Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 11:13

The Enemy BelowBelle reconstitution navale de Dick Powell (Le conquérant) réalisée en 1957 d’après un roman de Denys Rayner, ancien officier de marine britannique impliqué dans la guerre anti-sous-marin, mais qui néanmoins laisse une impression particulièrement trouble.

Alors que le nouveau Capitaine Murrell vient de prendre ses fonctions sur un destroyer de chasse anti-sous-marin, les marins se posent bien des questions sur ce civil qu’ils pensent inapte au combat. Pourtant, celui-ci se révèle un fin stratège lorsqu’un U-boot allemand sous les ordres du Capitaine Von Stolberg est repéré. La chasse s’avère ardue d’autant que Murrell ayant eut son cargo couler et sa femme morte sous ses yeux par une torpille d’un sous-marin allemand, n’a de cesse de trouver l’ennemi pour le couler sans merci.

https://dustedoff.files.wordpress.com/2009/08/pic31.jpg?w=560Incontestablement, la réalisation nous met la pression dans cette chasse impitoyable, où la moindre erreur peut s’avérer mortelle pour les équipages. Et de fait, la fine stratégie des deux belligérants, l’un pour s’échapper et réussir sa mission avant de rentrer en Allemagne, et l’autre de mettre fin à ses activités criminelle, n’a de cesse de nous tenir en haleine, nous captivant par l’intensité du sort qui leur est réservé. Ainsi, la claustrophobie n’est pas loin de nous prendre avec l’équipage du sous-marin, même sans avoir aucune sympathie pour eux, de même que pour ceux du destroyer qu’une torpille peut les couler et noyer en quelques minutes. Aussi, j’ai beaucoup aimé ce récit tel un thriller, quand bien même on se doute que les méchants nazis ne sauraient gagner, mais que la fin apporte son lot de surprises.

Scripophily.com is a name you can TRUST!Cependant, il est étonnant de nous montrer ce respect mutuel entre les capitaines, comme entre deux combattants honorables qui se congratulent à la fin. Une vision idyllique de l’après guerre, et surtout celle de la guerre froide où l’ennemi d’hier est devenu l’ami anti-communiste, avec une vision qui me met mal à l’aise en édulcorant les nazis et minimisant leurs actes, juste pour faire front avec les soviétiques, tout aussi nazis que les allemands d’alors. D’autant plus étonnant encore, que le comportement des marins nazis ont été vis-à-vis de leurs victimes, civiles et militaires très souvent des crimes contre l’humanité, comme bien illustré dans La guerre de Murphy. https://le0pard13.files.wordpress.com/2014/05/enbelow.jpgD’ailleurs le film diffère du livre où il est bien question de haine et de lutte contre le nazisme, et la fin beaucoup moins attendrissante avec l’américain qui fonce contre le canot de sauvetage allemand dans lequel se trouve le capitaine nazi.

L’excellent Robert Mitchum (La bataille pour Anzio) donnait une fois de plus la pleine mesure de son talent, face au non excellent Curd Jürgens, critique du national-socialisme, il fut envoyé en 1944 dans un camp d'internement en Hongrie. Les David Hedison et Theodore Bikel (La chaine), Russell Collins et Doug McClure, jusqu’à un certain Clint Eastwood, sont de l'ambiance.

2 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires