir le tortionnaire et de continuer de le narguer. Concept machiste s’il en est, qui justifie les moyens de mettre à bas la femme, , parfois à la mort, qui trouve « justification » par cette « garce manipulatrice » -dixit toujours un des intervenants- par le romancier et les réalisateurs, exactement selon les principes des féminicides. En effet, il n’est pas d’époque qui puisse s’accepter ces mentalités archaïques. Concernant la réalisation, nonobstant le contenant, les images comme la mise en scène sont superbes, les cadrages et les effets, comme la nudité en reflet dans la bouteille, les jeux d’ombre de la corrida et de mise à mort nous offre une qualité visuelle d’exception. Une très belle réalisation, magnifiquement restaurée, avec cette jeune actrice qui crevait l’écran par son charisme et son talent.

Une œuvre qui a donc inspiré, et adapté en pièce de théâtre en 1910 par l’auteur et Pierre Frondaie. Puis au cinéma dès 1920, avec le film américain The woman and the puppet par Reginald Barker, en 1929 par Jacques de Baroncelli, autre film américain en 1935 avec The devil is a woman par Josef von Sternberg, encore en 1946 avec Laabet el sitt film égyptien de Wali Eddine Sameh, en 1959, Julien Duvivier en faisait sa reprise, puis deux téléfilms, le franco-espagnol de Mario Camus en 1990, et en 2006 par Alain Schwarzstein.

Avec Conchita Montenegro, Raymond Destac, Henri Lévêque, Jean Dalbe, Andrée Canti, Raoul Lagneau,

Le film La femme et le pantin, distribué par Pathé, est disponible dans les meilleurs bacs dès le 16 juin 2020 en version restaurée 4K 2020 à partir d’un négatif original nitrate, par L’Immagine Ritrovata sous la supervision de La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, édition limitée, DVD et Blu-ray. Dans les suppléments, Géométrie des corps, entretiens avec Philippe Roger et Bernard Bastide, La musique de La femme et le pantin, entretiens avec Jean-Louis Sajot, Günter Buchwald et Léon Rousseau (2021), Actualité Pathé d’époque : La semaine Sainte à Séville – 1924.

3 étoiles

Partager cet article
Repost0
13 juin 2021 7 13 /06 /juin /2021 11:58

Un grand merci à Sidonis Calysta pour m’avoir permis de découvrir ce thriller polar sorti en 1986 et réalisé par J. Lee Thompson, pour une coméie bien fendard.

Vétéran de la police de Los Angeles, devenu alcoolique depuis son divorce, le coriace inspecteur Jack Murphy plonge dans un véritable cauchemar le jour où il reçoit un appel anonyme signant son arrêt de mort. Lorsque son ex-femme, Jan, est assassinée avec son amant, Murphy devient le suspect numéro 1. Arrêté par ses propres collègues, il n’a pas d’autre choix que de s’évader avec Arabella McGee, une jeune délinquante qu'il avait arrêté plus tôt dans la journée menottée à lui, et de pourchasser lui-même Joan Freeman, le tueur qui l’a piégé.

Une comédie délirante, à partir autant de la théorie sur la loi des emmerdements en série, entre meurtres à tout va, courses poursuites meurtrière et bagarres. Bronson sort de son rôle de justicier limie facho, pour nous entraîner dans une chasse au teur qui veut le faire plonger pour une vengeance insane. Je me suis beaucoup amusé, avec ce duo improbable entre le vieux flic aux abois et la jeune délinquante au verbe fleuri. Des dialogues bien pétant, des cascades et des coups de feu qui font mouche tout azimut. Le rythme est d’enfer, sans prendre une pause qu’il faille repartir de l’avant. Vif et alerte, débile et fendard, cette réalisation est une réussite de détente.

Avec Charles Bronson et Kathleen Wilhoite, Carrie Snodgress, Robert F. Lyons et Richard Romanus, Angel Tompkins, Bill Henderson et James Luisi, Clifford A. Pellow et Janet MacLachlan, Lawrence Tierney, Jerome Thor, Mischa Hausserman et Cal Haynes,  Hans Howes, Joseph Roman et Paul McCallum, Dennis Hayden, Tony Montero et Lisa Vice.

