Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mars 2020 2 10 /03 /mars /2020 17:29

Un grand merci à Universal Pictures pour m’avoir permis découvrir cette sympathique série animée pour enfants de 7 épisodes de 13 minutes réalisée en 2019 par Augusto Zanovello, d’après les personnages d’Antoon Krings, pour suivre les aventure d’un petit grillon et ses amis.

En débarquant dans le jardin, Apollon le Grillon s’est trouvé une nouvelle famille et cherche à en préserver l’harmonie. Alors quand une drôle de petite bête a un problème, elle peut toujours compter sur lui pour lui prêter main forte et l’aider. Apollon ne laissera jamais tomber un membre du jardin qui a un ennui même s’il s’agit d’Huguette la guêpe. Ainsi, dans chaque épisode, Apollon accompagne une drôle de petites bêtes en chanson et l’aide à trouver la solution à son problème, avec la complicité de Loulou, Marguerite et Mireille.

Sept sympathiques petits contes avec La danse de Krypton, Des vacances pour Marie, Rush à la ruche, Le lutin du jardin, Le porte-bonheur de Léon, To be or not to be et La toile blanche, dans lesquels Apollon le Grillon, va vivre de nouvelles aventures avec ses amis Marguerite, Huguette la guêpe, Krypton, Marie et Loulou pour apprendre à danser ou à se reposer. Série animée pour tous petits, chaque histoires courtes est pleines d’humour et de gentillesse, avec pour morale la solidarité et la patience dans l’apprentissage de la vie de l’amitié et du respect. J’ai beaucoup aimé autant le graphisme et les couleurs que l’animation et les dialogues.

Avec les voix de d’Emmanuel Curtil et Anne Tilloy, Adeline Moreau, Céline Melloul, Alexandre N'Guyen et Pierre Samuel, Jérémie Covillault, Jérémy Prévost et Marie-Charlotte Loclaire, Vincent Ropion et Didier Gustin, Corinne Martin, Caroline Combes et Pierre-Alain de Garrigue.

La série Apollon le grillon et les drôles de petites bêtes - Volume 3, distribué par Universal Pictures, est disponible en DVD dans les meilleurs bacs depuis le 8 février 2020. Dans les suppléments, Le jeu des couleurs, Le jeu des objets cachés.

3 étoiles

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2019 4 28 /11 /novembre /2019 09:04

Un grand merci à Universal Pictures pour m’avoir permis découvrir cette série animée russe de 13 épisode de la saison 3 créée en 2008 par Oleg Kuzovkov, avec des aventures d’une petite fille et son ami ours pour un très jeune public de tout petits.

Une jolie petite série animée avec les aventures de la petite Masha et l’ours Michka, et les nombreux amis animaux des froides régions sibériennes. À travers 13 épisodes d’environs 8 minutes, se développe des thématiques ludiques. L’originalité est l’imprégnation de la culture slave tant dans le folklore, les costumes et les coiffures que dans les thématiques.

Conquête de l’espace, cirque et jeux, danses et musique. Peu de dialogue, tout est dans le visuel chaleureusement coloré. La musique russe a une part importante, trop parfois tant elle est omniprésente presqu’à saturation. La petite fille est la seule humaine dans un entourage animalier sympathique comme compagnons de jeu et d’amitié.

À travers les 13 épisodes, Une étoile céleste, Golf à trois, Le meilleur des médicaments, Un quartet amélioré, La famille s’agrandit, Ce hocket est ok, Des boules et des cubes, Une drôle de prise, Singeries, Vive la reine, Le monde est une scène, Le tour du monde et Un métier pour Masha, s’enchaînent les aventures de la petite Masha drôle et espiègle.

Avec les voix françaises de Lévanah Solomon et Boris Kutnevich, Katerina Kutnevich, Mark Kutnevich,

Le film La princesse des glaces : le monde des miroirs magiques, distribué par Universal Pictures, est disponible en DVD dans les meilleurs bacs depuis le 13 novembre 2019 en DVD et Bluray. Il est proposé en version française. Dans les suppléments, Le jeu des 7 différences et un puzzle.

