Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2022 1 07 /03 /mars /2022 11:06

Un très grand merci à Elephant Films pour m’avoir permis de découvrir cette comédie sortie en 1937 réalisée par Mitchell Leisen, pour un vaudeville plus malin qu'il n'y parait.

Mary Smith mène une vie des plus mornes. Son quotidien va se retrouver bouleversé lorsqu’elle reçoit littéralement sur les épaules un manteau de fourrure, jeté par J.B. Ball, riche banquier, fatigué du train de vie de sa famille. En essayant de rendre le manteau, de multiples malentendus amèneront les gens à penser qu’elle est la maitresse de Ball.

Une hilarante comédie grinçante sur la société américaine post crack de 1929. Avec cette famille de nantis sans limite en dépenses superflues du riche banquier exaspéré dont sa réaction en jetant par la fenêtre un manteau de fourrure d’une fortune inatteignable pour la majorité des américains va le propulser dans un drôle d’imbroglio. Une « fake news » déjà pour faire de la publicité pour un hôtel avec la rumeur d’un faux adultère devient un vaudeville classique avec humour un tantinet coquin. Je me suis beaucoup amusé par la modernité du propos, la justesse de ton entre gags et répliques et la qualité marquante des interprètes.

Avec Jean Arthur, Edward Arnold et Ray Milland, Luis Alberni et Mary Nash, Franklin Pangborn, Barlowe Borland et William Demarest, Andrew Tombes et Esther Dale, Harlan Briggs, William B. Davidson et Nora Cecil, Robert Greig, Stanley Andrews et Gertrude Astor, Richard Barbee et Sidney Bracey, Ethel Clayton, Dora Clement et Lois Clinton.

Le film La vie facile, distribué par Elephant Films, est disponible dans les meilleurs bacs depuis le 25 janvier 2022 en DVD, Blu-ray et en Combo Blu-ray + DVD. Il est proposé en version originale anglaise sous-titrée français. Dans les suppléments, Le film par Jean-Pierre Dionnet, Introduction de Robert Osborne, Bande-annonce d’époque, Dans la même collection.

3 étoiles

Partager cet article
Repost0
4 mars 2022 5 04 /03 /mars /2022 09:59

Un grand merci Artus Films pour m’avoir permis de découvrir ce film policier sorti en 1977, réalisé par Sergio Grieco, pour une course poursuite meurtrière.

Le tueur sadique Nanni Vitali s’évade de prison avec trois complices. Il se lance dans une folie meurtrière, remplie de vols, de viols, d’assassinats, et de prises d’otages. L’inspecteur Giulio Santini se met à sa poursuite avec force moyens. Mais Vitali va séquestrer son épouse, Carla.

Une cavale bien sombre d’un fou furieux qu’un inspecteur tente de mettre fin au chapelet de meurtres et de viols sordides égrenés dans son sillage. Un film vif et alerte qui ne nous laisse ni le temps de respirer ni nous épargne de l’extrême violence comme le cinéma des années soixante se complaisait à produire. La scène finale s’amuse avec la lâcheté de tels monstres. Les aficionados du genre trouveront à se délecter de la folie furieuse d’un psychopathe dégénéré.

 

Avec Helmut Berger, Marisa Mell et Richard Harrison, Marina Giordana, Luigi Bonos et Vittorio Duse, Ezio Marano et Claudio Gora, Alberto Squillante, Maria Pascucci et Nello Pazzafini, Antonio Basile, Sergio Smacchi et Rossana Bevilacqua.

 

Le film Ultime violence, issu de la Collection Polar, disponible dans les meilleurs bacs en version intégrale master 2K restauré, combo DVD + Bluray boîtier Digipack 2 volets avec fourreau, distribué par Artus Films, depuis le 1er mars 2022. Il est proposé en version originale italienne sous-titrée français et en audio français. Dans les suppléments,  Aucune bête aussi féroce, présentation du film par Curd Ridel, Diaporama d’affiches et photos, Bande-annonce originale (VO), Bandes-annonces de la collection : Exécutions,  Flics en jeans.

3 étoiles

Partager cet article
Repost0
1 mars 2022 2 01 /03 /mars /2022 08:18

Un grand merci à Diaphana et à l’agence Dark Star presse pour m’avoir permis de découvrir cette drmatique japonaise sortie en 2021, réalisée par Ryûsuke Hamaguchi, d’après la nouvelle d’Haruki Murakami,  pour une séance psychanalyse.

Alors qu’il n’arrive toujours pas à se remettre d’un drame personnel, Yûsuke Kafuku, acteur et metteur en scène de théâtre, accepte de monter Oncle Vania dans un Festival à Hiroshima. Il y fait la connaissance de Misaki Watari, une jeune femme réservée qu’on lui a assignée comme chauffeure. Au fil des trajets, la sincérité croissante de leurs échanges les oblige à faire face à leur passé douloureux.

Un face à face avec ses douleurs dans un échange thérapeutique d’une conversation dans une voiture sur des milliers de kilomètres entre deux traumas entrecoupé des coulisses d’une pièce de théâtre. Le décor est planté d’une analyse psychologique freudien entre une jeune femme chauffeur et un homme d’âge mur metteur en scène sans équivoque que seul la perte d’êtres chers les lie. S’entremêlent le mari, l’amant et la défunte femme sur une intrigue de ressentis et d’exploration intérieur que la pièce de théâtre vient en parallèle.

Les réalisateurs aiment à se plonger dans les coulisses de films ou des théâtres. Ryûsuke Hamaguchi apporte quand à lui des originalités avec des interprètes de langues différentes jusqu’à la langue des signes. Si la durée semble excessive et les répétitions rébarbatives, l’ambiance est envoutante et les personnages intriguant. Les astuces pour relier et révéler les caractères en débloquant les vie de culpabilité sont joliment amené tel la narration de la défunte que mari et amant finissent par finir le rébus.

Avec Hidetoshi Nishijima et Tôko Miura, Reika Kirishima et Park Yu-rim, Jin Dae-yeon, Sonia Yuan, Satoko Abe et Masaki Okada, Perry Dizon, Ahn Hwitae et Hiroko Matsuda, Toshiaki Inomata, Takako Yamamura et Ryô Iwase, Faisal Anwar, Kamal Zharif et Massimo Biondi, Shôichirô Tanigawa, Keiko Nishi et Saki Suzuki, Kirika von Schwarsz Kaiser, Soo-Young Park et Yoshinori Miyata.

Le film Drive my car, distribué par Diaphana, est disponible dans les meilleurs bacs dès le 1er mars 2022  en DVD et blu-ray ainsi qu’en VOD. Il est proposé en version originale japonaise sous-titrée français et en audio français. Dans les suppléments, Entretien avec Ryûsuke Hamaguchi, Bande-annonce.

3 étoiles

Partager cet article
Repost0
28 février 2022 1 28 /02 /février /2022 17:36

Un grand merci à Gaumont pour m’avoir permis de découvrir ce film de six courts-métrages documentaires sortis entre 1950 et 1956, réalisé par Georges Franju, sur un panel de sujets qui prend une dimension sur l’évoltion de la France.

En passant par la Lorraine (1950).

Ce film de commande traite des perspectives offertes par le « plan Monnet » au développement de l'industrie lorraine entre la campagne et les villes d'Histoire et de traditions.

 

 

 

Hôtel des Invalides (1952).

Une visite du musée de l'Armée, au sein de l'hôtel des Invalides, que le commentaire transforme en un réquisitoire contre les horreurs de la guerre.

Avec les commentaires de Michel Simon.

 

Le Théâtre National Populaire (1956).

Le court métrage évoque l'activité du TNP dirigé par Jean Vilar, au début des années 1950.

Avec Jean Vilar, Maria Casarès, Gérard Philipe, Sylvia Monfort, Georges Wilson, Daniel Sorano, Monique Chaumette et Jean Topart.

Mon chien (1955).

Une famille de la banlieue parisienne part en vacances. Alors que la voiture passe à proximité d'une forêt, les parents abandonnent le chien de leur petite fille.

Avec Jacqueline Lemaire, et le chien Rex.

 

 

À propos d’une rivière (1955).

Le film expose les différents aspects de la pêche au saumon atlantique.

Avec Michel Duborgel et la voix Marcel Laporte.

Sur le pont d’Avignon (1956).

À la découverte du patrimoine de la ville d'Avignon et de la vie quotidienne de ses habitants. Le pont roman, le palais papal, les jardins et l'activité culturelle.

Avec la voix de Claude Dasset.

 

 

 

 

 

 

 

 

Six courts-métrages sur des aussi divers qui nous plonge dans une France qui semble si lointaine et pourtant si proche. Anisi, de constater ces mines de charbon en activité si polluantes, ces fleuves si actifs, ces rivières poissonneuses, l’horrible sort des chiens abandonnés lors de vacances et se retrouvent gazés, ces poules et vaches élevés en plein air ou les visites des villes et des provinces aux traditions oubliées. Le constat de la fracture d’avant et d’aujourd’hui de tant de casse industrielles, d’exploitation animal, de villes défigurées et de vie bouleversée. Six reportages qui témoignent d’une époque en France dont a vu et assisté à tous ces changements en si peu de temps sans s’en rendre compte jusqu’à outrance de dérèglement climatique et de perte de repère dont nous commençons à payer le prix fort.

Le film En passant par la Lorraine, distribué par Gaumont, est disponible en DVD dans les meilleurs bacs dàs le 16 mars 2022. Il est proposé en version sous-titrée pour sourds et malentendants.

3 étoiles

Partager cet article
Repost0
28 février 2022 1 28 /02 /février /2022 08:00

Un grand merci à Sidonis Calysta pour m’avoir permis de découvrir ce film thriller Israélo-américain sorti en 1984, réalisé par Jack Lee Thompson, librement inspiré du roman Paiement cash (52 pick up) d'Elmore Leonard, sur un chantage contre un dialogue de paix dans le conflit israélo-palestinien.

Le nouvel ambassadeur américain nommé en Israël, Peter Hacker, , souhaite ramener la paix au Moyen-Orient par le dialogue entre les belligérants. Cela nei ne plait pas aux extrémistes des deux camps. Il est la cible d'attaques voulant le mettre hors d'état de nuire, mais il est protégé par le chef de la sécurité Frank Stevenson. Cependant, le Mossad filme les ébats d’Alex, la femme de l’ambassadeur, avec un amant de passage, Mustapha Hashimi, qui n’est autre qu’un représentant palestinien. Peter et Alex sont victimes de chantage tout en continuant d’œuvrer pour une réconciliation.

L'ambassadeur : chantage en Israël. Sujet brûlant, depuis la création d’Israël, que le cinéma a du mal à évoquer sans prendre parti, surtout américains et européens. Ceux qui en parlent le mieux sont les cinéastes des deux peuples concernés. De fait, ce film n’échappe pas à la règle, en essayant d’apporter une contribution de dialogue et de conciliation ne parlant pas de la réalité historique et de la souffrance des populations civiles depuis la Nakba. On s'amuse avec cette histoire de chantage pour une vidéo d’ébats adultérins quand on ne voit pas où est le problème qui ne regarde que le couple s’en accommodant intelligemment, L’intrigue se construit sur les projets de faire échouer le dialogue, forcément impossible et voué à l’échec. L’ambiance est lourde et pesante à souhait, et l'on retrouve bien la patte de Jack Lee Thompson dans la scène de carnage sur une belle mise en scène avec une distribution de qualité pour une intrigue qui se laisse suivre. Le film est librement inspiré du roman  policier 52 pick-up d'Elmore Leonard qui serra adapté en 1986 par John Frankenheimer dans lequel c’est l’homme qui est infidèle, L’intérêt du film reste à évoquer le dialogue qui tarde aujourd’hui encore à apaiser la région par le droit aux uns et aux autres à disposer d’un état libre et indépendant en toute sécurité. On en est hélas bien loin.

Avec Robert Mitchum et Ellen Burstyn, Rock Hudson et Fabio Testi, Donald Pleasence, Chelli Goldenberg et Michal Bat-Adam, Ori Levy, Zachi Noy, Yosef Shiloach et Shmulik Kraus, Yossi Virginsky et Yftach Katzur, Shai Schwartz, Ran Vered et Rachel Steiner, Dana Ben-Yehuda, Zehava Keilos et Esther Zewko.

