Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 septembre 2017 5 22 /09 /septembre /2017 09:54

Un grand merci à ESC Editions pour m’avoir fait découvrir cette comèdie dramatique réalisée en 1947 par Otto Preminger (Bonjour tristesse), qui adaptait le roman de Elizabeth Janeway, sur un triangle amoureux adultérin.

Maitresse d’un homme marié, Daisy Kenyon attend de son amant Dan O’Mara, qu’il divorce et abandonne sa femme et ses deux fillettes. Mais celui-ci, arrogant et froid n’a pas l’intention de céder. Quand Daisy rencontre Pete, un militaire amoureux d’elle et lui propose de l’épouser. N’ayant aucun amour ni attirance pour Pete, elle hésite tant elle reste amoureuse de Dan, mais la raison en décide autrement.

Sur un récit excellemment écrit, bien que peu morale avec cette maitresse qui décide de détruire une famille en exigeant que son amant répudie femme et enfants quand elle ne supporterait pas qu’on lui en fasse autant, donne le ton de l’intrigue. Ainsi, de passions amoureuses sans espoirs, celle de Daisy pour Dan, et de Pete pour Daisy dans un triangle amoureux désolant pour tous avec au final la

raison qui l’emporte sur les sentiments tardifs. J’ai beaucoup aimé cette approche délicate, où en effet, toutes ces femmes maitresses d’hommes mariés se perdent en illusions vaines. Sur une belle mise en scène, le récit s’impose d’emblée par l’excellente qualité des interprètes.

 

Avec l’excellente Joan Crawford (Le masque arraché) irradiante, de même Dana Andrews (La brigade du diable) et Henry Fonda (Le toboggan de la mort), Ruth Warrick et Martha Stewart, ainsi que les jeunes Peggy Ann Garner et Connie Marshall, mais aussi Nicholas Joy, Art Baker, Jimmy Ames et Monya Andre, Don Avalier, Griff Barnett, John Butler et Les Clark.

Le film Femme ou maîtresse d'Otto Preminger, dans la Collection : Hollywood Premium et Nouveauté Hollywood Legends Premium, distribué par ESC Editions, est disponible dans les meilleurs bacs depuis le 8 août 2017 en DVD et Bluray. Il est proposé en version originale sous-titrée français, et en version française.

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article
21 septembre 2017 4 21 /09 /septembre /2017 19:17

Un grand merci à Wild side vidéo pour m’avoir fait découvrir cette comédie réalisée en 2016 par Mamane, qui pour sa première réalisation nous entraine dans les dessous des malversations électorales d’une dictature africaine.

A l’annonce de la nouvelle candidature du dictateur Président de la République très très démocratique du Gondwana, l’émotion générale est grande. Une commission internationale d’inspecteurs est envoyée pour contrôler la régularité des élections. La tâche est confiée à Frédéric Delaville qui ne cherche qu’à placer au dictateur la production d’asperges de son patelin. Parmi les membres, le jeune Julien Franchon, idéaliste qui rencontre Betty la révolutionnaire qui va lui ouvrir les yeux sur les pratiques locales et les malversations électorales.

Sympathique petite comédie qui passe quelques messages politiques et sociétales sur les pratiques usuelles de la politique africaine et des us et coutumes des industrielles d’anciennes colonies, parfois simplistes et faciles. Je me suis amusé à suivre la plongée de ce jeune candide qui découvre une facette des magouilles électorales truquées et des intérêts économiques souvent contraires à

la démocratie, dont j’ai repensé à l’excellent Le crocodile du Botswanga. Une première réalisation qui évite les longueurs pour se concentrer sur une narration vive et alerte, avec gags et répliques comiques. La réalisation est à l’image du récit, vive, alerte et colorée. Un joyeux divertissement.

Avec Antoine Duléry (Chacun sa vie), Antoine Gouy (Si j’étais un homme) et la jolie Prudence Maïdou (Amour sur place ou à emporter), Michel Gohou, Digbeu Cravate et Andrea Schieffer, Susanna Dimitri, Nicky Marbot (Intouchables) et Ricky Tribord (Les têtes de l’emploi), Matthew Vladimery et Lamine N'Diaye, Béno Sanvee et Binda Ngazolo, Luis Marquès et Léonard Groguhet.

Le film Bienvenue au Gondwana de Mamane, distribué par Wild side vidéo, disponible dans les meilleurs bacs depuis le 30 août 2017 en DVD. Il est proposé en audiodescription pour aveugles et malvoyants, et sous-titrée pour sourds et malentendants.

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article
21 septembre 2017 4 21 /09 /septembre /2017 17:59

Un grand merci à Universal Pictures pour m’avoir permis de découvrir ce nouvel opus de la franchise des Bring it on, réalisé cette fois-ci par Robert Adetuyi, pour une compétition de cheerleaders au plus haut sommet de la compétition via le net interposé.

Alors que les cheerleaders Rebels, entrainés par Destiny donne une représentation publique, leur retransmission vidéo est hackée en direct. Une excellente troupe masquée remet en cause la routine lénifiante des triples vainqueurs, et leur lance un défi en se moquant ouvertement d’eux. Ils imposent une compétition internationale par web interposée avec votes des followers des fans pour les départager. Une remise en cause qui fait des vagues autour de

Destiny, qui doit se remettre en question et chercher de nouveaux partenaires, tels le beau Blake qui la trouble et ses potes Jeff et Dylan qui plaisent bien aussi à Hannah et Roxanne. Mais la contestation est dans les rangs, et même sa meilleure amie Willow quitte la troupe. Au bord de l’implosion à quinze jours de la confrontation, Destiny va devoir se remettre en question entre entrainements, amour et amitié.

Une saga commencée en 2000 avec American girls réalisé par Peyton Reed, et dont chaque opus trouve à toujours les trouvailles pour rehausser le niveau et se renouveler tant en spectacles qu’en atrices de talent. Ainsi, je me suis régalé du spectacle fabuleux qui est offert avec toujours des exploits sportifs et artistiques qu’il ne doit pas être si évident de renouveler les danses et acrobaties souvent vertigineuses, rythmiques et prouesses des ballets et musiques. Un, vrai régale pour les yeux, et réussite aussi pour varier la trame entre historiette amoureuse, rivalité sportives, défis à relever et spectacles garantis.

Une très belle réalisation dans laquelle toutes les possibilités de cadrages, prises de vues et mises en scène nous sont offertes, accompagnées de lumières et couleurs sur le rythme endiablé des musiques, apportent une vivacité avec légèreté et beaucoup de plaisir. En se mettant au diapason de la modernité des smartphones et réseaux sociaux, du web et de skype, illustré par le street art et autres hip hop et break danse, le récit prouve la modernité du cheerleading et amplifie son aura. en espérant un nouvel opus aux Jeux Olympiques.

Avec les très belles Cristine Prosperi et Sophie Vavasseur, Gia Lodge-O'Meally et Natalie Walsh, ainsi que Jordan Rodrigues et Sven Ruygrok, Vivica A. Fox et Maria Vos, et de très nombreux talents qui nous impressionnent.

Le film American girls 6 : confrontation mondiale de Robert Adetuyi distribué par Universal Pictures, est disponible dans les meilleurs bacs depuis le 19 septembre 2017 en DVD. Il est proposé en version anglaise sous-titrée français, anglais et hollandais, et version audio française et de nombreuses langues. Dans les suppléments, Le tour du monde pour rassembler les équipes, Une nouvelle routine, Le style d’American girls: la confrontation mondiale, et le Bêtisier.

3 étoiles

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article
21 septembre 2017 4 21 /09 /septembre /2017 11:17

Bien décevante, cette mauvaise comédie souvent de mauvais goût de Bruno Chiche, sur un genre pourtant récurent qui ne demande qu’à se laisser vivre, mais qui vire tristement raté.

Pierre trompe sa femme Aimée avec Pénélope la femme de son meilleur ami et patron Éric, bien que Pénélope s’apprête à se marier avec Éric en vue d’une adoption d’enfant. Après une crise de jalousie et des propos bien machistes, Pierre se retrouve dans le corps de Pénélope, et vis versa. Commence alors une vie mouvementée où chacun découvre ce que c’est d’être l’autre et la vie qu’ils mènent chacun chez soit.