2 étoiles

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2019 2 15 /10 /octobre /2019 10:34

Un grand merci à Arte Éditions pour m’avoir permis de découvrir ces 4 jolies histoires animées de 7 à 17 minutes réalisées en 2018 par Anaïs Sorrentino, Célia Tisserant, Célia Tocco, Frits Standaert et Jérémie Mazurek, pour un jeune public à partir de 3 ans.

Un travail de fourmis, d'Anaïs Sorrentino (2017) d’après l’album de Zemanel et Vanessa Gautier.

Par une fraîche journée d’automne, un ours prend froid dans la rivière. De retour dans sa grotte, il éternue si fort qu’un énorme rocher tombe devant l’entrée et le bloque à l’intérieur. Une petite fourmi qui passe par là, il lui demande de l’aider. Elle pousse le rocher en vain. Elle décide d’aller chercher un peu plus gros qu’elle, un peu plus fort, toujours plus mais en définitive, l’union des siens fait la force.

Avec les voix de Lily Deminck Deydier, Christian Léonard, Sarah Maus, Shrevens da Silva, Arnaud Deminck et Hugo Frassetto.

L'arbre à grosse voix, d'Anaïs Sorrentino et Arnaud Demuynck (2017).

Une souris veut se loger dans le tronc d’un vieil arbre quand celui-ci la menace d’une grosse voix. La souris s’enfuit et croise un écureuil, qui, d’abord sceptique, va vivre la même expérience. Viendra le tour d’un lapin, puis d’un pinson et, enfin, d’une tortue qui, elle, ne s’en laissera pas conter.

Avec les voix de Lily Deminck Deydier, Amandine Ponsot, Sarah Maus, Lara Fauth, Rosalia Cuevas Simon et Arnaud Demuynck.

La tortue d'or, de Célia Tisserant et Célia Tocco (2018).

Un couple vit heureux dans une humble masure. Un jour, l’homme pêche dans ses filets une tortue aux écailles d’or. En échange de sa liberté, l’animal promet au pêcheur d’exaucer tous ses vœux.

Avec les voix de Laure Josnin, Arnaud Demuyinck et Rosalia Cuevas Simon.

L’humble tailleur de pierre de Frits Standaert (2018).

Un banquier vaniteux et opulent croit posséder toutes les richesses, mais l’ennui l’accable de tristesse. Un jour, il s’approche de la maison d’un humble tailleur de pierre qui, dit-on, vit satisfait de sa liberté, de son rocher et d’une tasse de thé à l’aurore. « Mais que peut-on faire sans or ? », rugit le banquier, certain que cet homme est tout aussi avide d’argent que lui.

Avec les voix de Claudio dos Santos, Jean Michel Vovk, Franck Dacquin et Laurence Deydier.

Où vas-tu basile ? de Jérémie Mazurek (2018) d'après la chanson de Loulou Gasté.

Basile part au marché vendre son cheval. Il croise sur sa route un malin qui lui troque le canasson contre une vache. Basile échange un peu plus loin sa vache contre une chèvre, puis contre une poule et enfin contre un beau bouquet de violette avant de rencontrer l’amour.

Avec la voix de Laurence Deydier.

La Chouette du cinéma nous offre cinq nouvelles belles histoires à ritournelles, animalière mais pas que, pour une morale de modestie et de solidarité à l’attention des tout petits qui concerne aussi aux plus grands qui l’ont oubli » parfois. Cinq graphismes, cinq ambiances et de nombreux personnages adorables sur des contes qui se terminent avec bonheur en chanson qui nous trotte joyeusement dans la tête. Avec sensibilité et subtilité, le message passe avec gentillesse et humour.

Les ritournelles de la chouette, distribué par Arte Éditions et sa page Facebook, est disponible dès le 5 novembre 2019 en DVD et VOD. Dans les suppléments, La chouette découvre le doublage.

3 étoiles

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2019 1 14 /10 /octobre /2019 07:44

Un grand merci à Arte Éditions pour m’avoir permis de découvrir ces 4 jolies histoires animées slovaques réalisées en 2018 par Katarína Kerekesová et Iva Sebestova, pour un jeune public à partir de 5 ans.