Le film L’ambassadeur, distribué par Sidonis Calysta et sa page Facebook, est disponible en DVD et Blu-ray, à partir du 8 mars 2022. Il est proposé en version originale anglaise sous-titrée français, et audio français. Dans les suppléments, Présentations du film par Patrick Brion et Emmanuel Laborie, Bande-annonce originale.

2 étoiles

Partager cet article
Repost0
27 février 2022 7 27 /02 /février /2022 16:48

Un très grand merci à Elephant Films pour m’avoir permis de découvrir cette dramatique  sortie en 1937, réalisée par Leo McCarey, d'après le roman The years are so long de Josephine Lawrence et la pièce d’Helen Leary et Nolan Leary sur les conséquences de la crise économique et sociale.

Lucy et Barkley Cooper sont mariés depuis cinquante ans. Mais la crise économique frappe le couple qui ne peux plus payer les traites de leur maison. Saisis de leur bien, ils se retrouvent à la rue. Deux de leurs cinq enfants acceptent de les aider en les logeant séparément. Après tant d’années à deux, la distance est d’autant plus difficile à gérer que leur progéniture ne semble pas apprécier leur compagnie au point de vouloir sen débarrasser.

Nous avons vu beaucoup de films sur les conséquences du crack boursier de 1929 aux répercutions économiques à travers le monde en général, aux États-Unis en particulier jusqu’à la seconde guerre mondiale. Les populations devenant vagabonds, ouvriers et paysans à la rue, vendant leurs bras et leurs corps, dansant des nuits entières pour un lot ou un emploi. L’humiliation de la misère. Mais rarement comme la déchirure d’un couple comme dans cette intrigue dramatique très sombre et déprimante.

Un couple avec cinquante de mariage est séparé dans la maison de leurs enfants peu compréhensifs, donne ainsi cette douloureuse ambiance que le réalisateur traite avec air faussement comique mais véritablement sombre. Je me suis laissé prendre par la situation épouvantable d’égoïsme véritable drame à la Maupassant. De « bons chrétiens » ces cinq enfants dont on se demande pourquoi ils ne se cotisent pas pour aider leurs parents à rester chez eux en partageant les traites de la maison qui leur reviendrait en héritage. La trame s’impose en ressentis douloureux pour le pauvre couple qui à tout le moins pourrait partir ensemble sans rien attendre de personne. Une drame poussé à outrance.

Avec Beulah Bondi et Victor Moore, Fay Bainter, Thomas Mitchell, Porter Hall et Barbara Read, Maurice Moscovitch et Elisabeth Risdon, Minna Gombell, Ray Mayer et Ralph Remley, Louise Beavers et Louis Jean Heydt et Gene Morgan.

Le film Place aux jeunes, distribué par Elephant Films, est disponible dans les meilleurs bacs depuis le 25 janvier 2022 en DVD et en Combo Blu-ray + DVD. Il est proposé en version originale anglaise sous-titrée français. Dans les suppléments, Le film par Olivier Père, Bande-annonce d’époque, Dans la même collection.

3 étoiles

Partager cet article
Repost0
25 février 2022 5 25 /02 /février /2022 10:36

Un grand merci Artus Films pour m’avoir permis de découvrir ce fresque fantastique Russe sortie en 1956, réalisée par Aleksandr Ptushko (Le conte du tsar Saltan), qui prend une dimension effrayante en Ukraine ensanglantée.

Avant de s’endormir pour toujours, le géant Svyatogor remet son épée à des pèlerins, leur ordonnant de la donner au preux qui sera digne de défendre sa terre. Alors que les Tougars pillent la région, les pèlerins remettent l’épée à Ilya, un paysan vivant à Mourom qui a les jambes paralysées. Grâce à une potion magique, Ilya retrouve ses forces et s’en va se battre contre l’envahisseur qui a enlevé son épouse Vassilissa. Il devra affronter mille dangers pour devenir le preux qui mérite gloire et immortalité.