Le film La loi de Murphy, distribué par Sidonis Calysta et sa page Facebook, est disponible en DVD et Blu-ray, depuis le 20 mai 2021. Il est proposé en version originale anglaise sous-titrée français, et en audio français. Dans les suppléments, Présentation par Gérard Delorme.

3 étoiles

Partager cet article
Repost0
9 juin 2021 3 09 /06 /juin /2021 17:20

Avec la pandémie, nombre de films sont en attentes ou diffusés sur les plateformes, comme pour ce film réalisé par Patty Jenkins, pour le second volet de la superhéroïne de l’univers DC Comics avec un saut dans le temps sans qu’elle est prsis une ride, immortelle amazone au cœur brisé.

Depuis la fin de la Première Guerre mondiale, Diana Prince s'est intégrée à la civilisation, et continue sa vie parmi les humains, même si elle revêt de temps en temps son costume de Wonder Woman pour aider les autres. En 1984, Diana travaille pour la Smithsonian Institution à Washington, D.C.. Elle y fait la rencontre du Docteur Barbara Ann Minerva, une nouvelle collègue qui souffre d'un manque de confiance en soit, chargée d'identifier des antiquités dont une pierre avec une légende latine qui indique qu'elle exauce les vœux. Grâce au sien, Diana est réunie avec Steve Trevor dans le corps d’un autre, pourtant décédé durant la guerre. Maxwell Lord, homme d'affaires charismatique au bord de la faillite s’empare de l’objet, et devient de plus en plus puissant.

Pas si mal fichue, l’intrigue romantique dans les amours entre Diana et Steve sous une forme de Code Quantum, sur une thématique de soif de pouvoir aux conséquences à la Lucky Man, pêche cependant par des longueurs excessives, sur des profils caricaturaux et des combats pas très passionnant. Mais la description psychologique des hommes de pouvoir aux profils de médiocres dégénérés est bien décris. Bien que du début du vingtième siècle, Steve avait forcément connu les escaliers mécaniques autant que les métros qu’il n’a pas à découvrir ébahi en 1984. Nonobstant les incohérences, longueurs et autres défauts, ce film ne mérite pas toutes les sévères critiques qu’il a subit. Je me suis bien amusé et trouvé que Wonder Woman ne tue pas par milliers comme dans le premier opus pour sauver des vies. C’est déjà en soit un bon point.

Avec Gal Gadot, la jeune Lilly Aspell, Chris Pine, Kristen Wiig, Pedro Pascal, les jeunes Lucian Perez, Lambro Demetriou et Jonny Barry, Connie Nielsen, Robin Wright, Kristoffer Polaha, Oliver Cotton, Natasha Rothwell, Kelvin Yu, Gabriella Wilde, Amr Waked, Ravi Patel, Stuart Milligan, Patrick Lyster, Doutzen Kroes et Lynda Carter.

2 étoiles

Partager cet article
Repost0
9 juin 2021 3 09 /06 /juin /2021 08:56

Un grand merci à Artus Films pour m’avoir permis de découvrir ce film de chevalerie sorti en 1964, co-réalisé par José Luis Monter et Riccardo Freda, pour une adaptation d’un conte inspiré de faits historique romancé.

Au XIIème siècle, dans le duché de Brabant, le comte palatin Siegfried de Trevire part pour les Croisades, laissant son épouse Geneviève aux soins de l’intendant Golo. Ambitieux, ce dernier se voit refuser ses avances et emprisonne la malheureuse Geneviève tout juste enceinte de son époux. Les années passent, que Golo décide de la faire mettre à mort avec son fils. Mais le tueur compatissant la libère en les faisant passer pour morts dans la forêt. Elle et son enfant vont y rester cachés, attendant le retour du comte.