Thématique récurrente s’il en est, souvent américaine –Ce que veulent les femmes, Echange standard, It's a boy girl thing, Une nana au poil, japonais Your name, ou français d’Audrey Dana avec Si j’étais un homme- et pratiquement toujours top d’humour et d’émotion, de gags et de répliques cultes pour évoquer à travers l’échange d’esprits dans un autre corps. Force est de constater que Bruno Chiche s’est carrément planté dans l’écriture de son script. Le récit est bancal, ses protagonistes sont mal taillés, l’humour faible et facile, et l’émotion n’est pas de la partie. Ainsi la confusion est permanente, les personnages

sont peu crédibles dans l’échange standard aux codes et clichés mal définis. Enfin, il est difficile de croire cette fin entre les protagonistes tant il est laid et très con, mais surtout d’amour entre eux absolument pas évident. Bien sûr, on ne peut pas s'empêcher de valoriser la mutilation sexuelle masculine en véhiculant de mauvaises et fausses raisons pour justifier l'injustifiable pour une simple pipe. Et une fois de plus, les baffes dans la gueule n’ont jamais fait rire personne. La réalisation est à la hauteur de la faiblesse du traitement générale.

Avec Stéphane de Groodt (Corporate) pas très convaincant, face à la bien jolie Louise Bourgoin (Je suis un soldat) beaucoup plus crédible, Aure Atika (La vérité si je mens ! 3) et Pierre-François Martin-Laval (Mon poussin), Anne Benoit (Patients), Elliot Daurat et Joud Geistlich, Philippe Vieux, Constance Labbé et Ludivine de Chasteney, Philippe Soutan et Rani Bheemuck, Ginnie Watson, Hocine Choutri et Jean-Benoît Ugeux.

1 étoile

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 17:48

Très émouvant film dramatique d’Hubert Charuel qui aborde pour son premier long métrage, la situation d’un jeune paysan lors d’une épidémie animale et des conditions d’existence dans le monde rural que le réalisateur connait bien avec sa famille paysanne.

Ayant repris la ferme de ses parents en retraite, Pierre Chavanges trente cinq ans s’occupe de vaches laitières. Travail terriblement prenant, surtout avec l’épidémie de la vache folle qui touche la France dont il surveille ses bêtes avec sa sœur Pascale, vétérinaire. Quand une de ses vaches est à son tour infectée, Pierre dans une paranoïa, tente de cacher à tout prix pour tenter de sauver sa ferme et ses bêtes saines.

Un témoignage terriblement poignant du monde paysan, avec ce travail sans répit, qui isole du monde social, et apporte une vision très humaine des relations entre paysan et ses animaux. La terrible épidémie qui par précaution consiste à abbatre l’intégralité des cheptels semble absurde et génocidaire est en effet difficilement compréhensible. J’ai été ému par ce récit et les protagonistes qui éclairent les conditions de vie rurale, de l’engagement physique et émotionnel d’un métier et vocation, dont les difficultés ne cessent de compliquer leurs conditions d’existence.

Une très belle réalisation sans temps mort, telle une course vaine contre la montre et la mort, dans une sorte de huis clos champêtre étouffant. Les images tant des enclos que des champs, sont chargés de pression et d’angoisse de l’apparition de la maladie et de l’inéluctable fin, dont l’émotion est à son comble bien évidement avec le petit veau tout symbolique d’attachement et de solitude. Une très belle première mise en scène de qualité avec des interprètes engagés.

Avec les excellents Swann Arlaud (Une vie) et la belle Sara Giraudeau (Rosalie Blum), Isabelle Candelier (Cézanne et moi) et Bouli Lanners (L'effet aquatique), Valentin Lespinasse, Clément Bresson (Ni le ciel ni la terre), Marc Barbé (Pension complète), India Hair (Crash Test Aglaé), Julian Janeczko, Franc Bruneau, Jean Chauvelot, Géraldine Martineau, et en famille Jean Charuel, Jean-Paul Charuel et Sylvaine Charuel.

3 étoiles

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 11:14

Un grand merci à Arcadès pour m’avoir fait découvrir ce célèbre film réalisé en 1931 par Fritz Lang (Metropolis), pour son premier film parlant, d'après l’article d’Egon Jacobson, s’inspirant de faits divers véridiques de tueurs en série, Peter Kürten, Fritz Haarmann, Karl Großmann et Karl Denke, qui marquèrent les années vingt.

La disparition d’une petite fille dans Berlin, se rajoute à d’autres meurtres d’enfants qui s’accumulent depuis peu. La police décide d’employer les grands moyens et de quadriller toute la ville nuit et jour, mettant en danger le commerce de la pègre. Les chefs mafieux se concertent à leur tour pour une chasse à l’homme, et mettent tous leurs effectifs sur le coup, cependant que le meurtrier vaque à ses recherches de petites filles.