Un très beau film qui prend en ces heures sombres en Ukraine une connotation nationaliste. à travers cette légende inspirée de la légende du vrai Ilya Muromets (En fait la fusion de ombreux héros réels ou mythiques de différentes époques) sorte de Hercules, se dessinait déjà sous l’ère soviétique dans la propagande de l’Ukraine Russe si chère du dictateur Vladimir Poutine dans le rôle de sanguinaire Tatar Kaline. Une belle fresque fantastique aux superbes images de tableaux et ses nombreuses références et ses clins d’œil artistiques. Des chants ponction la légende dans des décors magnifiques et des scènes de batailles entre nombreux participants surmultipliés par des effets miroirs d’une mise en scène maîtrisée, cependant qu’en ce tournage, l’armée rouge écrasait l’insurrection de Budapest en Hongrie dans un vent de liberté. La réalisation est envoutante, charmante et amusante au message d’alors, qu’on meurt dans Kiev d’aujourd’hui.

Avec Boris Andreyev et Shukur Burkhanov, Andrei Abrikosov et Natalya Medvedeva, Ninel Myshkova, Sergey Martinson et Georgi Dyomin, Aleksandr Shvorin et An-Son-Hi, Iya Arepina, Aleksandra Danilova et Sadybek Djamanov, Nikolaï Gladkov, Stepan Kaïoukov et Sergueï Martinson, Tamara Nossova  et Mikhaïl Pougovkine, Ivan Ryjov et Mouratbek Ryskoulov, Vladimir Soloviov, Sergueï Stoliarov et Chamchi Toumenbaiev.

Le film Le géant de la steppe, issu de la Collection Aleksandr Ptushko, disponible dans les meilleurs bacs en version intégrale master 2K restauré, Édition Collector Digibook Blu-ray + DVD + livret Ilya Murometz : une épopée symbolique rédigé par Nicolas Bonnal (64 pages), distribué par Artus Films, dès le 1er mars 2022. Il est proposé en version originale russe sous-titrée français et en audio français. Dans les suppléments, présentation du film par Christian Lucas (2022),  Ptouchko l’enchanteur par Stéphane Derderian (2022), Diaporama d’affiches et photos, Bande-annonce originale (VO).

3 étoiles

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2022 4 24 /02 /février /2022 09:11

Un grand merci à BQHL éditions pour m’avoir fait découvrir cette comédie dramatique sortie en 1991 réalisée par Simon Wincer, dans un casse de Robin de bois qui vire guerre contre la mafia.

À la suite d’un braquage réussi d’un fourgon blindé, Harley Davidson motard invétéré et Robert « Marlboro » Lee Edison cowboy roi de la gâchette, ont la surprise de constater que leur butin est composé de drogue, la Crystal dream hyper dangereuse et non de dollars espérés. Ils se retrouvent bientôt poursuivis par des sanguinaires tueurs de la mafia que rien n’arrête pour récupérer le butin. Davidson et Marlboro vont devoir se surpasser face à la pègre.

Excellent film comédie dramatique polar nous emporte dans la folie meurtrière d’un milieu peu recommandable, avec un esprit de western moderne. Échec commercial phénoménal à sa sortie, le film est devenu depuis un film cultissime largement mérité  par tous les éloges. Sur une trame à priori classique s’il en est, ses dialogues et son état d’esprit le fait sortir du lot de tous les nanars du cru. Ainsi, sont abordés des thèmes sur la drogue et son trafic avec toutes les conséquences mortifère, mais aussi un instantané de ce début des années quatre-vingts dix. Bikers d’un autre monde qui se frotte à la pègre avec l’amitié de deux frères ennemis au verbe fleurie aux dialogues et répliques cultes. Certes, les noms des protagonistes sont de véritables publicités pour des marques plutôt inattendues aussi frontalement. Je me suis donc bidonné dans cette ambiance pourtant macabre, mais avec une telle dose d’absurdité qu’elle en devient une véritable comédie jouissive.

PUBLICITÉ

Une belle brochette de muscles avec Mickey Rourke et Don Johnson, Chelsea Field et Daniel Baldwin, Giancarlo Esposito  et Vanessa L. Williams, Tom Sizemore et Big John Studd, Julius Harris et Robert Ginty, Tia Carrere et Mitzi Martin, Kelly Hu et Michele Laybourn, Debby Lynn Ross, Nadine Miller et Theresa San-Nicholas, Branscombe Richmond et Sven-Ole Thorsen, Stan Ivar et Eloy Casados.

 

Le film Harley Davidson l'homme aux santiags, distribué par BQHL éditions est disponible dans les meilleurs bacs depuis le 6 octobre 2021 en DVD et Blu-ray. Il est proposé en version originale anglaise sous-titrée français et en version audio française.