À partir d’un texte source en latin de Matthias Emmich de 1472, la première version de ce récit semble être L'innocence reconnue ou Vie de Sainte Geneviève de Brabant du père jésuite René de Cériziers publiée 1647 que l’on retrouve dans le recueil de Saints martyres chrétiens dans La Légende dorée de Jacques de Voragine (Jacopo da Varazze) au treizième siècle, relatant le triste sort de Marie de Brabant accusée faussement d'adultère par son époux Louis II de Bavière, qui l’a fit exécuter. Une adaptation plus optimiste, Drame qui  a donné lieu à de très nombreux romans, opéras, théâtre, films et bandes dessinées.

Cette belle réalisation, entre décors gothiques et costumes d’époques, se suit avec plaisir tel un conte de Nibelungen. On pourra s’étonner que Golo ne fasse pas tuer, ou de tuer lui-même la femme et l’enfant dans la prison comme tant d’autres. Une belle réalisation avec des scènes de batailles convaincantes qui nous mettent dans une ambiance fantaisie joliment interprété. Je me suis laissé prendre par la mise en scène et le jeu de caméra et les thématiques évoquées, la fidélité et la félonie, l’amour et la haine, et autres humanités qui s’imbrique avec justesse.

Avec María José Alfonso, Alberto Lupo, Stephen Forsyth, Beni Deus, Rosita Yarza, Andrea Bosic, Franco Balducci, Ángela Rhu, le jeune Loris Loddi, Antonella della Porta, Umberto Raho,  .

Le film Geneviève de Brabant, dans la collection Chevalerie, distribué par Artus Films, est disponible dans les meilleurs bacs depuis le 4 mai 2021 en DVD digipack + un livret rédigé par François Amy de la Bretèque (24 pages). Il est proposé en version originale sous-titrée français. Dans les suppléments, Diaporama d’affiches et photos.

3 étoiles

Partager cet article
Repost0
8 juin 2021 2 08 /06 /juin /2021 23:54

Un grand merci à Artus Films pour m’avoir permis de découvrir cet excellent film de super-héros italo-espagnol sorti en 1979, écrit et réalisé par Juan Piquer Simón, aux effets qui valaient largement les superproductions américaines.

L’extraterrestre Kronos a été envoyé sur la Terre pour combattre le crime et le mal. Il s’installe à New York en tant que le détective Paul, et devient un super-héros, Supersonic. Il doit faire face au diabolique Docteur Gulk,  qui a décidé de dominer le monde avec son organisation secrète en s’emparant du professeur Morgan et menace d’enlever sa fille Patricia. Le sort du monde est entre les main de l’invincible Supersonic Man.

Une excellente comédie de science-fiction à la comic books, dont de nombreuses originalités en font un film à la mesure des Superman, James Bond ou Star wars d’alors. Ainsi, deux acteurs pour différencier le même héro, une invincibilité qu’aucune Kryptonite ne peut détruire, et un humour délirant autant qu’une analyse de la société de guerre froide qui sonne juste. Sur une très belle mise en scène et des effets spéciaux de qualité, l’intrigue fonctionne à merveille pour devenir un film culte. J’ai beaucoup aimé l’ambiance et le décalage entre la gravité des événements de fin du monde par un fou furieux, et l’humour caustique de ces mêmes personnages effrayants.

Avec Michael Coby, Cameron Mitchel et Richard Yesteran, Diana Polakow et John Caffarel, Frank Braña, Javier Cameos et Tito García, Quique Camoiras et Luis Barboo, Ángel Ter, Emilio Higuera et Luis Castilla, Frank A. Sánchez, Emilio Fornet, Marta Fernández Muro et José Antonio Rico, Jesús Millán, Óscar Simón et Teófilo Martínez.

Le film Supersonic man, dans la collection Ciné Fumetti, distribué par Artus Films, est disponible dans les meilleurs bacs depuis le 2 mars 2021 en DVD digipack. Il est proposé en version originale sous-titrée français, et audio français. Dans les suppléments,  Le tournage de Supersonic Man par Christian Lucas, Juan Piquer Simón, le réalisateur supersonique par Christian Lucas, Diaporama, Bande-annonce (VO).