Timide et non-voyante, Mimi perçoit le monde différemment grâce à ses autres sens. Lisa, sa voisine de palier délurée, est toujours prête à provoquer des situations amusantes. Les deux petites filles reviennent dans ce nouveau programme afin de nous faire vivre la magie de Noël, avec l’imagination pour seule frontière.

La grande course (2011)

Mimi et Lisa font la rencontre de Nela, un ver de terre, qui s’entraine pour une course de vitesse. Curieuses, les deux fillettes la suivent dans ce dédale de galeries souterraines. Mais elles vont se rendre compte que le sens de l’orientation n’est pas le fort de leur nouvelle amie.

Le gâteau à la vanille (2011)

Mimi et Lisa se lancent dans la pâtisserie, bien décidées à réaliser un délicieux gâteau. Improvisant une recette, en utilisant à peu près tout ce qui leur passe sous la main, elles font alors la connaissance de M. Levure.

Le pays des cadeaux (2011)

Mimi et Lisa sont en plein préparatifs de Noël. Alors qu’elles achèvent la décoration du sapin, elles font le vœu de recevoir le plus beau des présents. Les deux amies sont alors transportées au pays des cadeaux.

Les lumières de noël - Mimi a Líza: Záhada vánočního světla (2018)

Les voisins de Mimi et Lisa se réunissent pour élever un grand arbre de Noël dans le hall de l’immeuble. Alors que les deux amies veulent décorer le sapin, Ella, le lutin électrique, fait son apparition. Il conduit les deux amies sur le toit de l’immeuble, où elles découvrent l’existence d’un mystérieux voisin…

Une très jolie série animée pour enfants, mais aussi pour les plus grands, tant la thématique centrale d’acceptation de la différence de l’autre, en l’occurrence une petite fille aveugle, est très forte. Ainsi, l’amitié des deux amies, fusionne avec les perceptions visuelles de l’une à celles tactiles et sonores pour l’autre, se complètent dans un univers qu’elles partagent différemment, tout en apportant beaucoup à l’autre. Au travers d’épisodes d’environs 7 minutes, se construit une ambiance parfois fantastiques et féerique entre humour et émotion pour donner la notion de cécité et de vie normale. La série animée de Katarína Kerekesová est composée de treize épisodes, dont un livre en est sorti ainsi que sept reportages radiophoniques. Des histoires d’entraident pour une meilleure acceptation de leurs différentes perceptions du monde, mais aussi celle de la réalité.

Avec les voix française de Lily Maffeis, Jeanne Lichou, Éric Lichou, Annouck Montreuil, Eddy Frogeais, Geneviève Le Meur-Guisnel, Gwenaëlle Julien, Hugo Legay, Marina Delvir, Annaëlle Manquest, Philippe Robert, Céline Groulleau, Lidovic Plestan, Katia Lutzanoff et Kim Latte.

Mimi et Lisa : Les lumières de Noël, distribué par Arte Éditions et sa page Facebook, est disponible dès le 5 novembre 2019 en DVD et VOD. Il est proposé en en version sous titrée pour sourds et malentendants, et en audiodescription pour aveugles et malvoyants.

3 étoiles

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2019 2 01 /10 /octobre /2019 19:01

Un grand merci à Arte Éditions pour m’avoir permis de découvrir ces 9 jolies histoires animées réalisées en 2018 par Célia Rivière (La cabane à histoires), qui s’inspire d’auteurs modernes et anciens pour des contes pour un jeune public de 4 à 7 ans.

Les oiseaux, d’après l’album de Germano Zullo et Albertine.

Arrivé au bout d’une route, un camionneur ouvre la porte de sa remorque. Une nuée d’oiseaux prennent leur envol et disparaissent à l’horizon. Au fond du camion, un petit oiseau, timide, reste seul. Il ne semble pas avoir l’intention de suivre ses camarades. L’homme lui propose de partager son sandwich. Ils échangent quelques propos sur la vie et le petit oiseau, ayant pris courage, finit par s’envoler à son tour.

Avec la voix de Walter Zerbib.

Le popotin de l’hippopo, d’après l’album de Didier Lévy et Marc Boutavant.