Un terrible et impressionnant film d’ambiance délétère, où la montée de l’angoisse avec la gamine et le meurtrier, dans un chassé croisé d’enquête policière, et de chasse au monstre. J’en ai été encore saisie d’effrois par la narration, dans cette ville aux enchevêtrements de rues et ruelles, la chasse et la nasse qui se referme avec les craintes pour la gamine. On y ressent clairement aussi la montée du nazisme avec des intonations prémonitoires, en aparté du

récit. Incroyable actualité des propos lors du procès avec notre actualité, où les psychopathes vrais ou faux, justiciables où non, internés ou pas, avec les douloureuses conséquences pour les victimes, notamment lors de récidives. J’ai été littéralement vampirisé par l’atmosphère qui ne nous lâche jamais, avec la tension oppressante d’un huis clos d’une ville sous pression d’angoisse et de peur, et cette chasse au tueur.

Une magnifique réalisation, dont la mise en scène est implacable d’efficacité remarquable, doublé de prise de vue qui nous met mal à l’aise en nous mettant entre l’assassin et ses proies, et les poursuivants qui se relaient pour le prendre avant la police. Enfin, l’extraordinaire prestation du génial de Peter Lorre qui hante longtemps –au point d’avoir été catalogué durant de nombreuses années comme méchant et pédophile avec ce terrible rôle, sans oublier cet air au sifflement macabre. En 1951, Joseph Losey en a réalisé un reprise avec David Wayne et Howard da Silva.

Ainsi, Fritz Lang s’inspire de quatre tueurs en séries abominables qui ont ensanglantés le pays, avec Peter Kürten, le Vampire de Düsseldorf, coupable de viols, meurtres de femmes et d’enfants,  qui avouera près de 80 crimes, et même avoir bu le sang d'une de ses victimes.. Fritz Haarmann, le Boucher de Hanovre est un violeur et tueur de jeunes garçons qu’il tue en les mordants à la gorge, parfois pendant l'acte sexuel, puis leur démembrement et vente de leurs effets personnels, et dit-on de leur chair. Il reconnait 50 à 70 meurtres, mais la police ne parviendra qu’à

justifier que de 27 disparitions, avec la complicité de son amant Hans Grans. Quand à Carl Großmann, il est soupçonné de 50 meurtres de jeunes femmes, démembrées et leur chair vendues et consommées par les clients trompés. Enfin, Karl Denke est coupable de 30 meurtres, dont il a cuisiné leur chair, en a consommé, et vendu une partie sur le marché de Breslau.

Avec Peter Lorre (L'agent invisible contre la gestapo), Otto Wernicke et Gustaf Gründgens, les petites Inge Landgut et Hanna Maron, Ellen Widmann, Theodor Loos et Karl Lohmann, Friedrich Gnaß, Theo Lingen et Fritz Odemar, Paul Kemp, Rosa Valetti et Hertha von Walther, Elisabeth Neumann-Viertel et Klaus Pohl.

Le film M le maudit de Fritz Lang, distribué par Arcadès, est disponible en DVD dans les meilleurs bacs depuis le 16 août 2017. Il est proposé en version originale allemande sous-titré français.

3 étoiles

 

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 10:14

Décidément Darren Aronofsky (Noé), nous impose encore une pathétique narration épouvantablement pénible d’une masturbation pseudo intellectuelle sur l’égo surdimensionnée d’un écrivain avec nombres de symboliques entre fantastique et psychanalyse de comptoirs.

Écrivain en manque d’inspiration avec le syndrome de la page blanche, et sa très jeune femme, vivent dans une grande maison qu’elle retape entièrement. En totale dévotion d’amour auprès de son mari, elle fait tout pour qu’il puisse retrouver l'inspiration, en vain. Quand s’incruste un homme sans gène, puis sa femme abominable, tous deux admirateurs inconditionnels de l’auteur. Ils redonnent un sens à l’artiste au détriment de la jeune femme, reléguée à boniche invisible. La folie entre dans la demeure avec des dizaines d’autres fans.