3 étoiles

Partager cet article
Repost0
8 juin 2021 2 08 /06 /juin /2021 16:35

Un grand merci à Sidonis Calysta pour m’avoir permis de découvrir ce thriller sorti en 1984 et réalisé par Taylor Hackford, d’après le roman Pendez-moi haut et court -Build my gallows high- de Daniel Mainwaring.

Blessé; le joueur de football américain Terry Brogan est congédié de son équipe. Sous la pression de Jack Wise, un bookmaker véreux qui en sait beaucoup sur ses tricheries, Terry accepte de se lancer sur les traces de Jessy Wyler. En possession de cinquante mille dollars volés à celui qu’elle fuit, cette dernière se réfugie au Mexique. Quand Terry lui met la main dessus, il en tombe amoureux. Une erreur à ne pas commettre.

Un très bon polar au suspens soutenant dans ce triangle amoureux où tous les coups bas sont permis.  Il s’agit d’une reprise de La griffe du passé de Jacques Tourneur, sorti en 1947.Une très belle réalisation sur des images de qualité et une mise en scène soignée qui nous entraine dans des pièges flagrant que l’appât du gain n’a pas de limite, mais quand en plus les sentiments s’en mêlent, il ne faut plus jurer de rien pourtant dans un flou artistique sur celui qui manipule qui. Je me suis bien amusé à suivre les péripéties d’un andouille de footballeur bien vieux pour jouer et croire en sa carrière derrière. Le plaisir dune intrigue bien ficelée, de profils hachés mais intrigants, et au final attachants.

Avec Rachel Ward, Jeff Bridges et James Woods, Richard Widmark, Jane Greer et Alex Karras, Dorian Harewood, Swoosie Kurtz et Saul Rubinek, Pat Corley, Bill McKinney et Allen Williams, Sam ScarberJon St. Elwood et amara Stafford, Jonathan Terry et Paul Valentine, Ted WhiteAdriana Kaegi, Cheryl Poirier et Taryn Hagey.

Le film Contre toute attente, distribué par Sidonis Calysta et sa page Facebook, est disponible en DVD et Combo Blu-ray + DVD, depuis le 20 mai 2021. Il est proposé en version originale anglaise sous-titrée français, et en audio français. Dans les suppléments, Présentation du film par Gérard Delorme.

3 étoiles

Partager cet article
Repost0
4 juin 2021 5 04 /06 /juin /2021 14:43

Un grand merci à Coin de Mire Cinéma pour m’avoir permis de découvrir cette dramatique sortie en 1973 réalisé par Jean Chapot, dans une ambiance à l'affaire Dominici.

Dans le Haut-Doubs, une suissesse est retrouvée morte assassinée près d’une ferme enfouie sous la neige. L’enquête, sous la direction du juge d’instruction, Pierre Larcher, se focalise sur la famille de Rose Cateux, cinquante ans, robuste, intelligente, sans méchanceté. Elle règne sur une famille sans histoires. Les soupçons se portent sur les fils de Rose, Louis et Paul. C’est entre Larcher et Rose, ces deux forces face à face, que va se jouer cette partie, que s’engage cette confrontation.

Un très beau film, tendu et angoissant, dans l’esprit de Dominici, qui nous plonge au cœur d’une famille paysanne en cercle fermé d’un huis clos où se jouent des drames et rivalités, en principes inhérents au meurtre. L’enquête, plus sociale que policière, nous entraine les confrontations entre mère plus tendre que méchante, face des enfants en butte avec le métier, dans la crise générationnelle de la paysannerie. La fin apporte son lot de surprise dans le dénouement policier comme celui de la famille. Une belle mise en scène, que les conflits internes échappent heureusement à la qualité des images et le jeu des interprètes dans un paysage grandiose.