3 étoiles

Partager cet article
Repost0
23 février 2022 3 23 /02 /février /2022 10:53

Un grand merci à Gaumont pour m’avoir permis de découvrir cette dramatique sortie en 1953, réalisée par Yves Ciampi, qui nou entraine dans une descente aux enfer de l’addiction à la drogue.

Compositeur au talent indéniable, Michel Landa a pourtant du mal à s’imposer, et est obligé de multiplier les petits boulots. Un soir, il est victime d’un grave accident de circulation alors qu’il traversait une rue. À l’hôpital, on lui injecte de la morphine, dont il devient rapidement dépendant en se fournissant rapidement auprès de son ancienne maîtresse Anne-Marie, dite Fétiche, au grand dam de sa femme Elena.

Un drame qui déjà posait le postula de la dépendance à la drogue en passant par tous les stades aux terribles conséquences. Étonnamment, dans ce petit monde de bourgeois aisé qui se retrouvent en club de junkies, consommateurs et trafiquants, aucun n’évoquent de sympathie. La maladie a bon dos à ces addictions, en l’occurrence sur l’ex maîtresse, reflet de signe de faiblesse et de destruction de soit et des autres que rien ne peut sauver. Christiane F. prostituée et droguée à l’adolescence, l’est toujours à soixante ans. Cependant, l’intrigue décrit avec justesse la descente aux enfers, surtout pour sa femme bien qu’une certaine vision de cet esclavage à la drogue soit édulcoré de la réalité bien plus terrible. Il est bon pour autant que le cinéma évoque beaucoup plus les ravages de la drogue que trop de comédies nous décrivent comme festif et joyeux, sans risque du petit joint « drogue douce » ou du cachet LSD qui désinhibe, oubliant la dépendance vers la violence et la prostitution et vols dans mortalité après bien des douleurs. Une belle mise en scène et impeccable interprétation.

Avec Daniel Gélin, Eleonora Rossi Drago et Barbara Laage, Gérard Landry et Louis Seigner, Christine Langier et Maurice Biraud, Joëlle Bernard, Jean-Pierre Jorris et Amédée, Charles Bayard, Yves Brainville, Robert Chandeau et Max Dalban, Richard Flagey, Harry-Max et Judith Magre, Mauricet, Robert Moor, Bernard Musson et Andréa Parisy, André Var, Hugues Wanner et Yvonne Yma.

Le film L’esclave, distribué par Gaumont, est disponible en DVD dans les meilleurs bacs dès le 16 mars 2022. Il est proposé en version sous-titrée pour sourds et malentendants

3 étoiles

Partager cet article
Repost0
20 février 2022 7 20 /02 /février /2022 09:26

Un grand merci à Damned Films pour m’avoir permis de découvrir cette dramatique psychologique thaïlandaise sortie en 2015, réalisée par Jakrawal Nilthamrong,dans une construction qui met les événements décousus pour une conclusion originale.

L’histoire de deux hommes très différents, d’un horrible accident de voiture et d’un crime commis au fond des bois. Les faits et histoires sont présentés avec précaution et les pièces du puzzle se mettent doucement en place.

L’étrangeté du récit fait sa force d’attraction et d’émotion. Sous une forme documentaire, l’intrigue se construit dans l’image plus que par le dialogue peu prolixe dont la compréhension se joue au fil de l’avancée de l’histoire ciomme une enquête de soit entre deux hommes et leur passé. Les images sont somptueuses dans une ambiance parfois angoissante  pour un voyage intérieur du réalisateur qui met de son vécu d'un accident de voiture de ses parents dont le thème central est comment vivre avec sa souffrance. Déboussolant et intriguant, on se laisse porter par la mise en scène comme dans un rêve initiatique.

Avec Ongart Cheamcharoenpornkul et Drunphob Suriyawong, Chalee Choueyai et Suveeraya Thongmee.

Le film Vanishing point, distribué par Damned Films, est disponible dans les meilleurs bacs dès le 1er mars 2022 en DVD. Il est proposé en version originale sous-titrée français. Dans les suppléments, deux courts métrages de Jakrawal Nilthamrong.

3 étoiles

Partager cet article
Repost0