L’hippopotame trouve qu’il a un trop gros derrière. Tous les animaux de la savane viennent le voir pour lui donner leur avis. Mais, comme ils n’arrivent pas à se mettre d’accord… ils se lancent dans une gigantesque bataille de fruits pourris. Heureusement, la paix revient dès que chacun se retrouve le popotin sur son pot.

Avec la voix d’Alexia Chicot.

Le pingouin qui avait froid, d’après l’album de Philip Giordano.

Un petit pingouin qui a froid dans l’univers unicolore de la banquise part avec son amie la baleine vers les tropiques à la découverte de la chaleur. Ses amis des îles lui confieront une écharpe de toutes les couleurs. Il rentrera dans sa famille avec elle, et il n’aura plus jamais froid.

Avec la voix d’Alexia Chicot.

Papa à grands pas, d’après l’album de Nadine Brun-Cosme et Aurélie Guillerey.

Ce soir, c’est le papa de Mathieu qui doit venir le chercher à la crèche, avec sa très vieille voiture verte. Mais Mathieu est un peu inquiet. Et si la vieille voiture ne démarre pas ? Aucune inquiétude, quand il s’agit d’être à l’heure à la crèche, l’imagination de papa tourne à plein régime.

Avec la voix de Valois d'Estribaud.

Tu te crois le lion ? d’après l’album d’Urial et Laetitia Le Saux.

Du haut de la plus haute des collines, le lion Trop-Puissant passe son temps à donner des ordres aux animaux de sa cour. Un jour, la pigeonne en a assez et elle part s’installer en bas, sur la plage. Le lendemain, c’est au tour du mouton de déserter. Suivent le chien, puis la mule… « Ils reviendront, rugit le lion, ils ont trop besoin de moi. » Mais en est-il bien sûr ?

Avec la voix de Valois d'Estribaud.

Poucette, d’après Hans-Christian Andersen.

Poucette est une petite fille pas plus haute qu'un pouce. Mignonne et gracieuse, elle est tour à tour enlevée par une vilaine grenouille et un gros hanneton. Finalement abandonnée dans la forêt, elle trouve refuge chez la souris des champs lorsqu'arrive l'hiver.

Avec la voix d’Alexia Chicot.

Les cinq Malfoutus, d’après l’album de Béatrice Alemagna.

Ces cinq Malfoutus-là sont maladroits, sans ambition, loin de toute perfection. Ça ne les empêche pas d’être emplis d’une douce joie de vivre et d’une philosophie presque débonnaire… Eux s’acceptent comme ils sont, avec tous leurs défauts, alors pourquoi les autres ne feraient-ils pas de même ?

Avec la voix de Killyan Najera Houbiers.

Sur ma tête, d’après l’album d’Émile Jadoul

Gaspard le petit oiseau est arrivé un beau jour sur ma tête, sans rien dire. J’ai sauté, couru, pour voir ce qu’il ferait. Il était toujours là. Les jours se sont écoulés et je me suis habitué. À l’école, personne ne le voyait. Je me demande quand même comment il est arrivé là.

Avec la voix de Juliane Lepoureau.

L’oiseau qui avait avalé une étoile, d’après l’album de Laure Cohen et Joni Demuro.

Une nuit, un oiseau avale une étoile. Il devient alors aussi brillant qu'un diamant. Dès lors, plus personne ne veut de lui. Sauf... un étonnant voyageur qui traverse l'immense désert.

Avec la voix d’Alexia Chicot.

Neuf excellentes petites comptines animalières d’après divers albums ou contes pour enfants, dont la réalisatrice reprends les dessins originaux des auteurs dans des animations de toute beauté. Ainsi l’éveil à la vie, à la liberté, à la tolérance et au respect des différences, sont les messages sur l’amitié et la solidarité pour nos chers petits comme aux plus grands. J’ai beaucoup aimé l’ambiance, les graphismes et les voix chaleureuses qui enchantent à bon escient dans la joie et la bonne humeur.

La cabane aux oiseaux, distribué par Arte Éditions et sa page Facebook, est disponible depuis le 3 septembre 2019 en DVD et VOD.