Mélangeant le fantastique avec l’envoutement générale, pour virer dans un délire autour d’un gourou scribouillard, le récit nous emmène dans la folie égocentrique d’un artiste qui vampirise l’amour de sa très jeune femme comme de la dévotion de son public, ayant retrouvé l’inspiration. J’ai franchement détesté cette réalisation prétentieuse et par l’impertinence du ton. Extrêmement long pour en arriver à ce que nous avions compris dès la première minute, plus rien alors n’a d’intérêt ni de surprise, qu’une longue masturbation d’écervelé.

Tout dans l’excès insane de cette comédie dramatique vire dans le ridicule pénible, jusqu’à cet accouchement ignoble à vous donner envie d’une vasectomie d’urgence. Il n’y a pas grand-chose à sauver de ce navet par quelque sens qu’on pourra le prendre.

 

Avec la bien belle Jennifer Lawrence (Passengers) et Javier Bardem (Pirates des Caraïbes), Ed Harris (No pain, no gain), Michelle Pfeiffer (Trop jeune pour elle), Brian Gleeson (Blanche neige et le chasseur) et son frère Domhnall Gleeson (Star wars 8), Jovan Adepo, Amanda Chiu et Patricia Summersett, Eric Davis, Raphael Grosz-Harvey et Emily Hampshire, Abraham Aronofsky le papa du réalisateur, Luis Oliva et Stephanie Ng Wan.

1 étoile

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article
16 septembre 2017 6 16 /09 /septembre /2017 10:23

Excellent film absurde à l’humour noir de Gérard Pautonnier, qui pour son premier long métrage adapte le premier roman de Joel Egloff, pour un récit déroutant qui fait froid dans le dos.

Employé aux pompes funèbres d’une petite ville de campagne, Georges Bron, bars droit de son patron Edmond Zweck, s’ennuie ferme avec le peu d’activité mortuaire. Avec le jeune employé Eddy, Georges doit enfin s’occuper d’emmener le défunt Simon Bartolo à sa dernière demeure. Cependant, pris par le brouillard, ils perdent non seulement leur route, Mis aussi la famille qui les suivait. La nuit tombe entre panne, accident et autres déboires des plus inattendus.

Je me suis beaucoup amusé avec ce conte sordide et absurde où l’humour noir frise l’horreur morbide et carrément désolant sur la fin. Une vraie perle du genre, où les dialogues ciselés sont percutants, pour une trame intemporelle dans des décors de cauchemars où l’on ne s’attend jamais à ce qui survient inopinément. La galerie de personnages est d’anthologie car bien que classique dans leur forme ils se détachent dans le fond par des caractéristiques particulières.

Une belle première réalisation soignée sur une mise en scène excellemment maitrisée, dont le rythme et l’image par des prises de vues et des travelings judicieux nous transporte dans un univers épouvantablement drôle et d’un morbide salutaire. Une vraie bonne surprise au détour des productions aussitôt oubliées ou décevante. D’autant plus que les interprétations sont excellentes avec beaucoup d’un naturel qui marquent d’autant plus les esprits.

Avec Jean-Pierre Bacri (La vie très privée de monsieur Sim), Arthur Dupont (Maintenant ou jamais), Olivier Gourmet (Le secret de la chambre noire), Féodor Atkine (Fleur de tonnerre), Sam Karmann (Des lendemains qui chantent), Philippe Duquesne (Alibi.com), Marie Berto (Elle), Françoise Oriane (La fille inconnue), les jeunes Clara Bekaert et Alix Bekaert, Paul Wim Willaert, Simon André et Jean-Pierre Denuit, Céline Lefèvre et Andreas Perschewski.

3 étoiles

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article
15 septembre 2017 5 15 /09 /septembre /2017 10:00

Un grand merci à Carlotta pour m’avoir permis de découvrir cette dramatique réalisé en 1959 par Joseph L. Mankiewicz, d’après la pièce de théâtre de Tennessee Williams, pour une quête de vérité aux lourdes conséqences.

Nouvellement embauché à l’hôpital psychiatrique Lions View, le docteur Cukrowicz spécialiste en lobotomie, constate le manque de moyen financiers pour exercer. Invité par la très riche madame Violet Venable, il se voit proposer un million de dollar en échange d’une lobotomie sur sa nièce Catherine dont elle rend responsable de la mort de son fils Sebastian. Intrigué, Cukrowicz souhaite consulter la jeune femme avant d’accepter le marché.