Avec Alain Delon et Simone Signoret, Paul Crauchet, Bernard Le Coq, Renato Salvatori et Jean Bouise, Catherine Allegret et Pierre Rousseau, Fernand Ledoux et Miou-Miou, Christian Barbier, Béatrice Costantini et Gérard Chevalier, Martin Trévières et Armand Abplanalp, Christophe Sassard, Pascal Faivre et Dany Jacquet, Florence Moncorgé-Gabin et Salvino di Pietra, Serge Faivre et Michel Berrard.

Ce film est issu d’une superbe édition en Digibook Édition collector limitée à 3 000 exemplaires et numérotée - Blu-ray + DVD + Un livret de 24 pages reproduisant des documents d’époque + 10 reproductions de photos d’exploitations (14,5 x 11,5 cm) + La reproduction de l’affiche d’époque (29 x 23 cm), par un éditeur passionné de qualité, Coin de Mire Cinéma, qui nous offre l’amour du septième Art avec les images et le son de très haute qualité, agrémenté des actualités Pathé d’époque, des réclames publicitaires, et des bandes-annonces d’alors.

C’est avec un immense plaisir que nous découvrons la nouvelle fournée de 6 films Souvenirs perdus, Fanfan la Tulipe, Brelan d'as, Les grandes manœuvres, La poudre d'escampette et Les granges brûlées.

Le film Les granges brûlées, distribué par Coin de Mire Cinéma, est disponible en Digibook - Blu-ray + DVD + Livret, Collection La Séance, Restauration 4K à partir du négatif image et du négatif son français par Studiocanal, avec le CNC, dans les meilleurs bacs depuis le 9 avril 2021. Il est proposé en version sous-titrée pour sourds et malentendants et en audiodescription. Dans les suppléments, Documentaire sur les difficultés du tournage À propos d’un film (1973), Actualités Pathé d’époque, Réclames publicitaires d’époque, Bande-annonce et Bandes-annonces de la collection « La séance ».

3 étoiles

Partager cet article
Repost0
2 juin 2021 3 02 /06 /juin /2021 08:31

Un grand merci à Artus Films pour m’avoir permis de découvrir ce thriller psychologique horreur réalisé en 1974 par Francesco Barilli, pour une étrange intrigue entre drame fantastique  et thriller dramatique.

Rome au mois d’août, Silivia Hacherman, une jeune scientifique, se consacre exclusivement à son travail, délaissant son fiancé Roberto. Lors d’une soirée, elle rencontre un confrère africain de sociologie, qui lui dévoile les mystères de la magie noire et du vaudou.. Bientôt, des visions sur sa petite enfance vont ressurgir, des images érotiques avec sa mère et son amant, et tout ce qu’elle avait tenté de refoulé au plus profond de son être. Silvia perd pied avec la réalité, et sans se rendre compte qu'elle est manipulée par une secte qui pratique des rituels de magie noire.

Sans aucun rapport avec le roman de Gaston Leroux. Un étrange thriller en drame psychologique qui vire en horreur sans que l’on trouve forcément le lien qu’une secte cannibale. Ainsi, nous suivi cette belle jeune femme dans les tourments de son passé, d’un meurtre gamine en folie traumatisante d’une paranoïa exacerbée. Se lie ce gourou d’une secte, des personnages étranges, des visions angoissantes, montant progressivement dans une ambiance délétère sur une fin particulière. Une superbe réalisation à la mise en scène soignée et au jeu de l’interprète principale époustouflante. Je me suis laissé prendre par l’émotion suscitée et par la qualité des images et des cadrages. L’intrigue est originale dont on devine es symboliques de la psychiatrie très en vogue en Italie dans ces années là.

Avec l’excellente Mimsy Farmer, Maurizio Bonuglia, Mario Scaccia et Jho Jhenkins, Nike Arrighi, la jeune Lara Wendel, Aleka Paizi, Renata Zamengo et Ugo Carboni, Roberta Cadringher, Sergio Forcina et Gabriele Bentivoglio, Luigi Antonio Guerra et Carla Mancini et Donna Jordan, Orazio Orlando et Margherita Horowitz, Giuseppe Ravenna et Aldo Valletti.