3 étoiles

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2019 1 30 /09 /septembre /2019 10:39

Un grand merci à Arte Éditions pour m’avoir permis de découvrir ces jolies histoires animées réalisés en 2018 par Benjamin Botella et Arnaud Demuynck, Emmanuelle Gorgiard et Pascale Hecquet, d’après les bandes dessinées d’Yves Cotten, pour trois jolies histoires d’aventures de quatre sympathiques vaches en trois animés de traitements graphiques différents de toute beauté.

Aglaé, Rosine, Clarisse et Marguerite ne se contentent pas de regarder passer les trains. Ce petit troupeau de vaches vous entraine dans leurs aventures à travers ce programme de 3 courts meuhtrages plein de tendresse et d’humour.

La clef des champs, réalisé par Benjamin Botella et Arnaud Demuynck.

Sur invitation d’une mouette, Aglaé la pipelette, Rosine la tête en l’air, Clarisse la peureuse et Marguerite la coquette, se décident à un périple jusqu’au bord de la mer qu’elles ne connaissent pas, n’étant jamais sortis de leur prairie. En chemin, elles font la connaissance du taureau Gilberto, puis troupeau d’irréductibles moutons, avant de découvrir la mer.

Dorothy la vagabonde, réalisé par Emmanuelle Gorgiard.

Rosine, Marguerite, Clarisse et Aglaé paissent tranquillement dans le champ. Tout à coup, elles découvrent avec surprise une créature poilue toute rousse dans leur prairie avec un drôle d’accent. C’est Dorothy, une vache venue d’écosse, et suscite de la part du quatuor des moqueries sur sa différence.

Aglaé la pipelette, réalisé par Pascale Hecquet.

Aglaé est une pipelette qui aime par-dessus tout faire la conversation à ses petites camarades. L’ennui, c’est qu’elle oublie de leur laisser la parole…

Avec les voix d’Annaëlle Manquest, Maia Baran, Raphaële Bruneau, Charlotte Campana, Éric Lichou, Thierry de Coster et Benjamin Botella. et Ingrid Coetzer.

Trois sympathiques histoires de petites vaches, drôles et émouvantes, déclinées en trois styles graphiques différents. De la 2D au numérique en passant par les marionnettes animées. Couleurs, formes et animations superbes par des réalisatrices et réalisateurs de talent. Pour enfants, mais aussi pour les plus grands, ces récits nous entrainent dans les aventures de quatre jolies petites vaches aux caractères bien marqués différents qui sortent de leur enclot pour découvrir le monde, ou le monde vient à leur enclot. Des messages de solidarité et d’amitié, mais aussi d’actualité. J’ai beaucoup aimé cet univers animalier et les gentilles morales sutiles et sensible. Un divertissement d’autant plus agréable à voir qu’à entendre avec les voix douces et drôles.

Le quatuor à cornes distribué par Arte Éditions et sa page Facebook, est disponible dans les meilleurs bacs depuis le 3 septembre 2019 en DVD et VOD. Dans les suppléments, Le Meuh’King-of, passionnant documentaire sur la réalisation des trois animés.

3 étoiles

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2019 4 17 /01 /janvier /2019 14:13

Un grand merci à Arte Éditions pour m’avoir permis de découvrir ces jolies histoires animées réalisés en 2018 par Célia Rivière, qui nous invite pour son troisième volume dans la cabanes des enfants evrs la lecture et l’animation de gentilles morales pour les tout petits de 4 à 7 ans.

Lisette, Fanny, Tiago et Antoine, et leurs amis Basile, Yaël, Oscar, Lilas et Esteban, dans leur cabane haut perchée dans l’arbre du jardin, piochent dans leur malle des livres qui répondent à leurs questions, racontent leurs émotions. 11 histoires des grands noms de la littérature jeunesse adaptées en animation pour donner le goût de la lecture aux 4/7 ans. Il était une fois… Le bison, Le mensonge, Un grand jour de rien, Le bureau des poids et des mesures, Moi Albert, détestateur de livres, Gina la gorgone, À chouchou pour le vie, Le roi et la grenouille, Polarman, Ma tête ailleurs et Mon lapin patate.1

1 histoires de 8 minutes dans lesquels les enfants jouent et se chamailles et provoquent le thème de la morale à lire dans des livres sortis de la malle qui s’animent en un graphisme sympathique de petits personnages attachants. De quoi inciter les enfants à la curiosité des livres et le plaisir de la lecture. Joliment mis en scène avec la complicité des interprètes, les intrigues trouvent à éclairer avec subtilité l’éveil des petits dans un format visuel et de temps, adapté à leur temps de concentration. C’est drôle et ludique, subtile et sensible.