Étrange récit onirique aux portraits de femmes psychotiques comme Tennessee Williams a toujours aimé les brosser avec sa détestation habituelle. Entre la mère qui couve et castre son fils gay, la nièce amoureuse en vain de son cousin dont elle sert d’appât aux jeunes amants, et la tante vénale qui elle aussi couve son fils, nous avons un cénacle de femmes prises dans les tourments d’un décès étrange. Au-delà nous avons un médecin en quête de budget pour son service, en échange d’une lobotomie d’une jeune coupable aux yeux de la tante de plus

d’affection pour son fils. J’ai eu du mal à entrer dans cette trame très théâtrale, magistralement joué par un parterre d’interprètes fabuleux. Le texte très stylé donne un ton terriblement solennelle à une narration douloureuse de ressentis, sous forme d’une confrontation entre le médecin amoureux de sa future victime afin de trouver la certitude de folie qui justifierait l’aliénation chirurgicale d’une mort cérébrale digne des nazis.

J’ai été pris par l’ambiance délétère pesante et étouffante avec la crainte de la mise à mort programmé de la jeune femme tout en entrevoyant une fin conforme à nos souhaits. Une fin étonnante avec les explications de la mort particulièrement comique du cousin à l’instar de l’effet voulu. Une superbe réalisation d’un désormais grand classique du septième art, quelque peu surannée et désuet, mais qui fini par marquer durablement de part la prestation fabuleuses d’un casting royal.

Avec la très belle Elizabeth Taylor et l’excellente Katharine Hepburn, face au beau Montgomery Clift, Albert Dekker et Mercedes McCambridge, Gary Raymond et Mavis Villiers, Patricia Marmont, Joan Young et Maria Britneva, Sheila Robbins et David Cameron.

Le film Soudain l'été dernier de Joshua Logan, distribué par Carlotta, disponible dans les meilleurs bacs depuis le 23 août 2017 en DVD et Bluray restauré 2K. Il est proposé en version originale anglaise sous-titrée français, ainsi qu’en sous-titre pour sourds et malentendants. Dans les suppléments, Le prédateur et la proie, un entretien avec Michel Ciment, historien du cinéma.

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article
14 septembre 2017 4 14 /09 /septembre /2017 09:41

Un grand merci à Condor Entertainment pour m’avoir permis découvrir ce thriller canadien réalisé de 2015 par Jamie M. Dagg, pour sa première réalisation pour une fuite éperdue qui prend aux tripes avec angoisse.

Dans la campagne du Laos, John Lake est un médecin américain qui se donne sans compter à ses patients. En congés quelques jours bien mérités, John se rend à Vientan pour se détendre sur le Mékong, quand le soir même il assiste à l’agression d’une jeune femme auquel il porte secours en se battant avec le violeur. Le lendemain, l’agresseur, fils d’un homme politique australien, est retrouvé assassiné. Paniqué, John s’enfuit avec tous les soupçons contre lui et la police à ses trousses.

Film vif et nerveux, le récit nous emporte dans le tourbillon de la terreur d’être rattrapé par la police quand le jeune médecin se sait innocent. Il faut dire qu’il ne fait rien ni dans ses propos et ni dans son comportement qui puisse le disculper, tellement son anxiété est des plus caractéristiques d’un coupable présumé, dont il est en effet en partie impliqué par la bagarre. J’ai beaucoup aimé cette terreur qui est ainsi imprégnée par la réalisation à la reportage en direct, telle une

fuite désespérée hitchcockienne. Ainsi, l’ambiance est bien délétère de part le jeu subtile de la caméra qui semble en retrait et coller aux basques du fugitif éperdu comme d’un témoin voyeur. Il faut dire qu’à sa décharge le sens de la justice dans ces pays tel qu’on en entend souvent aux informations, incite à fuir au plus vite et le plus loin possible même en étant innocent. De fait, j’ai beaucoup aimé la solitude qui étreint le fuyard quand bien même l’aide qu’il peut obtenir est synonyme de plus de méfiance virant à la paranoïa.

Avec Rossif Sutherland, Douangmany Soliphanh et Sara Botsford, Ted Atherton et David Soncin, Aidan Gillett et Yannawoutthi Chanthalungsy, Karen Glave et Vithaya Pansringarm, Amphaiphun Phommapunya et Naliphone Siviengxay.

La film Rider de Jonathan Baker, distribué par Condor Entertainment, est disponible dans les meilleurs bacs dès le 19 septembre 2017 en DVD et bluray. Il est proposé en version originale anglaise sous-titré français.

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article