Le film Le parfum de la dame en noir, de la collection Thriller, distribué par Artus Films, est disponible dans les meilleurs bacs depuis le 1er juin 2021 en combo Blu-ray + DVD. Il est proposé en version originale sous-titrée français. Dans les suppléments, La présentation du film par Emmanuel le Gagne, Le générique anglais, Diaporama d’affiches et de photos, La bande-annonce originale (VO), Plus loin encore , un court métrage de Stéphane Derdérian (2009).

3 étoiles

Partager cet article
Repost0
30 mai 2021 7 30 /05 /mai /2021 09:00

Un grand merci à Carlotta pour m’avoir permis de découvrir ces deux films au parfum de Nouvelle vague tchèque réalisés en 1963 par Miloš Forman, dans la mouvance de la Nouvelle vague   .

L'audition – Concours - Konkurs

Durant  les répétitions et les performances de fanfares rivales dans un célèbre théâtre musical de Prague, en parallèle d'une course de motos de cross-country, ont lieues des auditions publiques pour recruter une chanteuse. Une jeune fille, membre d'un groupe yéyé, s'y rend en cachette de ses camarades.

Journée folle d’audition dans une sorte de docu-fiction composé de deux moyens-métrages, entre un concert et répétions de musique classique et les aspirations au rock et au yéyé, sur un passage du traditionnel au moderne, comme une symbolique au passage à la vie adulte pour tous ces jeunes artistes qui se cherchent et se trouvent dans la musique ou le théâtre d’un pays occupé par les communistes soviétiques, dont on sent une oppression permanente de murs invisibles, de choix limités, et de propos mesurés en recherche de liberté.

Avec Vaclav Blumenfeld et Hana Hegerová, Ladislav Jakim, Vera Kresadlová et Marketa Krotka, Zdena Lorencová, Yvonne Prenosilova et Vladimír Pucholt, Jirí Slitr et Jiří Suchý, Jan Vostrcil et Frantisek Zeman,

L'as de pique - Černý Petr

Tchécoslovaque, 1960, Petr Vanek, tente d'échapper à des parents moralistes et possessifs, est engagé dans un magasin en libre-service. Pensant être engagé comme vendeur, il est chargé de la surveillance de la clientèle et d'intercepter es voleurs. Seul homme au milieu de vendeuses, il se montre maladroit et inefficace. Peu apte à ce flicage, il préfère aller nager, rencontre une fille qu'il courtise gauchement et inefficacement. Pendant un bal, il découvre les effets de l'alcool. Petit à petit, il tente de trouver sa place dans cet univers parmi les adultes et leur vie routinière.

Passage à la vie adulte intemporel, ce récit nous ressemble tout à  chacun. Sans repère, maladroit, timide, Miloš nous décrit les difficultés de l’entrée dans la vie professionnelle et personnelle malgré un mode d’emploi pourtant simple et si compliqué à la fois, comme la recherche de la liberté du pays sous l'emprise politique et militaire par les soviétiques et la dictature communiste dont le réalisateur doit user de finesse et de subtilité pour passer son message malgré la censure.

Avec Ladislav Jakim, Pavla Martínková et Jan Vostrčil, Vladimír Puchol et Božena Matušková, Pavel Sedláček et Zdeněk Kulhánek et František Kosina, Josef Koza, Antonín Pokorný et Jaroslav Kladrubský, Františka Skálová, Jaroslav Bendl et Majka Gillarová, Jaroslava Rážová et Dana Urbánková, Zuzana Opršalová et František Pražá.

Les films L'audition + L'as de pique, distribué par Carlotta, en nouveaux masters restaurés, est disponible en DVD et Blu-ray dans les meilleurs bacs depuis le 7 avril 2021. Il est proposé en version originale sous-titrée français. Dans les suppléments, Entretien avec Pavla Martínková-Novotná, Scène coupée, Bande-annonce originale.

3 étoiles

Partager cet article
Repost0