La réalisatrice Célia Rivière, déjà créditée de 47 épisodes depuis 2016, (Estelle Chauvin 2 autres épisodes) nous entraine avec la complicité des jeunes Yanis Charifi, Alexia Chicot, Valois d'Estribaud et Juliane Lepoureau, Eliott Bousson, Alexia Chicot, Shaynah Pudlo,Walter Petit, Killyan Najera Houbiers et Stella Tié.

La cabane à histoires - volumes 3, issu de La collection enfants d’Arte distribué par Arte Éditions et sa page Facebook, est disponible depuis le 8 janvier 2019 en DVD et VOD. Il est proposé en version audio français, angalis et audiodescription.

3 étoiles

Partager cet article
Repost0
13 juin 2018 3 13 /06 /juin /2018 10:31

Excellente série animée japonaise en 26 épisodes réalisée en 2004 par Toshifumi Takizawa d’après Les sept samouraïs d'Akira Kurosawa dans une version remaniée et originale de la trame originelle pleine d'émotion, d'actions et de réflexions.

Comme à chaque récolte de riz, le petit village de Kanna s’apprête à subir le pillage en règle de toute la production, mais aussi l’enlèvement des femmes et des enfants par les brigands robots mécaniques Nobuseri. Le vieux sage du village décide d’engager un samouraï pour les défendre. Mais pauvres, ils n’ont que du riz en récompense. Le jeune Rikichi est chargé de la mission et de retrouver sa femme Sanae enlevée.

La jolie Kirara, Mikumari (sourcière et prêtresse des eaux), décide de l’accompagner et l’aider grâce à son collier qui lui permettra de détecter des samouraïs au cœur pur comme pour l'eau. Komachi la petite sœur de la sourcière, se joint aussi de la partie.

Le trio se rend en ville et avec le collier de la sourcière trouve un samouraï qui décide d’en engager 6 autres pour mener à bien cette mission. Ainsi, Kambei Shimada, Gorobei Katayama, Heihachi Hayashida, Shichiroji, le jeune Katsushiro Okamoto, Kyuzo, et Kikuchiyo samouraï robot dans un exosquelette mécanique, forment les 7 samouraïs.

Le retour au village est parsemé d’embûches et d’embuscade, poursuivi par Ukyo, dangereux fils du vieux gouverneur Ayamarou qui en veut à la jolie Kirara qui en pince pour Katsushiro. La bataille sera rude et sanglante, et révélatrice des liens entre l’empereur de la capitalie, les marchands d’énergie et les brigands. Les samouraïs veulent libérer les femmes et doivent continuer le combat.

Une passionnante série qui nous plonge dans le Japon féodal aux traditions ancestrales, agrémentée de nombreux anachronisme tels les robots, cyborgs, armes à feu et engins volants, mêlant passé et futurisme ébouriffant. J’ai adoré l’émotion que se dégage des personnages, dont nous faisant amplement connaissance au fils des épisodes, sur leurs passés et leurs états d’âmes.

L’amour naissant entre Kirara et Katsushiro, l’amitié fusionnelle de la petite Komachi pour Kikuchiyo, et les haines et rivalités nourrissent la trame pleine de surprises et de rebondissements, de trahisons et de révélations.

Dans un graphisme soigné et une animation maîtrisée, les décors et vêtements, les machines qui nous rappellent les chevaliers du zodiaque et Transformers, offre un univers riche et foisonnant de créativité. Et forcément d'une grande tristesse.

Cette série a été réalisée en 2004 pour commémorer le 50ème anniversaire du film d'Akira Kurosawa, Les sept samouraïs sorti en 1954. En comparaison d’avec le scénario original, s’il garde le thème de la résistance contre l’oppression, il va plus loin avec le sort des femmes, la liberté et le respect de toutes les classes, la haine de la guerre et des manipulations commerciales sur le dos des peuples. Thématiques résurgences, toujours d’actualité et pour longtemps encore qu’il est bon de rappeler en permanence.

Avec les vois japonaises de Fumiko Orikasa et Chiwa Saito, Tadahisa Saizen et Masaki Terasoma, Tetsu Inada et Junji Inukai, Tohru Kusano et Romi Park, Shinichiro Miki et Kuwata Kong. Ainsi qu’en version française, les voix de Véronique Fyon et Marielle Ostrowski, David Manet et Arnaud Léonard, Jean-Marc Delhausse et Bruno Mullenaerts, Eddy Mathieu et Stéphane Flamand, Mathieu Moreau et Michel Hinderickx.

Partager cet article
Repost0
9 mai 2018 3 09 /05 /mai /2018 09:04

Très belle série yuri animée japonaise en douze épisodes de 23 minutes, réalisée par Takeo Takahashi, d'après le manga de Saburōta, qui nous plonge au cœur de l’éveil amoureux d’une adolescente pour sa sœur par alliance, suite à un baiser révélateur, et toutes les questions et tâtonnements incertains pour forger enfin des certitudes.

Lycéenne espiègle et extravertie, la jeune et belle Yuzu Aihara doit changer d’établissement scolaire à la suite du remariage de sa mère. Yuzu se retrouve dans un lycée de jeunes filles aux règles strictes et sévères, dont son apparence kogaru ne passe pas inaperçue, surtout auprès de la Présidente des élèves, la belle mais froide et rigide Mei Aihara.

Quand le soir Yuzu à la surprise de découvrir que Mei est sa nouvelle sœur par alliance, et qu’elles vont partager la même chambre. Deux caractères opposés qui sont rapidement voués à se détester. Pour preuve, Mei embrasse forcé Yuzu sur la bouche pour l’humilier. Un baiser qui la trouble au point de révéler des sentiments amoureux pour sa sœur.

L’apparition de l’amie d’enfance de Yuzu, la belle Matsuri Mizusawa qui lui dévoile son amour, va aider à mieux cerner sa personnalité et ses sentiments grandissants. Mei de son côté ne semble pas indifférente non plus à Yuzu, et Matsuri qui sent une rivale tente de brouiller les sœurs. Au jeu des manipulations, les frustrations et sentiments exacerbées vont révéler bien des amours.

Une magnifique série animée yuri (lesbien) sur une très belle qualité graphique, couleurs et lumières, sur des mouvements d’un superbe naturel, magnifiquement contée sur l’amour naissant de deux lycéennes de seize ans. Avec deux caractères opposés, dans un je t’aime moi non plus, entre l’excentrique Yuzu en kogaru -ou gal : filles aux cheveux décolorés ou blond, habillées de micro-jupes et d’accessoires voyants- face à Meï introvertie, froide et rigide, dont les cœurs bouillonnent de vie et d’amour, doivent faire face à des sentiments sans en connaitre les règles.

Le feu et la glace pour une dualité manichéenne qui trouvera à travers bien des épreuves, doutes et rivalités, hésitations et reculs, peurs et courages, la lumière de l’amour. J’ai beaucoup aimé le ton avec des protagonistes attachantes, en plaçant les points de vues de chacune, et des arguties à l’attention des jeunes. Une belle histoire romantique, pleine d’humour et d’émotion, dans une mise en scène excellente et un travail graphique proche du manga, presque encore plus sublimé dans cet animé. Comme il se doit avec les accessoires vestimentaires Yuzu/Mei sont déjà en vente pour les Kogarus.

Avec les voix d’Ayana Taketatsu, Minami Tsuda et Yukiyo Fujii, Yurika Kubo, Shiori Izawa, et avec la bande musicale, Azalea et Dear Teardrop interprétée avec beaucoup de charme et d'émotion par Mia Regina.

 

 

 

3 étoiles

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2018 3 17 /01 /janvier /2018 18:19

Très belle série animée dramatique japonaise en 12 épisodes, réalisée par par Yoshihide Ibata, d’après le manga en 7 tomes de Nodoka Shinomaru, qui aborde avec beaucoup de subtilité le deuil et de la nostalgie, ainsi que tous les ressentis tels que la responsabilité parentale, le sens de la famille et la transmission filiale.

Jeune trentenaire célibataire, Sōta Tawara est concepteur de sites Web à Tokyo. Il revient dans sa ville natale à Kagawa sur ses congès, pour faire du rangement dans sa maison d’enfance, à la suite de la mort de son père qui tenait un sanuki Udon. Sōta retrouve son enfance avec nostalgie, et fait la découverte dans une boite à farine d’un étrange petit garçonnet aux cheveux blonds, avec deux oreilles poilues et une queue ne sachant parler.

Sōta comprend qu’il s’agit d’un Tanuki, petit chien errant et esprit de la forêt, qu’il appelle Poco. Très vite il s’attache à l’enfant comme s’il était le sien. Sōta retrouve son ami d’enfance Shinobu Nakajima, perdu de vue depuis son départ pour Tokyo, qui rêve que Sōta reprenne les soupes d’Udon. Les souvenirs de son père le hantent, que le petit Poco aide à surmonter ses regrets. Rinko Oishi, la sœur de Sōta, vient le retrouver pour l’aider et s’attache aussi à Poco, qui va les aider à mieux se retrouver et faire le deuil.

Littéralement La boule de cheveux d'or du pays d'Udon est un très joli film animé comme seul savent les faire les japonais tant dans la réalisation d'une belle qualité graphique que dans le type de narration, tout en subtilité et émotion, traitant des sujets aussi sensibles et pleine de pudeur. Entre dramatique et fantastique, ce petit conte nous entraine dans les regrets d’un fils vis-à-vis de son père faits de non-dits, comme envers sa grande sœur qui a eu la lourde responsabilité de remplacer une maman partie trop jeune.

La relation avec l’adorable Poco, fan d’une série télé, Gaogao et le ciel bleu, que l’on peut suivre à la fin de 11 épisodes, qui relate les aventures d'un extraterrestre Gaogao-chan et de deux humaines Mimi et Momo, avec également beaucoup d’humour et d’émotion. Déjà que Sōta est bouleversant de tendresse, ainsi que Rinko, mais plus encore Poco, tellement drôle et adorablement mimi qu’on ne peut que craquer devant son charisme.

Une réalisation magnifique, avec un parti pris d’une animation qui peut surprendre parfois, notamment dans certaines situations quelques peu criardes qui correspondent le plus souvent à un style typiquement nippon aux émotions chargée de pudeur. De même les textes qui se superposent issus du manga rajoutant aux dessins et dialogues une sorte d’accentuation. Pour le reste, la qualité du dessin, des personnages et des décors sont superbes, avec une couleur et une luminosité donnant à l’ambiance cette irréalité vaporeuse de l’état d’esprit des protagonistes.

La mise en scène est fabuleusement soignée, entre le présentateur qui résume l’épisode précédant tel un journaliste en donnant des informations touristiques, comme les suivants avant la série de Gaogao. Enfin, la bande musicale, notamment du générique est enchanteresse.

Notre petit Poco, est donc un Tanuki, issu de la mythologie japonaise, un yōkai (esprits) de la forêt, inspiré du chien viverrin, apparenté au raton laveur -confondu avec le blaireau- auxquels les Japonais leur attribuent des pouvoirs magiques. Symboles de chance et de prospérité, on les retrouve dès le Moyen Âge dans l'art et les contes japonais, notamment dans Pompoko d'Isao Takahata.

Avec les voix originales de Yūichi Nakamura et Shiho Kokido, Tomokazu Sugita, Mai Nakahara et Jun Fukuyama, Kana Hanazawa, Yuko Minaguchi et Kaede Hondo, Kujira, Akiko Kimura et Katsuhisa Hōki, Takaya Kuroda, Shinnosuke Tachibana et Kōsuke Toriumi, Yū Shimamura, Akiko Kimura, Hiroshi Naka et Yū Kobayashi, Jun Kaname, Takaya Kuroda, Yui Makino et Shiho Kokido.

Partager cet article
Repost0